Covid-19 : La Confédération marocaine de la TPE-PME livre ses propositions de sortie de crise

Covid-19 : La Confédération marocaine de la TPE-PME  livre ses propositions de sortie de crise

Le Covid-19 a réussi à mettre l’économie mondiale en stand-by.

Ce virus affecte non seulement le corps humain mais menace davantage la santé des secteurs d’activités les plus vitaux à l’échelle mondiale. Après l’effondrement des places boursières et la fermeture des frontières aériennes et maritimes, les commandes fléchissent de jour en jour faisant accentuer les inquiétudes des professionnels. Au Maroc comme à l’étranger, les appréhensions sont les mêmes. L’ensemble des acteurs se mobilise pour sortir de cette crise sanitaire avec le minimum de dégâts possible. A l’échelle nationale, la situation est inquiétante pour l’ensemble des intervenants, notamment la petite et moyenne entreprise qui restent vulnérable à un choc pareil.

Ces entités qui forment plus de 95% du tissu économique national et auxquelles tout un dispositif de sauvetage a été récemment dédié, se voient face à une conjoncture plutôt délicate. C’est dans ce sens que les différents intervenants, en concertation avec les autorités concernées, dressent des scénarios de sortie de crise. Dans ce sens, la Confédération marocaine de TPE-PME a tenu, samedi, un conseil d’administration extraordinaire pour examiner la situation et livrer ses propositions en ce contexte.

Cinq recommandations ont été émises en vue de venir en aide aux entreprises les plus fragilisées. La confédération demande dans ce sens aux autorités concernées d’exonérer à 100% les charges sociales et l’impôt sur le revenu des TPE-PME et auto-entrepreneurs pendant cette période de crise. La confédération appelle par ailleurs à mettre en place un fonds de soutien pour les TPE et PME. La confédération demande, dans ce contexte, à faire bénéficier l’ensemble des TPE-PME et auto-entrepreneurs du programme d’appui Intelaka sans condition de création d’entreprise de moins de 5 ans ou d’avoir une activité à l’export.

Il est également recommandé en cette situation d’annuler les pénalités de retard, de débloquer les acomptes et les paiements définitifs dans l’exécution des marchés publics pour les TPE et PME. La confédération propose également de reporter les échéances des déclarations fiscales fixées au 31 mars pour les personnes morales, et au 30 avril pour les personnes physiques et auto-entrepreneurs, y compris le paiement des impôts, et taxes jusqu’à nouvel ordre. Les membres de la confédération recommandent également de faire bénéficier les TPE-PME et auto-entrepreneurs d’un délai de grâce de 18 mois ainsi que de suspendre par ordonnance l’ensemble des échéances de crédits avec suspension des intérêts.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *