Consolidation des IDE, diversification des échanges commerciaux et bon positionnement régional : Le Maroc gagne en attractivité

Consolidation des IDE, diversification des échanges commerciaux  et bon positionnement régional : Le Maroc gagne en attractivité

Les entrées nettes d’investissement étranger direct au Maroc en consolidation. En 2018, le Maroc a capté 3,6 milliards de dollars d’IDE, en hausse de 36%.

Cette progression, relevée dans le rapport économique et financier accompagnant le projet de loi de Finances, traduit l’attractivité du Maroc en tant que destination d’affaires prometteuse, eu égard à l’amélioration du climat général des affaires, l’édification d’infrastructures modernes et la pertinence des stratégies sectorielles mises en place.

Cette dynamique a abouti à l’amélioration du positionnement du Maroc sur l’échiquier régional. Le Royaume a ainsi grimpé à la quatrième place en Afrique.

La cartographie des investissements directs étrangers au Maroc place l’Irlande en tête des pays investisseurs. En effet, les IDE originaires d’Irlande ont culminé en 2018 détenant ainsi 20% du flux total. En enregistrant ce rebond, l’Irlande relègue la France en deuxième position. Les investissements français au Maroc ont représenté en 2018, 17% des IDE contre 23% une année auparavant.

Les Emirats Arabes Unis arrivent en troisième position avec des parts de l’ordre de 8,2%, suivis des IDE du Danemark (7%) et l’Espagne (6%). La répartition sectorielle des IDE fait ressortir par ailleurs un engouement des investisseurs étrangers pour les assurances et industrie. Ces deux secteurs représentent respectivement 21% et 18,2% du total des investissements étrangers injectés au niveau national durant 2018. L’immobilier arrive en troisième rang. Le secteur a capté 16% des IDE sur ladite période contre 10% pour le commerce, 9% pour les énergies et mines, 8% pour les transports et 5% pour le tourisme.

Rappelons que le Maroc s’est engagé depuis plus d’une décennie dans une trajectoire de diversification des partenariats extérieurs.

Cette ouverture a permis de renforcer l’attractivité économique du pays et de lui conférer un rayonnement international.

L’approche de diversification des partenariats extérieurs a permis au Maroc de gagner la confiance de partenaires stratégiques, à leur tête l’Union européenne. Les échanges commerciaux bilatéraux de biens entre le Maroc et l’Europe ont atteint à fin 2018 les 443,3 milliards de dirhams affichant ainsi une amélioration de 7%.

Les échanges commerciaux avec les États-Unis se sont également améliorés de manière sensible. On note ainsi une progression de 6,8% pour atteindre les 51,1 milliards de dirhams. Une évolution qui a hissé les États-Unis au 4ème rang en  tant que fournisseur du Maroc et 3ème en tant que client. La coopération avec la Turquie suit pour sa part une bonne voie.

Le commerce entre les deux pays est en progression soutenue. A fin 2018, les échanges ont porté sur un volume de 27 milliards de dirhams contre 6,6 milliards de dirhams en 2006. Les IDE turcs au Maroc se sont également améliorés après la baisse constatée en 2017. Ils sont ainsi passés de 139 millions de dirhams à 269 millions de dirhams en 2018. La coopération avec les pays africains a été également boostée ces dernières années. Ceci se traduit par une hausse régulière du commerce entre les deux parties. De même, le Maroc arrive au deuxième rang en termes de principaux investisseurs africains dans le continent. Une présence tirée par le secteur bancaire, les télécoms, les assurances, l’immobilier et l’industrie.

Part des dix premiers pays bénéficiaires d’IDE au niveau de l’Afrique.

Répartition géographique et sectorielle des entrées des IDE au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *