Crédits bancaires : une croissance accélérée à fin juillet

Crédits bancaires : une croissance accélérée à fin juillet

Leur rythme de progression a grimpé à 5,8% à fin juillet

Le rythme de progression des crédits bancaires affiche une accélération au septième mois de l’année. Sa croissance est passée de 5,6% pour s’établir à 5,8 % à fin juillet portant ainsi l’encours global à 946,11 milliards de dirhams. C’est ce que relève Bank Al Maghrib dans ses dernières statistiques monétaires. La Banque centrale observe, dans ce sens, une progression des concours au secteur non financier. Ces derniers ont vu leur rythme de croissance grimper à 6% contre 5,2% auparavant. «Cette évolution reflète une hausse de 5,8% après 5% des concours au secteur privé, avec une accélération à 9,2% après 7,7% de la croissance des crédits aux sociétés non financières privées et une stabilisation du taux de progression des prêts aux ménages à 2,1%», relève-t-on de Bank Al Maghrib. Et de préciser que «les crédits aux sociétés non financières publiques se sont accrus de 6% après 2,7%». A l’exception des crédits à la consommation qui ont baissé à fin juillet, les encours de l’ensemble des objets économiques se sont inscrits en accélération. A cet effet, les crédits immobiliers ont affiché une progression de 1,8% contre 1,6% auparavant totalisant ainsi un encours de 278,35 milliards de dirhams. Les crédits à l’habitat ont affiché, pour leur part, une évolution positive. Chiffrés à 216,07 milliards de dirhams, ces crédits ont progressé de 2,1% à fin juillet. Le financement participatif à l’habitat continue de s’apprécier à un rythme soutenu. On note, dans ce sens, une croissance de 44,7% à fin juillet atteignant un encours de 9,23 milliards de dirhams. Les crédits aux promoteurs immobiliers se sont établis à 60,07 milliards de dirhams, soit un rythme de progression stabilisé à 1,2%.  Les concours à l’équipement ont dépassé les 185 milliards de dirhams sur ladite période. Leur rythme de progression s’est accéléré de 3,8% à 4,3% au titre des sept premiers mois de l’année. En parallèle, le rythme de progression des crédits à la consommation poursuit son repli. Sa baisse s’est accentuée à 1,8% contre 1,6% auparavant apportant ainsi l’encours de ces crédits à 55,06 milliards de dirhams, soit 1,02 milliard de moins par rapport à la même période de l’année passée.

Par ailleurs, les créances en souffrance se sont affermies de 14% pour atteindre les 77,15 milliards de dirhams, soit un additionnel de 9,6 milliards de dirhams comparé à une année plus tôt. La répartition des crédits par secteur institutionnel fait ressortir un encours de 816,29 milliards de dirhams accordé au secteur non financier. Le secteur public a, pour sa part, contracté 76,67 milliards de dirhams de crédits au titre des sept premiers mois de l’année. De cet encours, les administrations locales se sont vues allouées 22,82 milliards de dirhams marquant une progression de 11,7%. Les crédits alloués aux sociétés non financières publiques ressortent à 53,85 milliards de dirhams. S’agissant du secteur privé, l’encours global des crédits accordés à fin juillet est de l’ordre de 739,61 milliards de dirhams, dont 390,92 milliards de dirhams destinés aux sociétés non financières privées et 348,68 milliards de dirhams aux ménages.

Plus de 11 milliards de financement participatif à fin juillet

Le compte de patrimoine des banques et fenêtres participatives fait ressortir un actif de 13,98 milliards de dirhams en consolidation de 38,4% comparé à la même période de l’année passée. Les financements participatifs s’élèvent, dans ce sens, à 11,08 milliards de dirhams en amélioration de 53,7%. Le financement participatif à l’immobilier constitue l’essentiel des prêts accordés par l’écosystème participatif. Comme souligné précédemment, leur encours s’est établi à 9,54 milliards de dirhams en hausse de 48,6% comparé à une année plutôt. Le financement participatif à la consommation gagne aussi du terrain. Les prêts alloués, dans ce sens, se sont consolidés de 70,8% totalisant ainsi un encours de 850 millions de dirhams. La Banque centrale observe, également, un pic de 128,2% du financement participatif à l’équipement lequel s’est établi à 624 millions de dirhams à fin juillet. S’agissant des certificats Sukuk, ils se sont rétractés de 9,2% pour revenir à 314 millions de dirhams. Les créances sur les institutions de dépôts se sont chiffrées à 22 millions de dirhams en appréciation de 86,6% en glissement annuel. Les dépôts auprès de Bank Al Maghrib sont estimés à 718 millions de dirhams tandis que ceux auprès des banques se fixent à 470 millions de dirhams. Les créances sur l’administration centrale se chiffrent quant à elle à 133 millions de dirhams en hausse de 17,6%

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *