Crédit Agricole du Maroc : De nouvelles actions en faveur de l’entrepreneuriat rural et des agriculteurs

Crédit Agricole du Maroc : De nouvelles actions en faveur de  l’entrepreneuriat rural et des agriculteurs

Crédit agricole du Maroc et l’ONCA s’engagent à fournir aux porteurs de projets un accompagnement alliant crédit bancaire et financement aux conditions avantageuses du programme AMAQ ainsi qu’un appui technique, encadrement et expertise.

Groupe Crédit Agricole du Maroc lance deux nouvelles actions pour accompagner le déploiement de la stratégie «Al Jayl Al Akhdar». Le Groupe bancaire se mobilise en effet auprès de ses partenaires pour promouvoir l’entrepreneuriat agricole en milieu rural et apporter l’appui nécessaire aux agriculteurs. Dans ce sens, il a été procédé au lancement du programme national d’accompagnement et d’appui aux jeunes entrepreneurs agricoles dans le milieu rural en partenariat avec l’Office national du conseil agricole et le lancement d’un programme parcours digital dédié au règlement des redevances de l’Office régional de mise en valeur agricole du Gharb (ORMVAG) via la plateforme digitale agricole du Crédit Agricole du Maroc. Détail des deux dispositifs signés Crédit Agricole du Maroc.

Pour la création d’un climat d’affaires attractif

Le programme National d’Accompagnement et d’Appui aux jeunes entrepreneurs agricoles dans le milieu rural, dont la première étape a eu lieu le 25 mai au niveau de la commune Ain El Orna à Meknès, tend à assurer l’insertion professionnelle des jeunes ruraux, à travers un accompagnement, d’une part, financier spécifique adapté aux besoins des porteurs de projets, et de l’autre, non financier via le conseil, l’encadrement, la formation et la mise à leur disposition de l’expertise des partenaires.
Ce dispositif visant l’ensemble des régions du Maroc se déroulera d’ici à fin juin. L’idée étant de développer un climat d’affaires attractif à l’investissement. «Le programme réunira, à chaque étape, les jeunes entrepreneurs quel que soit le degré de maturité de leurs projets afin de les orienter, les encadrer et leur apporter les financements nécessaires favorisant ainsi, in fine, l’éclosion de la classe moyenne rurale», relève-t-on de Crédit Agricole du Maroc. Et de rappeler que «la Banque a développé une offre de financement dédiée dans le cadre du programme national Al Moustatmir Al Qaraoui conformément aux dispositions du programme Intelaka ». A cet effet, Crédit agricole du Maroc et l’ONCA s’engagent à fournir aux porteurs de projets un accompagnement alliant crédit bancaire et financement aux conditions avantageuses du programme AMAQ ainsi qu’un appui technique, encadrement et expertise.

Le règlement des redevances de l’ORMVAG en ligne

Pour ce qui est du nouveau parcours digital dédié au règlement des redevances de l’ORMVAG via la plateforme digitale agricole du Crédit Agricole du Maroc, ce programme s’inscrit dans la continuité des actions engagées par le Groupe bancaire pour l’essor du monde rural et agricole permettant ainsi à l’agriculteur d’accompagner et répondre au mieux à ses besoins. «Après les premières briques déjà mises en places, ce nouveau parcours vient enrichir le volet paiement digital de l’application gratuite» Imtiazat-e», explique le Groupe.
Et de préciser que «l’agriculteur peut régler automatiquement ses redevances liées à la consommation d’eau d’irrigation, en toute simplicité, en faveur de l’ORMVAG sans avoir à se déplacer dans les Agences de recouvrement qui peuvent se trouver à 30 ou 40 km dans la Région du Gharb». Le parcours combine en effet l’ergonomie et la praticité. Il offre ainsi aux agriculteurs la possibilité de vivre une expérience inédite en tant que professionnels du secteur agricole et s’inscrit dans le cadre du projet national de paiement électronique.
Pour rappel «Imtiazat-e» est une application mobile gratuite, téléchargeable sur Google Play, qui permet aux agriculteurs de gérer leurs activités à tout moment et en toute autonomie, notamment la consultation de comptes, le renouvellement des crédits à court terme, souscrire à l’Assurance multirisque climatique ainsi que le suivi des subventions de l’État dans le cadre du Fonds de développement agricole (FDA).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *