Digitalisation : La logistique intelligente, une orientation prometteuse pour le secteur

Digitalisation : La logistique intelligente, une orientation prometteuse pour le secteur

Le concept de la logistique intelligente tend à doter le secteur de plus d’efficacité et de transparence. Grâce à une interconnexion intelligente, le processus devient plus flexible et sûr.

La crise sanitaire a démontré plus que jamais l’importance de l’outil digital pour les économies. L’avenir du secteur logistique passe par la digitalisation. L’accélération de la digitalisation du secteur augmentera la maturité des opérateurs, notamment ceux relevant du secteur de la distribution. Ceci renforcera leur capacité à mieux anticiper les crises à venir. Le développement de la logistique intelligente s’impose aujourd’hui comme une nécessité.

Cette orientation contribuera à améliorer sa performance logistique domestique et internationale. L’ensemble des opérateurs publics soient-ils ou privés sont appelés à s’inscrire incessamment dans cette dynamique. Le concept de la logistique intelligente tend à doter le secteur de plus d’efficacité et de transparence. Grâce à une interconnexion intelligente, le processus devient plus flexible et sûr. Cette notion s’articule autour de la digitalisation des processus, de l’optimisation des opérations et des ressources, de la dématérialisation des opérations et de la collaboration entre les différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement.
Notons que le Maroc compte à son actif une expérience réussie en matière de digitalisation de la logistique portuaire. Cette dynamique est appelée à se renforcer pour pouvoir améliorer le suivi et la traçabilité des expéditions, la coordination entre les divers acteurs des ports, notamment les transporteurs, les agents maritimes, les opérateurs de terminaux, les assureurs, les agents de douane, les institutions financières et le transport intérieur.

Le chantier de la dématérialisation accéléré

De réels changements dans le comportement des opérateurs ont été observés en cette période de crise. Que cela soit au niveau des routes, du ferroviaire ou du maritime, l’ensemble des acteurs ont rapidement adapté leur process à la réalité du terrain. L’engagement étant de fournir aux professionnels et citoyens des services plus efficaces. La première action entreprise est la dématérialisation des documents et des procédures. Les démarches ont été accélérées pour la numérisation des appels d’offres, des bons à délivrer, de la réservation et de la prise de rendez-vous sans oublier la promotion du paiement électronique sans contact.

La performance logistique à améliorer

Se référant au rapport financier accompagnant le projet de loi de Finances pour l’année budgétaire 2021, les efforts de digitalisation, qui ont été dictés par une conjoncture difficile, sont appelés à se poursuivre et se consolider pour remédier aux défaillances structurelles dans le domaine du transport et de la logistique. «Malgré les efforts du Maroc dans le développement de l’infrastructure du transport sur les deux dernières décennies, sa performance logistique reste en deçà de ses ambitions», peut-on relever dans ce sens.
Le Maroc a gagné seulement 7 places dans l’indice de performance logistique sur les dix dernières années. Il est ainsi passé du 94ème rang en 2007 au 87ème rang en 2018. Ce positionnement montre que le Maroc est en retard par rapport à ses principaux partenaires commerciaux. Citons dans ce sens la France (15ème place) et l’Espagne (18ème). Il en est de même pour les concurrents, en l’occurrence la Turquie (37ème) et l’Egypte (60ème). Ce déphasage s’explique par la faiblesse observée en termes d’efficacité des formalités douanières et de la gestion des frontières. Le Maroc occupe dans ce sens la 114ème place dans l’indice de performance logistique en 2018. Le Royaume arrive également 104ème en termes de capacité du suivi et de traçabilité des consignations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *