Création d’un marché secondaire, assurance Takaful, taux directeur : Le dernier conseil de BAM de l’année très attendu

Création d’un marché secondaire, assurance Takaful, taux directeur : Le dernier conseil  de BAM de l’année très attendu

Alors que l’écosystème de l’assurance destinée à la finance participative est en train de prendre petit à petit forme, la direction de la banque centrale pourrait faire le point notamment sur les acteurs autorisés et le calendrier du démarrage effectif des activités.

Le compte à rebours commence pour l’ultime conseil de la banque centrale. Prévu le 21 décembre prochain, le conseil de Bank Al-Maghrib est très attendu. Outre sa décision concernant le taux directeur, d’autres dossiers importants risquent d’être soulevés. Il s’agit notamment du lancement de l’assurance Takaful ainsi que la création d’un marché secondaire pour les créances en souffrance. Alors que l’écosystème de l’assurance destinée à la finance participative est en train de prendre petit à petit forme, la direction de la banque centrale pourrait faire le point notamment sur les acteurs autorisés et le calendrier du démarrage effectif des activités. Dans ce sens, l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) avait annoncé il y a quelques jours l’octroi des premiers agréments. Un total de trois compagnies ont reçu le feu vert du gendarme du secteur de l’assurance. Pour rappel, l’Acaps avait récemment publié la circulaire portant sur l’application des dispositions du Code des assurances relatives à l’assurance Takaful.

L’autre question importante concerne la création d’un marché secondaire pour les créances en souffrance. Ce point avait d’ailleurs été soulevé il y a quelques jours par le Fonds monétaire international qui conseille de créer un marché similaire. Reste à connaître la position des autorités monétaires marocaines. De premiers éléments pourraient ainsi être obtenus à l’issue du traditionnel conseil d’administration de la banque centrale. En attendant, les pronostics vont bon train concernant le taux directeur. La majorité des observateurs s’attend à un statu quo. C’est le cas notamment pour CDG Capital Insight. Dans son «Flash pré-conseil de Bank Al-Maghrib», l’organisme annonce qu’il est plus probable que «le conseil de Bank Al-Maghrib maintienne le taux directeur inchangé au niveau de 1,5% lors de ce prochain conseil, et ce dans l’attente d’une transmission complète des baisses du taux directeur vers les taux débiteurs et d’une amélioration des conditions d’investissement et de financement». La même source ajoute : «Une baisse supplémentaire du taux directeur devrait générer un recul additionnel aussi bien des taux associés aux produits d’épargne bancaire que des taux obligataires au sens large, ce qui pourrait conduire à un affaiblissement de l’épargne financière d’un côté, et à l’alourdissement des contraintes de gestion pour les fonds de retraite et d’assurance vie, de l’autre». Les responsables de CDG Capital Insight ont rappelé qu’au cours de l’année 2020, la banque centrale avait adopté une série de mesures expansionnistes en vue d’amortir le choc de la crise sanitaire sur l’économie nationale et faciliter l’accès au financement à travers notamment les deux baisses du taux directeur de mars (-25 Pbs) et juin (-50 Pbs) 2020 avec un élargissement du collatéral et une révision des coefficients de décote des actifs. Il avait également été question, selon la même source, du changement dans son mode d’intervention en termes d’instruments utilisés pour combler le déficit de liquidité bancaire.

Marché monétaire

Bank Al-Maghrib (BAM) a satisfait la totalité de la demande bancaire sur le marché monétaire durant la semaine allant du 3 au 9 décembre, selon Attijari Global Research (AGR). Dans sa récente note «Weekly Hebdo Taux-Fixed income», AGR relève la poursuite de la satisfaction de 100% de la demande bancaire, précisant que le déficit de liquidité bancaire s’est nettement amélioré à moins de 80 milliards de dirhams (MMDH)». Dans ces conditions, les taux interbancaires demeurent en ligne avec le taux directeur tandis que les taux Monia (Moroccan Overnight Index Average: indice monétaire de référence au jour le jour, calculé sur la base des transactions de pensions livrées ayant comme collatéral les bons du Trésor) baissent de 1,43% à 1,42% en une semaine, poursuit la même source.
Les analystes d’AGR soulignent également que BAM continue de jouer parfaitement son rôle de régulateur de la liquidité du système bancaire, et ce à quelques jours de sa dernière réunion de politique monétaire de l’année 2021.

Monnaie

Le dirham est resté quasi stable face au dollar américain et s’est apprécié de 0,34% vis-à-vis de l’euro entre les 2 et 8 décembre 2021, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Lors de l’adjudication d’achat de devises du 7 décembre, la banque centrale a retenu un montant de 670 millions de dollars, soit l’équivalent de 6,2 milliards de dirhams (MMDH), indique BAM dans son récent bulletin hebdomadaire. Au 3 décembre 2021, les avoirs officiels de réserve se sont établis à 322,4 MMDH, en quasi-stagnation d’une semaine à l’autre et en hausse de 10,7% en glissement annuel. Au cours de la même période, BAM a injecté un montant de 85 MMDH, dont 37,2 MMDH sous forme d’avances à 7 jours sur appel d’offres, 22,7 MMDH sous forme d’opérations de pension livrée, 25 MMDH dans le cadre des programmes de soutien au financement de la très petite, petite et moyenne entreprise (TPME) et 100 millions de dirhams (MDH) au titre des opérations de swap de change.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *