Des Data Center pour atteindre la souveraineté numérique

Des Data Center pour atteindre  la souveraineté numérique

Le Big data est une source inestimable qu’il est essentiel de protéger en raison des nombreux enjeux qu’elle représente. Pour y parvenir, il est nécessaire pour le Maroc de mettre en place des structures de Data Center sur le territoire national capables de porter le plus grand nombre de données.

A l’ère de l’Open Data, d’Internet, des géants du web, du cloud et des réseaux sociaux, le Big data est devenu essentiel dans le monde d’aujourd’hui. Au niveau mondial, la guerre de la donnée est bel et bien déclenchée. Plusieurs entreprises privées ainsi que des organisations nationales et internationales considèrent que le « Big data » est un outil indispensable pour apporter des réponses à leur besoin d’efficacité, de pertinence, de portée stratégique et de prise de décision. A l’heure de la crise sanitaire les projecteurs ont été braqués sur son importance en tant qu’élément influent de la réponse mondiale à la pandémie pour prédire les résultats potentiels et éventuellement sauver des vies. Le Big data est une source inestimable qu’il est essentiel de protéger en raison des nombreux enjeux qu’elle représente. Pour y parvenir, il est nécessaire pour le Maroc de mettre en place des structures de Data Center sur le territoire national capables de porter le plus grand nombre de données. Cette démarche permettrait au Maroc d’arriver à la souveraineté numérique parallèlement à l’émergence d’un écosystème technologique et industriel.

Héberger les plates-formes de secours

L’hébergement de la donnée fait partie intégrante de la protection de l’information. Dans le même sens, disposer d’un Data Center devient de plus en plus important pour les structures qui doivent gérer une masse d’informations importante. C’est le cas du ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration (MEFRA) qui a lancé un appel d’offres pour l’hébergement et l’infogérance de ses systèmes d’information. Cette démarche concerne l’hébergement des plates-formes de secours et rentre dans le cadre de la continuité de service des systèmes d’information du ministère. Ce plan de continuité est lié à la protection des données et la protection des applications. Il s’agit aussi d’éviter une paralysie des services, reprendre les activités au plus tôt les fonctions ou activités essentielles et limiter les effets négatifs relatifs à un sinistre majeur. Pour revenir à l’existant, le MEFRA dispose depuis 2013 d’un plan de continuité des services informatiques gérés par un prestataire externe assurant l’hébergement et l’infogérance des plateformes de secours des systèmes critiques et ce selon plusieurs niveaux d’infogérance, précise le département de tutelle. Actuellement, il est question de l’hébergement et de l’infogérance d’une plate-forme plus étendue «et ce suite à la maturité de nouveaux systèmes critiques du ministère», précise-t-on. Pour ce faire, le site concerné devra être localisé au Maroc avec une distance supérieure à 75 km de la ville de Rabat et éloigné des zones côtières.

«L’Africain Supercomputing Center» de Benguerir

L’Université Mohammed VI Polytechnique a récemment inauguré son nouveau Data Center, certifié Tier III et Tier IV par l’Uptime Institute, intégrant également le SuperCalculateur «le plus puissant d’Afrique, sous le nom de «l’African Supercomputing Center», offrant ainsi au Maroc une place dans le Top 100 mondial des centres intelligents», indique l’UM6 ajoutant qu’elle renforce sa présence sur le territoire en proposant des réponses technologiques pour contribuer à la souveraineté numérique, à la sécurisation et au traitement des données exploitées. Ce nouveau centre est doté d’une capacité de 3,15 pétaflops à raison de trois millions de milliards d’opérations par seconde. Développé en partenariat avec l’Université de Cambridge, l’African Supercomputing Center se place au 98e rang des superordinateurs les plus puissants au monde et hisse le Maroc à la 26e place mondiale et à la 1ère place africaine, en termes de puissance de calcul, devant l’Autriche et Hong Kong.
Il est à noter qu’en 2017 le groupe marocain Medafrica Systems (Medasys), spécialisé en IT, avait lancé à Témara, Maroc Datacenter, ce qui a été considéré à son inauguration comme la 1ère plate-forme Cloud Computing en Afrique francophone.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *