970x250

Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet

Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet

En hausse de 2,4% comparé à fin décembre 2021

à fin juillet, le Trésor a eu recours au financement intérieur pour un montant de 18,6 milliards de dirhams contre 54,1 MMDH. Il tient en effet compte d’un besoin de financement de 19,2 MMDH et d’un flux net positif de 624 MDH.

La dette intérieure du Trésor se consolide au titre des sept premiers mois de l’année. Son encours a atteint à fin juillet les 666,1 milliards de dirhams, en progression de 2,4% comparé au niveau atteint à fin décembre 2021.
Cette progression relevée dans le dernier bulletin statistique des finances publiques de la Trésorerie générale du Royaume s’explique principalement par le recours du Trésor au marché des adjudications pour un montant net de 14,8 milliards de dirhams contre 31,7 milliards de dirhams à la même période de l’année passée. Il résulte en effet de 72,4 milliards de dirhams de souscriptions et de 57,5 milliards de dirhams de remboursements contre respectivement 86,3 milliards de dirhams et 54,6 milliards de dirhams une année plus tôt. «A fin juillet 2022 et dans le cadre de la gestion active de la dette intérieure, le Trésor a procédé à des opérations d’échange de bons, en vue de réajuster le profil de la dette», peut-on relever de la Trésorerie générale du Royaume. Et de préciser que «ces opérations ont porté sur un montant global de 8,6 milliards de dirhams». Il est à rappeler qu’à fin juillet le Trésor a eu recours au financement intérieur pour un montant de 18,6 milliards de dirhams contre 54,1 milliards de dirhams. Il tient en effet compte d’un besoin de financement de 19,2 milliards de dirhams et d’un flux net positif de 624 millions de dirhams contre respectivement 56,9 milliards de dirhams et 2,8 milliards de dirhams une année auparavant.

Hormis le recours au marché des adjudications pour un montant de 14,8 milliards de dirhams, le financement intérieur résulte également de la hausse des dépôts au Trésor de 1,2 milliard de dirhams contre 11,1 milliards de dirhams observés à la même période de l’année passée. Ils se sont établis à 89,3 milliards de dirhams à fin juillet contre 88,1 milliards de dirhams à fin décembre 2021. A cela s’ajoute la ponction sur les disponibilités du Trésor auprès de Bank Al-Maghrib pour un montant de l’ordre de 2,6 milliards de dirhams contre une ponction de 2,5 milliards de dirhams à la même période de l’année passée.

La Trésorerie générale du Royaume évoque par ailleurs d’autres moyens de financement. Citons dans ce sens le numéraire chez les comptables publics, les chèques remis à l’encaissement durant les derniers jours de juillet et dont le compte courant du Trésor à Bank Al-Maghrib ne sera crédité que début août ainsi que les avances aux régisseurs. Par ailleurs, les disponibilités du Trésor auprès de la banque centrale se sont élevées à 2,6 milliards de dirhams contre 5,3 milliards de dirhams en début d’exercice. D’après la publication de la Trésorerie Générale du Royaume, ces disponibilités tiennent compte de 2,8 milliards de dirhams de placements effectués en juillet 2022 et dont le remboursement n’intervient qu’en août 2022.

Pour rappel, le financement extérieur net a été positif de 624 millions de dirhams. Les remboursements du principal de la dette extérieure ont atteint à fin juillet les 5,95 milliards de dirhams au moment où les tirages ont été de 6,58 milliards de dirhams dont 2,7 milliards de dirhams auprès de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et 1,8 milliard de dirhams auprès de la Banque africaine de développement.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.