Contribution à la Commission spéciale sur le modèle de développement : La Covad étaye son apport

Contribution à la Commission spéciale sur le modèle de développement : La Covad étaye son apport

La Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) reçoit toujours des propositions. Et c’est au tour de la coalition pour la valorisation des déchets (Covad) d’en soumettre.

« La Covad conclut aujourd’hui un long travail de recherches et d’études et soumet un projet de contribution reposant sur non moins de 14 mesures prioritaires » précise la coalition. L’objectif étant, selon la même source, de « non seulement transformer son rapport à la gestion des déchets, mais de faire du Maroc un leader industriel mondial du recyclage et de la valorisation des déchets porté par une des économies décarbonées les plus compétitives et les plus attractives de la région ».

Déjà, la Covad est engagée depuis 4 ans maintenant pour contribuer à l’émergence des filières de recyclage et de valorisation des déchets au Maroc. « Nous portons à cœur de réunir l’ensemble des critères de succès permettant à un écosystème vert de voir le jour et de créer autant de valeur économique que d’emplois verts et durables tout en garantissant la protection de l’environnement et la réduction des gaz à effet de serre », indique le président de la coalition, Mohamed Chaibi, dans le Policy Paper adressé à Chakib Benmoussa, président de la CSMD.

Par l’occasion, la même source, qui évoque la vision Royale pour la transition énergétique et environnementale, rappelle le Green Deal en Europe ainsi que la vocation du Royaume à s’adapter, avec perspicacité et proactivité, aux exigences et aux tendances socioéconomiques de son principal partenaire commercial. Pour la Covad, cet engagement, porté par l’ensemble des parties prenantes privées et publiques, par la société́ civile ainsi que par les experts environnementaux, et avec le soutien et l’appui des décideurs, se veut être un effort national, devenu encore plus essentiel dans ce contexte de relance post Covid-19. « Élever l’économie circulaire verte et inclusive au rang des priorités nationales est à la fois un vœu sincère, une utopie mobilisatrice mais surtout une nécessité pragmatique », ajoute M. Chaibi.

Cela étant, la contribution de la Covad à la démarche de la CSMD repose notamment sur 5 piliers majeurs. Le premier pilier étant un cap consistant, selon la même source, à « positionner le recyclage et la valorisation des déchets comme l’un des défis prioritaires du Royaume lors des dix prochaines années ». Aussi, deux ambitions constituent le deuxième pilier. Il s’agit de « celles d’un Maroc leader industriel mondial du recyclage et de la valorisation des déchets, porté par une des économies décarbonées les plus compétitives et les plus attractives de la région ».

De plus, trois objectifs majeurs font partie de ces piliers. Dans ce sens, il est, entre autres, question de « faire de l’économie circulaire un projet citoyen, durable et inclusif, créateur de valeur sociétale et environnementale, d’attractivité économique, au niveau territorial, national et international ». Il s’agit, en deuxième lieu, de « créer un écosystème intégré des déchets, massif, compétitif et performant, à travers la consolidation des filières de gestion et de valorisation des déchets et l’intégration de filières internationales à fort potentiel ».

Le 3ème objectif étant d’arrimer « le Maroc au Green Deal Européen et répondre aux nouveaux standards environnementaux internationaux à travers une décarbonation de l’économie marocaine ». Quant au 5ème pilier, il comprend 14 mesures prioritaires notamment la loi 28-00 comme « point de départ pour parachever le programme de gestion des déchets ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *