Crise sanitaire : Les territoires en quête d’attractivité

Crise sanitaire : Les territoires en quête d’attractivité

La nécessité d’une bonne gestion territoriale et la coordination entre les différents acteurs locaux se veulent l’une des priorités à atteindre en ce temps de relance.

La crise sanitaire a certes dévoilé d’importantes disparités mais reste toutefois une opportunité pour combler les failles. Sur le plan territoriale, cette conjoncture est un accélérateur de développement du territoire. Il s’agit là de l’une des recommandations émises dans la dernière publication de la DEPF. «La crise de la Covid-19 souligne l’opportunité de renforcer l’attractivité des territoires marocains et de consolider les moyens mis à leur disposition afin d’assurer un développement équilibré et harmonieux à même de préparer les territoires à s’insérer dans la nouvelle dynamique post crise Covid-19», peut-on lire dans ce sens.

L’atteinte de cet objectif est tributaire d’un bon nombre de défis à relever. L’impératif étant de résorber les écarts en termes d’infrastructures socio-économiques de base qui, selon les experts de la DEPF, alimentent de fortes inégalités de chance auprès des populations vulnérables au niveau territorial et bloquent leurs perspectives de mobilité sociale. Il est également question de mobiliser le potentiel des régions à travers la valorisation des richesses matérielles et immatérielle et l’encouragement de l’édification de spécialisations économiques prometteuses, tout en favorisant les synergies entre les différentes régions. Parmi les priorités définies dans ce sens, on cite l’impulsion de la gouvernance territoriale.

La finalité étant d’optimiser l’action publique et de maximiser ses retombées économiques et sociales, «avec comme effet de retour une restauration de la confiance des populations dans les instances représentatives au niveau territorial». Il est également recommandé d’encourager l’ouverture des régions sur les opportunités de partenariats décentralisés. L’optique étant de bénéficier des sources de financement et des expériences étrangères réussies.

De même, les modes d’actions au niveau territorial devraient être revues de sorte à assurer un arrimage systématique aux outils de planification stratégique et aux approches d’intelligence territoriale. Chose qui rendrait les choix de développement lisibles et renforcerait les capacités d’anticipation des acteurs territoriaux. Le contexte actuel impose également l’instauration des jalons d’une animation territoriale vertueuse. Cette orientation permettrait de regrouper l’ensemble des acteurs autour d’objectifs communs et partagés et de desserrer les multiples contraintes qui peuvent survenir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *