Croissance économique : Une contraction de 5,5% prévue pour le 4ème trimestre

Croissance économique : Une contraction  de 5,5% prévue pour le 4ème trimestre

Le Haut-Commissariat au Plan partage ses prévisions

Les activités hors agriculture devraient poursuivre leur tendance baissière. Le repli devrait atteindre les 5,2% contre -9% au troisième trimestre.

Le Haut-Commissariat au Plan livre de nouvelles perspectives économiques. Le quatrième trimestre se solderait par une contraction de la croissance de 5,5% contre une hausse de 2,3% observée à la même période de l’année précédente. Cette prévision est formulée sous l’hypothèse de l’atténuation du repli des activités hors agriculture. Une baisse de 5,2% est prévue dans ce sens. La valeur ajoutée agricole devrait, pour sa part, baisser de 5,8% au quatrième trimestre. Se référant au Haut-Commissariat au Plan, le dernier quart de l’année serait marqué par une atténuation de la baisse d’activité.

Le HCP anticipe dans ce sens une demande mondiale adressée au Maroc relativement atone. «Elle serait tributaire de l’évolution des importations de ses principaux partenaires commerciaux européens. Elle s’améliorerait de 0,5% au quatrième trimestre 2020 par rapport au troisième trimestre, mais sa variation annuelle demeurerait négative, se situant à -8,9%», peut-on relever de la note de conjoncture du HCP.
Par ailleurs, la demande intérieure poursuivrait son redressement progressif modéré.
Le département des statistiques table, également, sur l’atténuation de la baisse des dépenses des ménages. Une tendance qui interviendrait sous l’effet d’une légère reprise des achats de biens durables.
Une progression des dépenses de restauration et de transport est, en outre, attendue au quatrième trimestre. Elle s’inscrirait toutefois à un rythme moindre que celui enregistré auparavant. Parmi les estimations faites on note le fléchissement de 7,9% de la consommation domestique. «Les dépenses en services non marchands, particulièrement sociales, resteraient relativement dynamiques, situant la hausse de la consommation publique à 5,7%», apprend-on du HCP.
S’agissant de l’effort d’investissement, il devrait rester relativement modéré, notamment dans les produits industriels et de construction et sa reprise serait lente et progressive. Au quatrième trimestre, les activités hors agriculture devraient poursuivre leur tendance baissière. Le repli devrait atteindre les 5,2% contre -9% au troisième trimestre.

La valeur ajoutée du secteur secondaire devrait baisser de -5,3% au dernier quart de l’année. «L’activité industrielle poursuivrait son rétablissement et celle de la construction se redresserait légèrement, mais seraient toujours pénalisées par une demande peu dynamique», commente le HCP à ce propos.
Tenant compte de la reprise graduelle des activités industrielles, la production d’électricité devrait afficher un redressement.

Le tertiaire poursuivrait pour sa part sa reprise modérée. Une tendance qui devrait se confirmer dans le commerce, le transport interurbain et la restauration. En revanche, cette reprise serait relativement dynamique dans les services non marchands particulièrement ceux de la santé. Le secteur tertiaire devrait dans ce sens apporter une contribution négative de 2,8 points à l’évolution du PIB.

Un troisième trimestre moins pénalisant

La baisse de la croissance économique s’est atténuée au troisième trimestre 2020. L’activité économique aurait fléchi de 8,7% sur ladite période contre -14,9% un trimestre auparavant. Cette évolution est tirée par la contraction de 9% de la valeur ajoutée hors agriculture et la baisse de 6,2% de celle de l’agriculture. Le Maroc a connu au troisième trimestre de l’année un allégement de son déficit commercial de 10,2%. La baisse des exportations est revenue à 16,9% contre un repli de 28,7% observé au deuxième trimestre de l’année. De même, la baisse des importations a été moins prononcée par rapport aux trimestres précédents. Elles ont régressé de 15,4% contre une contraction de 25,7% un trimestre auparavant. Le troisième trimestre a également été marqué par une légère atténuation de la baisse de la demande intérieure. Le HCP constate un fléchissement de 10,8% de la consommation des ménages contre 21,2% trois mois auparavant. Une évolution qui serait particulièrement attribuable à la légère reprise des dépenses des ménages en biens manufacturés, en l’occurrence l’habillement et l’équipement ainsi que celles de transport et de restauration.
Le HCP constate par ailleurs un affermissement de 5,9% de la consommation des administrations publiques. Une évolution portée par la hausse des dépenses de fonctionnement et des services sociaux. L’investissement a pour sa part maintenu sa tendance baissière et ce sous l’effet du repli de l’investissement en produits industriels et immobiliers. Le Haut-Commissariat au Plan observe également une légère remontée des prix à la consommation au troisième trimestre. Ils auraient régressé de 0,7% après une stagnation au troisième trimestre.

 

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *