EconomieUne

Dakhla : Une zone touristique à Elaargoub en projet

Un état des lieux et analyse des potentialités de développement sera effectué.

Diagnostic : Le Conseil de la région de Dakhla-Oued Eddahab veut créer une zone touristique à Elaargoub. Il s’agit de valoriser les atouts naturels de cette région et dégager son potentiel touristique.

Faire émerger un produit touristique et mettre en place les conditions nécessaires pour attirer les investisseurs privés. C’est l’objectif d’une étude récemment lancée par le Conseil de la Région de Dakhla-Oued Eddahab. Il s’agit essentiellement d’aménager une zone touristique dans la commune d’Elaargoub. Dans ce sens, la mise en place d’un produit touristique pour valoriser les atouts naturels de cette région suppose l’élaboration des éléments stratégiques nécessaires pour la prise des décisions d’investissement en vue d’enrichir l’offre touristique dans la région de Dakhla-Oued Eddahab à travers l’aménagement d’une zone touristique à Elaargoub qui s’étale sur une assiette foncière d’environ 50 hectares. «La collectivité est soumise à diverses problématiques de confort et d’absence de lieux d’accueil de vocation touristique. En effet, ces lieux sont destinés à différents publics qui doivent se côtoyer sans se gêner. Ces visiteurs sont divers : personnes âgées, familles, enfants, touristes (marocains et étrangers)…», explique la même source. Et de préciser : «La question fondamentale qui se pose : Comment apporter à tous ces publics la forme de bien-être recherchée tout en intégrant les composantes socio-économiques et environnementales ?».

Ainsi, il sera procédé à un diagnostic du site afin de dégager les différentes problématiques pour son développement, exposer les solutions et les recommandations tout en travaillant sur la bonne gestion de ces espaces, le choix des produits, de la signalétique, d’identification et ou de loisir tout en apportant cohérence et sécurité. Dans cette perspective, un état des lieux et analyse des potentialités de développement sera effectué. «Cette première phase permettra donc de comprendre les avis, orientations et contraintes de tous les acteurs locaux concernés, de prendre connaissance du lieu : état des lieux, potentialités, projets en cours ou à venir sur les franges, etc. et de compléter, si nécessaire, l’ensemble des éléments techniques et documents fournis et nécessaires à la réalisation de l’étude. Il est également nécessaire de prendre connaissance des documents d’urbanisme en vigueur et prévus régissant la commune concernée», explique le Conseil de la région.

L’analyse des potentialités locales et des perspectives de développement sera axée sur les volets tourisme et commerce et services. Il s’agit ainsi de dégager le potentiel touristique de la région en général et la zone du projet en particulier et ressortir les possibilités de son exploitation et de sa mise en valeur. Pour ce qui est du commerce et services, l’objectif est de faire ressortir les principales activités commerciales de la région en général et la zone de projet en particulier et les sources principales des flux d’approvisionnement, leur provenance, et la destination de la production régionale (marché local, provincial, régional, national, et étranger). Dans le même sens, il s’agit d’évaluer les moyens de transport ainsi que l’état des routes de manière à identifier les contraintes pouvant entraver le trafic commercial de la région en général et la zone du projet en particulier. La réalisation de ce projet implique également l’étude des scenarii de l’aménagement du site.

Articles similaires

ActualitéUne

Diplomatie: La France propose au Maroc un partenariat « d’avant-garde » pour les 30 ans

La France veut un partenariat avec le Royaume sur le long terme....

AutreEconomieUne

Loi de Finances 2024 : Les nouvelles dispositions fiscales expliquées aux opérateurs du Nord

La réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) constitue l’une...

Economie

Créativité : SoGé révèle à Casablanca les 3 lauréats de la compétition Kayn L’Flow

SoGé, une banque 100% en ligne, a dévoilé, jeudi dernier à Casablanca,...

SociétéUne

Pour une période de 20 ans : Casablanca cherche un gestionnaire pour son centre de valorisation des déchets

Caractérisés par une forte humidité (65 à 70%), les déchets ménagers sont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus