Crédits bancaires : Le rythme s’accélère à fin janvier

Crédits bancaires : Le rythme s’accélère  à fin janvier

Totalisant un encours de plus de 933 milliards de dirhams

«Cette dernière évolution recouvre principalement l’accélération de 4,7  à 7,5 % de la croissance des prêts aux sociétés non financières privées et le ralentissement de 3,4 à 3,2% de la progression des crédits aux ménages».

Les prêts alloués au secteur non financier affichent une accélération au premier mois de l’année 2021. Se référant aux statistiques monétaires de Bank Al Maghrib, ces crédits ont affiché une progression de 4,9% contre 3,9% précédemment se chiffrant ainsi à 814,92 milliards de dirhams. «Cette dernière évolution recouvre principalement l’accélération de 4,7  à 7,5 % de la croissance des prêts aux sociétés non financières privées et le ralentissement de 3,4 à 3,2% de la progression des crédits aux ménages», peut-on relever de la anque centrale.

En effet les prêts alloués aux sociétés non financières privées se sont chiffrés à 388,85 milliards de dirhams en consolidation de 27,1 milliards de dirhams en glissement annuel. Les crédits aux ménages se sont établis pour leur part à 353, 19 milliards de dirhams. Pour ce qui est du secteur public, les prêts accordés aux administrations locales se sont raffermis de 1,99 milliard de dirhams atteignant ainsi un encours de 24,34 milliards de dirhams. Pour ce qui est des prêts contractés par les sociétés non financières publiques, ils ont atteint les 48,58 milliards de dirhams en retrait de 1,93 milliard de dirhams par rapport à la même période de l’année précédente. Il est à noter que l’encours global des crédits bancaires a atteint à fin janvier 2021 les 933,39 milliards de dirhams en progression de 4,1% par rapport à l’année précédente, soit un encours additionnel de 36,73 milliards de dirhams.

Les crédits immobiliers peinent à décoller

Par objet économique, les crédits immobiliers s’inscrivent en décélération marquant ainsi une progression de 2,3 % contre 2,5 % auparavant. Leur encours s’est chiffré à 282,86 milliards de dirhams dont 222,80 milliards des crédits à l’habitat (+3,5 %) et de 55,56 milliards de dirhams de crédits alloués aux promoteurs immobiliers, en stagnation. Les facilités de trésorerie ont affiché une hausse de 14,4% après une croissance de 10,2% s’établissant ainsi autour de 207,63 milliards de dirhams. Bank Al Maghrib observe par ailleurs une atténuation de la baisse des prêts à l’équipement passant ainsi de 3 à 2,6%.

Ces prêts se sont établis à 177,69 milliards de dirhams en repli de 4,68 milliards de dirhams par rapport à l’encours réalisé une année auparavant. Il en est de même pour les crédits à la consommation. Leur baisse a été contenue à 3,6 % contre 4,2 % auparavant. Ils ont totalisé un encours de 54,34 milliards de dirhams perdant ainsi 2 milliards de dirhams par rapport au premier mois de l’année 2020. Par ailleurs les créances en souffrance ont vu leur rythme de progression annuelle s’établir à 15,3% à fin janvier et ce après avoir atteint une progression de 14,4% en décembre 202O. Elles se sont ainsi chiffrées à 81,4 milliards de dirhams. Les créances diverses sur la clientèle se sont établies autour de 129,5 milliards de dirhams marquant ainsi une progression de 1,8 % à fin janvier 2021.

Le financement participatif frôle la barre des 14 MMDH

Sous un autre angle, le financement participatif maintient son élan. L’actif total des banques et fenêtres participatives s’est consolidé de 31,8% à fin janvier 2021 atteignant ainsi les 17,10 milliards de dirhams, dont 13,88 milliards de dirhams de financement. Le financement participatif a progressé de 46,8 %. Il est constitué essentiellement de financement participatif à l’immobilier.

L’encours alloué dans ce sens est de 12,85 milliards de dirhams en hausse de 56,5 %. Le financement participatif à la consommation s’est amélioré de 29,4 % atteignant ainsi 993 millions de dirhams. Pour ce qui est du financement participatif à l’équipement, il marque un pic de 80,8 % à fin janvier 2021, soit un encours de 810 millions de dirhams au moment où l’encours du financement participatif de trésorerie ne dépasse pas les 19 millions de dirhams. En ce qui concerne les certificats de sukuk, ils s’établissent à 236 millions de dirhams en retrait de 24 %. En parallèle, les créances sur l’administration centrale grimpent de 3,4 % pour atteindre les 152 millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *