Dakhla Oued-Eddahab s’impose comme un exemple à dupliquer au niveau national

Dakhla Oued-Eddahab s’impose comme un exemple à dupliquer au niveau national

Avec un total de 2.400 ha dédiés à l’aquaculture

Considérée comme l’une des principales plateformes aquacoles au Maroc avec 60% de la production aquacole nationale actuelle et une superficie de 2.400 ha dédiée à l’aquaculture, la région Dakhla Oued-Eddahab s’impose comme étant le symbole de l’icône du secteur aquacole du Royaume.
Cette région prometteuse dispose d’un littoral de près de 667 km sur l’Atlantique, la dotant d’une richesse considérable en ressources halieutiques considérables, qui fait de la pêche maritime un secteur clé, exerçant des effets d’entraînement sur d’autres activités connexes telles que l’aquaculture.

En effet, la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement de l’aquaculture marocaine par l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) à l’échelle de la région permet de rehausser son attractivité économique et touristique. Il s’agit à travers cette activité aquacole de promouvoir une image créative et innovante de l’économie halieutique de la région, forte de ses spécificités et de ses acteurs.
Dans ce sens, le plan d’aménagement aquacole de cette région prévoit l’exploitation de 2.400 ha pour produire 78.000 tonnes de produits aquacoles spécialisés essentiellement dans la culture de coquillages et d’algues marines.
L’élaboration du plan aquacole s’inscrit en cohérence avec les grandes orientations des autres plans de développement de la région. Il entend organiser la coexistence de l’aquaculture avec les autres activités économiques et se donne pour ambition de proposer des espaces potentiels en harmonie avec les besoins et exigences de celle-ci, et qui est le fruit d’une multitude d’études scientifiques, techniques et financières menées de 2013 à 2015.
La zone concernée par le plan aquacole est délimitée entre le nord de la baie de Dakhla et le sud de la baie de Cintra sur une distance cumulée de 225 km, et qui est à vocation aquacole par excellence, elle dispose d’un fort potentiel pour accueillir une large palette de projets aquacoles. Actuellement, l’activité se base sur la conchyliculture et se concentre essentiellement dans la baie de Dakhla, plus précisément dans les sites de Boutalha et Duna Blanca, notamment pour l’élevage des huîtres. A côté de cet élevage, d’autres activités littorales sont développées autour du ramassage de diverses espèces de coquillages telles que le couteau, le bigorneau, la coque et la moule.

En vue de faciliter la mise en œuvre du plan d’aménagement de ladite zone et d’orienter les investisseurs selon les dimensions de leurs futurs projets, l’espèce à élever et la technique d’élevage, la zone du plan a été subdivisée en 3 espaces/secteurs homogènes présentant les mêmes conditions environnementales et socio-économiques, à savoir le secteur M1 (baie de Dakhla), le secteur M2 (zone intermédiaire) et le secteur M3 (baie de Cintra).
Notons que l’ANDA a déjà lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) en novembre 2015 au profit des investisseurs nationaux et étrangers permettant la sélection de 214 projets aquacoles, dont 100 sont portés par 507 jeunes investisseurs de la région, selon des données fournies par l’ANDA.

Les chiffres de cette Agence font également ressortir que ces projets mobilisent plus de 800 millions de dirhams (MDH) d’investissement, ciblant une production de 78.000 t/an et garantissant 2.500 emplois.
En dépit de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), huit projets ont déjà démarré leur installation, s’ajoutant aux 65 en cours, avec une production prévisionnelle s’élevant à 45.000 t de coquillages et d’algues marines.
L’ANDA se positionne également sur le volet formation au profit des jeunes entrepreneurs et ce en partenariat avec la Direction de la formation maritime, des gens de mer et du sauvetage (DFMGMS) relevant du département de la pêche maritime. Un programme de formation, qui a posé ses premiers jalons au niveau de la région de Dakhla-Oued Eddahab aspire à initier les jeunes entrepreneurs aux métiers de l’aquaculture en leur apportant sur le plan pratique et théorique un savoir-faire en matière d’exploitation et de gestion d’une ferme aquacole avec des enseignements de base en gestion financière et comptable.

A cet effet, l’ANDA a procédé à l’installation d’une ferme pédagogique, mise en place dans la baie de Dakhla, pour conforter les acquis des bénéficiaires de ces formations qui pourront s’enquérir d’une manière pratique et efficace des techniques d’élevage de coquillages et d’algues marines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *