De nouveaux mécanismes Damane pour financer la relance

De nouveaux mécanismes Damane  pour financer la relance

Remboursables sur 7 ans avec un différé pouvant aller jusqu’à 2 ans

Mobiliser au cours du second semestre 2020 les financements nécessaires pour l’impulsion d’une dynamique économique. Telle est la finalité du dispositif garanti par l’Etat pour le financement de la phase relance des entreprises. Ils sont en effet deux mécanismes de garantie déployés par la Caisse centrale de garantie pour relancer l’activité des entreprises publiques et privées dont les trésoreries ont souffert des effets de la crise.
L’orientation étant de financer le besoin de fonds de roulement des entreprises avec un taux d’intérêt maximum représentant le taux directeur de Bank Al-Maghrib + 200 points de base.

Le seuil de ce taux atteint aujourd’hui les 3,5% et ce après la dernière réduction de la banque centrale de son taux directeur à 1,5%. Le remboursement de ces crédits peut s’étaler sur une période de sept ans avec deux ans de délai de grâce. Des incitations qui devraient agir positivement sur l’emploi et les délais de paiement et par conséquent rétablir la confiance entre les partenaires économiques dans un contexte d’incertitude. Disponibles depuis lundi 15 juin, les garanties mises en places concernent en effet la relance des entreprises dans leur globalité avec une parenthèse ouverte pour les Très petites entreprises. L’Etat accorde à ces unités productives des garanties exceptionnelles utilisables une seule fois. S’agissant du produit Relance TPE, la garantie de l’Etat est fixée à hauteur de 95% pour les crédits de relance de l’activité. Elle est également accordée aux commerces et artisans dont le chiffre d’affaires est inférieur à 10 millions dirhams. «Sans sûretés exigées, cette ligne de financement est plafonnée à 10% du chiffre d’affaires avec un minimum de 10.000 dirhams», peut-on relever de la CCG.

Quant à Damane Relance, la garantie de l’Etat oscille entre 80 et 90%, et ce en fonction de la taille de l’entreprise. Elle couvre, particulièrement, les crédits accordés pour la relance de l’activité des entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 10 millions dirhams. «Ces crédits peuvent atteindre 1 mois et demi de chiffre d’affaires pour les entreprises industrielles et un mois de chiffre d’affaires pour les autres», apprend-on dans ce sens. En vue de contribuer à la réduction des délais de paiement, il est exigé que 50% du crédit doive servir au règlement des fournisseurs. Notons que ce produit couvre également les grandes entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 500 millions DH. Tour d’horizon des différentes offres proposées par certaines banques de la place.

Attijariwafa bank : 30 milliards de dirhams pour financer la relance

Pour la relance, Attijariwafa bank cible 100.000 TPME auxquelles elle consacre une enveloppe de 30 milliards de dirhams. Un engagement financier assorti d’un dispositif de services non financiers axés sur la formation, le conseil et la mise en relation. L’offre de relance d’Attijariwafa bank intègre à la fois le financement de la reprise d’activité, les offres digitales innovantes ainsi que l’accompagnement et le conseil. En termes de financement, Attijariwafa bank propose une panoplie de solutions pour la reprise de l’activité, dont le crédit relance adossé au Fonds de garantie de la CCG, et ce jusqu’au 31 décembre 2020. «Après les solutions de report d’échéances, du crédit Oxygène ou du crédit Auto-Entrepreneur, et partant des nouvelles mesures édictées par le Comité de veille économique, Attijariwafa bank déploie un nouveau dispositif d’envergure, baptisé Offre Relance, pour les entreprises de toutes tailles intégrant le financement de la reprise d’activité, des offres digitales innovantes, ainsi que l’accompagnement et le conseil, avec la perspective de franchir au mieux cette étape cruciale de la relance économique», explique le Groupe bancaire. Et d’ajouter que «les commerçants, artisans, professionnels, TPE, PME et grandes entreprises peuvent accéder au financement de leurs besoins en fonds de roulement afin de leur permettre de préserver au maximum l’emploi et de régler prioritairement leurs fournisseurs et ce, selon un ensemble de modalités». A souligner qu’Attijariwafa bank propose en supplément de nombreuses solutions dans le cadre de son offre. Citons dans ce sens les crédits d’investissement pour renouveler l’appareil productif ou réinventer le business model et les crédits de fonctionnement spécifiques pour soulager la trésorerie des opérateurs.

Les entreprises agricoles et agro-industrielles au cœur du dispositif de Crédit Agricole du Maroc

L’offre relance de Crédit Agricole du Maroc concerne à la fois les entreprises en milieu urbain et en milieu rural. Le premier produit baptisé «CAM Relance» est destiné au financement des besoins en fonds de roulement des entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions de dirhams, en leur accordant un crédit à moyen-long termes. Comme son appellation l’indique, le produit «CAM Relance TPE» est destiné aux entreprises de petite taille, personnes morales ou physiques, y compris les commerçants, les artisans, les coopératives et les professions libérales, réalisant un chiffre d’affaires ne dépassant pas 10 millions de dirhams. «Ces deux produits, bénéficiant de la garantie de la Caisse centrale de garantie (CCG), sont proposés jusqu’à fin décembre 2020. Ils permettront de financer le besoin en fonds de roulement des entreprises avec des conditions avantageuses, notamment un taux d’intérêt bonifié, un remboursement pouvant s’étaler sur 7 ans dont 2 ans de différé, une quotité de garantie pouvant atteindre 90% pour le produit «Relance» et 95% pour le produit «Relance TPE» ainsi qu’un plafond du crédit corrélé au chiffre d’affaires de l’entreprise, allant de 10.000 DH à 100 millions DH», rappelle à cet effet le Groupe bancaire. Et de préciser qu’«un intérêt particulier sera accordé dans le cadre de ce dispositif aux entreprises agricoles et agro-industrielles».
Notons que le Groupe Crédit Agricole du Maroc avait déjà alloué une enveloppe supplémentaire de crédit de 1,5 milliard DH pour alléger l’impact du déficit pluviométrique de la campagne agricole 2019-2020.

Bank of Africa : Crédit Relance plafonné à 100 millions de dirhams

Le «Crédit Relance» mis en place par le groupe Bank of Africa tend à soutenir les entreprises en mettant à leur disposition un crédit adapté à leur taille. Il sera ainsi plafonné à 100 millions de dirhams avec un taux de financement de 4% et un remboursement étalé sur 7 ans avec différé pouvant atteindre 2 ans. «Garanti par la Caisse centrale de garantie à hauteur de 80 à 95%, selon le chiffre d’affaires de l’entreprise, le «Crédit Relance» est destiné à couvrir les besoins en fonds de roulement avec au moins 50% du crédit dédié au règlement des fournisseurs», rappelle Bank of Africa dans ce sens. Et de préciser que «d’autres besoins peuvent être financés par le Crédit Relance, notamment les charges du personnel, charges sociales, charges fiscales, loyers, charges d’énergie, frais d’entretien, droits de douane». Le Groupe réitère son engagement et sa mobilisation pour accompagner les acteurs économiques marocains à surmonter la crise causée par la pandémie Covid-19.

BMCI pleinement mobilisée

Du côté de la BMCI, le Groupe reste mobilisé auprès de sa clientèle Entreprise pour l’accompagner à redynamiser son activité impactée par cette crise sanitaire. La banque continuera ainsi à jouer pleinement son rôle en vue de soutenir une reprise durable qui rétablisse et renforce la croissance de notre économie. La BMCI propose ces crédits garantis par la CCG avec un taux d’intérêt exceptionnel de 4% hors taxe, aspirant ainsi à ce que ces nouveaux produits de garanties de crédits donnent accès à des financements bancaires adéquats au cours du second semestre 2020, en faveur des entreprises marocaines impactées par la crise. Notons qu’à l’instar des banques de la place BMCE décline son offre autour de deux types de crédits, à savoir “Damane Relance” et “Relance TPE” remboursable sur une durée maximum de 7 ans avec un différé pouvant aller jusqu’à 2 ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *