Crédits bancaires : Plus de 948 milliards de dirhams alloués à fin mars

Crédits bancaires : Plus de 948 milliards  de dirhams alloués à fin mars

Ils affichent un rythme de progression de 3,3%

Le secteur public détient un encours de 72,72 milliards de dirhams dont 24,49 milliards de dirhams contractés par les administrations locales et 48,23 milliards de dirhams aux sociétés non financières publiques. En parallèle, les crédits aux sociétés non financières privées ont enregistré une hausse de 2,9% après 6,5%.

Le crédit bancaire a vu son rythme d’accroissement passer de 4 à 3,3% à fin mars 2021. Les crédits alloués au titre des trois premiers mois de l’année tournent autour de 948,42 milliards de dirhams, soit un encours additionnel de 29,94 milliards de dirhams comparé à la même période de l’année passée. Se référant aux dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib, la ventilation par objet économique des crédits alloués au secteur non financier fait ressortir une progression des facilités de trésorerie de 9,8% après 13,7%.

Les crédits à l’immobilier ont affiché pour leur part une progression à fin mars. Ils se sont en effet appréciés de 7,3 milliards de dirhams atteignant ainsi un encours global de 285,17 milliards de dirhams. La hausse évaluée à ce niveau est de 2,6%. Les prêts immobiliers sont constitués à hauteur de 225,77 milliards de dirhams de crédits à l’habitat (+4,3%), de 12,39 milliards de dirhams de financement participatif (+52,1%) et de 55,65 milliards de dirhams de crédits alloués aux promoteurs immobiliers (-5,6%). En parallèle, les prêts à la consommation ont fléchi au titre des trois premiers mois de l’année. Ils ont perdu 1,74 milliard de leur encours revenant ainsi à 54,87 milliards de dirhams à fin mars. Les concours à l’équipement ont également suivi une tendance baissière. Ils se sont contractés de 5,3% en glissement annuel, soit 10,05 milliards de moins par rapport à la même période de l’année 2020.

L’encours distribué à cet effet est de l’ordre de 179,36 milliards de dirhams. S’agissant des créances en souffrance, la banque centrale indique que le rythme de progression annuelle est revenu à 11,9% en mars après 14% en février. Ils avoisinent à cet effet les 80,53 milliards de dirhams, soit 8,57 milliards de dirhams de plus par rapport à une année plus tôt. A cet effet, les taux de créances en souffrance se sont établis à 8,5%. Par secteur institutionnel, Bank Al Maghrib observe une augmentation des prêts alloués au secteur non financier passant ainsi de 3,1% après 4,3%. L’encours accordé dans ce sens ressort de l’ordre de 821,10 milliards de dirhams en consolidation de 24,46 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année passée.
De cet encours, le secteur public détient un encours de 72,72 milliards de dirhams dont 24,49 milliards de dirhams contractés par les administrations locales et 48,23 milliards de dirhams aux sociétés non financières publiques. En parallèle, les crédits aux sociétés non financières privées ont enregistré une hausse de 2,9% après 6,5%. Leur encours s’est ainsi établi à 748,37 milliards de dirhams en augmentation de 25,37 milliards de dirhams en glissement annuel. 390,47 milliards de dirhams de cet encours ont été adressés aux sociétés non financières privées tandis que 357,90 milliards de dirhams aux ménages.

Par branche d’activité, l’évolution des crédits bancaires au premier trimestre de l’année reflète le repli des concours alloués à la branche «Commerce, réparations automobiles et d’articles domestiques». Ils sont revenus à 7,1% après une hausse de 3,4% le trimestre dernier. A cela s’ajoute également la baisse des prêts au secteur «Bâtiment et travaux publics» marquant ainsi une contraction de 0,9% après une hausse de 1,1%. De même, les prêts accordés au secteur «Electricité, gaz et eau» ont diminué de 15,2% après 12,9% au quatrième trimestre de l’année 2020. En contrepartie, la banque centrale observe un rythme de croissance accéléré des concours alloués au secteur «Transports et communication». Ils se sont redressés de 0,9 à 9% d’un trimestre à l’autre. Même constat pour les prêts accordés aux entreprises opérant dans les «Industries manufacturières» grimpant ainsi de 6,8 à 11,1% au titre du premier trimestre 2021.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *