Crise sanitaire : Les coopératives s’imposent sur le marché

Crise sanitaire : Les coopératives s’imposent sur le marché

Véritable alternative pour la création d’emplois

Les coopératives constituent un gisement important d’emplois et ont un savoir-faire impérissable. Elles se frayent progressivement leur chemin sur le marché grâce à leurs produits authentiques et à l’offre digitale qui leur permet d’être plus visibles. Pour mettre en avant ce potentiel grandissant, le Groupe OCP a organisé à la veille de la Journée mondiale des coopératives qui s’est déroulée le 4 juillet 2020 un webinaire sous le thème «Les coopératives au Maroc, vers des modèles socio-économiques innovants plus résilients et plus agiles». A l’ouverture de cette rencontre à distance, Fatiha Cherradi, VP Marché local – OCP, a expliqué que «les coopératives jouent un rôle important dans la dynamique de changement que connaît le Maroc actuellement. Elles comptent plus de 560.000 adhérents sans parler des personnes qui travaillent indirectement avec elles. Ce qui représente plus de 4% de la population active», précise la responsable au sein du Groupe OCP ajoutant que les coopératives participent au développement économique et permettent de créer des emplois pour les personnes ayant des compétences et qui sont en manque de budget.

A l’heure de la crise due à la Covid-19, certaines coopératives ont démontré leur résilience, voire une capacité d’adaptation et d’innovation sans précédent créant de nouvelles opportunités pour avancer. Afin de leur porter appui, OCP a mis en place depuis quelques années un plan qui couvre plusieurs aspects dont la formation, l’accompagnement, le financement et la connexion avec le marché. A travers Act4Community, Al Moutmir, la Fondation OCP, la Fondation Phosboucraa ou encore le «CoopLab» de l’UM6P, le Groupe veut mettre sa connaissance des communautés locales au profit de leur développement et de leur autonomisation. Ce travail est fait en partenariat avec le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Lors de cette rencontre, plus d’une quinzaine d’intervenants partenaires représentant diverses institutions (Office du développement de coopération, ADA, UM6P-Benguerir, CAM, ONSSA) ont mis en exergue leur bilan et le travail effectué pour aider les coopératives dans leur parcours. Cette conférence a été corroborée par les témoignages des responsables des coopératives participantes.

Les coopératives comme levier d’emploi : 563.776 membres dans 27.262 coopératives en 2019

Pour Youssef Housni, directeur général de l’Office du développement de la coopération (ODCO) relevant du ministère du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, les coopératives pourraient constituer une solution pour résoudre la problématique de l’emploi au Maroc (9,4% de taux de chômage en 2019) dans la mesure où le secteur public et le secteur privé ne peuvent pas à eux seuls résorber le chômage. En 2019, on compte 563.776 adhérents (34,98% de femmes) dans 27.262 coopératives contre 4.598 en 2005 (soit 327.289 membres). A titre de comparaison, le nombre de fonctionnaires civils au Maroc est de 564.549 personnes dont 34,8% seraient des femmes. Par secteur, les coopératives agricoles représentent 65%, suivies de celles de l’industrie artisanale avec 18% et de l’habitat 4,5%. Cette croissance est attribuée en grande partie au Plan Maroc Vert, relève-t-il ajoutant que la loi 112.12 a également facilité les démarches de création des coopératives dans notre pays. Cette mesure s’est traduite par la réduction de la moyenne des membres au sein des coopératives. Elle permet en effet de créer une coopérative avec au minimum 5 personnes (à titre d’exemple : avant ce texte de loi, le nombre moyen des adhérents des coopératives dans le secteur de l’élevage était de 20 alors qu’après la loi, il est de 7).
Commercialisation de produits : 1.600 coopératives accompagnées par l’ADA

Expliquant le rôle de l’Agence de développement agricole (ADA) dans l’accompagnement des coopératives, Mahjouba Chkail, chef de division de promotion des produits du terroir au sein de l’Agence, souligne que 1.600 coopératives (appartenant à 700 groupements) ont bénéficié de l’encadrement de l’ADA, soit au total 22.000 petits agriculteurs. Pour arriver à commercialiser leurs produits, 700 coopératives (230 groupements) ont reçu un accompagnement sur la mise à niveau des produits du terroir. Parallèlement, l’ADA a développé des partenariats avec de grandes surfaces et des marchés solidaires, ce qui a permis entre autres l’accès au marché à 562 coopératives (270 groupements) leur garantissant un revenu mensuel stable. Dans le même sens, il s’avère que 1.200 coopératives (800 groupements) ont participé aux foires au niveau national et 747 (256 groupements) ont pris part aux salons internationaux. Pour ce qui est de la marque collective «Terroir du Maroc», celle-ci a bénéficié à 464 coopératives (145 groupements) pour 487 produits. S’agissant du commerce électronique, l’ADA avait scellé un partenariat avec Barid Al-Maghrib pour permettre aux coopératives d’user de ce moyen technologique pour commercialiser leurs produits sur le Net.

Marché solidaire Oasis : Un chiffre d’affaires de plus de 120 millions DH à fin juin 2020

Depuis sa création en 2017 par la Fondation Mohammed V pour la solidarité, le marché solidaire Oasis a réalisé jusqu’au 30 juin 2020 plus de 120,58 millions DH de chiffre d’affaires (C.A) dont 89% générés par les produits du terroir. Ce qui pourrait représenter 3 à 4 MDH mensuels de revenus pour les coopératives. Ce marché qui regroupe 351 coopératives (contre 151 en 2017) a vendu jusqu’au 30 juin 2020 plus de 3,25 millions d’articles et compte à son actif 478.773 clients. Le mode de contractualisation au sein de ce marché repose sur : un contrat de partenariat, un cahier des charges pour les produits, le référencement des produits et un approvisionnement régulier, la livraison de la marchandise au marché solidaire par les coopératives, la commercialisation des produits, le virement des produits de la vente le 1er et le 16 de chaque mois. D’autres marchés solidaires vont voir le jour, notamment à Tanger, Marrakech et Agadir. Notons que ce marché d’un investissement de 16 MDH est étalé sur une superficie de 1.900 mètres carrés et emploie 15 personnes.

«Sookoa» : Un centre commercial en ligne pour les coopératives

Actuellement en phase de test, Sookoa est un projet pilote initié par CoopLab (Laboratoire d’expertise dédié à l’accompagnement des coopératives au sein de l’UM6P-Benguerir). Ce projet novateur est une marketplace (Centre commercial en ligne) pour la commercialisation des produits des coopératives au niveau national. Elle est spécialisée dans les produits du terroir, les cosmétiques, et l’artisanat. A but non lucratif, cette marketplace vise à générer de la valeur financière qui va être restituée au profit des coopératives. Chacune d’entre elles pourra avoir son propre espace de vente en ligne qui est géré et mis à jour par ses propres soins.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *