Echanges extérieurs : La position du Maroc nettement débitrice en 2020

Echanges extérieurs : La position du Maroc nettement  débitrice en 2020

La position extérieure globale du Maroc ressort nettement débitrice à fin 2020. Se référant aux indicateurs formulés dans ce sens par l’Office des changes, un débit de 726,6 milliards de dirhams a été relevé à fin décembre 2020 contre -715,6 milliards de dirhams à fin septembre 2020.

Elle tient compte de la hausse simultanée des encours des engagements financiers et des avoirs financiers. On relève dans ce sens des additionnels respectifs de l’ordre de 34,8 milliards de dirhams et de 23,8 milliards de dirhams. «L’accroissement des engagements financiers est conséquent de la progression des encours des investissements directs (+21,1 MM DH) et des investissements de portefeuille (+19 MM DH)», commente dans ce sens l’Office des Changes qui relève par ailleurs une baisse de 4,7 MMDH de l’encours de la composante «autres investissements». Pour ce qui est des avoirs financiers, leur progression s’explique par l’augmentation de 14,2 milliards de dirhams des avoirs des réserve et de 7,2 milliards de dirhams des encours de la composante «autres investissements».

En ce qui concerne l’évolution des principaux indicateurs des échanges extérieurs, l’Office des changes souligne dans sa publication une baisse de 22,8 % du déficit commercial en 2020. Il revient ainsi à 159 milliards de dirhams contre 206,5 milliards DH à fin 2019. A cet effet, le taux de couverture gagne 4,3 points pour se situer à 62,2 %. Ce cap a été en effet marqué par une importante baisse du volume des échanges commerciaux. Ce repli est estimé à 11,7 % comparé à 2019. Les importations ont dans ce sens affiché une contraction de 14 %, soit 68,7 milliards de dirhams de moins par rapport aux achats effectués une année plutôt (422,3 milliards de dirhams en 2020 contre 491 milliards de dirhams en 2019).
Cette baisse reste, en effet, plus prononcée que celle des exportations. Les ventes du Maroc à l’export ont eu en effet diminué de 7,6 % perdant ainsi en glissement annuel 21,7 milliards de dirhams de leur valeur. Le chiffre d’affaires réalisé dans ce sens en 2020 s’élève à 262,8 milliards de dirhams contre 284,5 milliards de dirhams en 2019.

Du côté du compte courant, son déficit s’est allégé de 62,3 % en 2020. Le volume des transactions courantes a atteint durant cette année, plombée par les aléas de la crise sanitaire, les 915,4 milliards de dirhams en repli de 13,8 %. En valeur, cette baisse est estimée à 146,4 milliards de dirhams. Elle intervient sous l’effet combiné de la baisse de 60 milliards de dirhams des recettes courantes et de 86,4 milliards de dirhams des dépenses courantes. Se référant à l’Office des changes, la balance des paiements au titre de l’année 2020 fait ressortir un allègement du déficit du compte des transactions courantes de 62,3 %. Il se situe ainsi à -16 milliards de dirhams contre 42,4 milliards de dirhams pour 2019.

Une évolution que l’Office des changes explique par l’allégement des déficits enregistrés au titre des échanges de biens et du revenu primaire à concurrence de 43 milliards de dirhams et 4,9 milliards de dirhams. Le deuxième facteur cité, à ce propos, n’est tout autre que l’amélioration de l’excédent du revenu secondaire à hauteur de 8 milliards de dirhams. Des évolutions qui, selon l’Office des changes, ont été partiellement contrebalancées par le repli de l’excédent des services de 29,5 milliards de dirhams. Rappelons que l’encours des investissements directs étrangers au titre de l’exercice 2020 a connu une hausse de 21,1 milliards de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *