Eau et assainissement liquide : Des investissements de 7,9 MMDH engagés par l’ONEE entre 2019 et 2020

Eau et assainissement liquide : Des investissements de 7,9 MMDH engagés par l’ONEE entre 2019 et 2020

A travers les projets engagés dans l’eau potable et l’assainissement liquide, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a joué un important rôle dans la lutte contre la propagation de la Covid-19 au Maroc.

Ceci s’explique par le fait que l’accès à l’eau et les mesures d’hygiène sont considérés comme un moyen vital de protection contre cette pandémie. En effet, l’Office a franchi un cap important dans l’activité eau et assainissement liquide. L’Office accorde une attention particulière à ce segment pour lequel un important effort d’investissement est déployé. On note dans ce sens une mobilisation de 7,9 milliards de dirhams sur la période 2019-2020, dont 4,3 milliards de dirhams investis en 2019 et 3,6 milliards de dirhams prévus d’être réalisés en 2020. Des investissements ayant permis de maintenir la qualité de service et d’assurer l’approvisionnement en eau potable de l’ensemble des villes du Maroc et de porter le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural à des niveaux satisfaisants. L’accès est ainsi généralisé à hauteur de 97,8% en 2020 contre 97,4% en 2019 et 97% en 2018. Un saut ayant contribué à l’amélioration de la qualité de vie de la population rurale.

Plus de 1,2 milliard de m3 produits

Sur cette période, l’ONEE a procédé à l’équipement des débits supplémentaires (1,9m3/seconde et 3,2 m3/seconde) et ce afin de répondre à une demande croissante en eau potable. L’Office a également produit annuelle plus de 1,2 milliard de mètres cubes. «Le débit équipé par l’Office représente plus de 94% de la capacité de production nationale», relève-t-on de l’ONEE qui compte 2,37 millions d’abonnés sur ce segment. Ainsi, le linéaire total des conduites de production d’eau potable a atteint 13.350 kilomètres. Celui des conduites de distribution a, pour sa part, dépassé 56.000 kilomètres.
Pour ce qui est du domaine de l’assainissement liquide, l’ONEE compte à fin 2020 un total de 119 stations d’épuration d’une capacité globale de 450.405 m3/jour, soit une capacité additionnelle en 2019 et 2020 de 54.921 m3/jour. L’Office gère ce service au niveau de 142 villes et centres en faveur d’une population de 5,8 millions d’habitants.

Un leadership régional avéré

L’ONEE articule sa stratégie d’intervention en Afrique dans le domaine de l’eau potable et de l’assainissement liquide autour de l’accompagnement et l’assistance technique au profit des opérateurs de l’eau africains. L’ONEE agit également en termes de renforcement des capacités techniques et managériales des agents africains. L’objectif étant de leur permettre d’améliorer leurs performances et assumer pleinement leur mission de service public pour garantir l’accès à l’eau potable et l’assainissement à leurs usagers. L’Office participe ainsi au renforcement de l’alimentation en eau potable et au projet d’assainissement liquide en Guinée-Conakry ainsi qu’à la gestion de la qualité de l’eau au Burkina Faso. Le leadership de l’ONEE dans les organisations internationales n’est plus à démontrer. L’Office a été élu en tant que président de l’Association africaine de l’eau pour deux mandats successifs (2016-2018/ 2018-2020).

De même, Abderrahim El Hafidi, directeur général de l’ONEE, a été élu gouverneur du Conseil mondial de l’eau pour la période 2019-2021. La période 2019-2020 a été marquée par une contribution active de l’ONEE à la gouvernance du Conseil et aux événements organisés pour définir et mettre en œuvre la stratégie mondiale dans le secteur de l’eau qui se sont tenus en Égypte, au Liban, au Sénégal et par visioconférence compte tenu des restrictions liées à la Covid-19. En parallèle, le directeur général de l’ONEE a été élu à l’unanimité vice-président de l’Institut méditerranéen de l’eau (IME) pour la période 2019-2025. Etant membre du conseil d’administration de l’International Water Association (IWA) et de «Arab Countries Water Utilities Association» (ACWUA), l’ONEE a contribué activement au cours de la période 2019-2020 à la gouvernance et aux événements organisés par ces organismes actifs dans le secteur de l’eau au niveau international et de la région arabe.

Les principaux projets «eau» menés par l’ONEE en Afrique

• Renforcement de l’alimentation en eau potable à Conakry

L’apport de l’ONEE au projet de renforcement de l’alimentation d’eau potable de Conakry par le remplacement d’une conduite alimentant en eau potable la capitale s’articule autour de deux interventions. La première est d’ordre financier. Il s’agit de l’octroi d’un don dont le montant est arrêté à 40 millions de dirhams hors taxes et hors droits de douane. L’Office apporte également son assistance et son accompagnement pour la réalisation des ouvrages du projet. Notons que les activités ont été réalisées avec succès et le projet a été achevé et mis en service en février 2019.

• Projet d’assainissement liquide en Guinée

Etabli dans le cadre d’une coopération bilatérale entre le Maroc et la Guinée-Conakry, l’ONEE contribue à ce projet à travers l’assistance technique à la réalisation du projet d’assainissement liquide de la capitale guinéenne Conakry et le renforcement des capacités au profit des cadres et techniciens guinéens en charge de l’activité assainissement. Le financement du projet est réalisé à travers un don mobilisé par le ministère de l’économie et des finances du Maroc qui s’élève à un montant maximum de 12,591 millions de dollars américains. La contribution de l’ONEE est estimée à 16,8 millions de dirhams dont 15 millions pour l’assistance technique et 1,8 million de dirhams pour le renforcement des capacités.

• Gestion de la qualité de l’eau au Burkina Faso

Ce programme de partenariat liant le Maroc au Burkina Faso et la Banque islamique porte sur le transfert de l’expertise marocaine dans le domaine de la qualité de l’eau. Le programme d’intervention s’articule autour de trois principaux objectifs. Citons en premier la protection des ressources en eau des barrages de Ziga et Loumbila contre les conséquences de l’eutrophisation, l’utilisation optimale des capacités de traitement d’eau dans les barrages susmentionnés ainsi que le renforcement des capacités du Laboratoire national central de l’ONEA dans le domaine du contrôle de la qualité d’eaux. La clôture officielle de ce programme est prévue en 2021.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *