970x250

Échanges extérieurs: Quels changements après la crise ?

Échanges extérieurs: Quels changements après la crise ?

En dépit des répercussions négatives de la pandémie de Covid-19 sur l’économie mondiale, certains pays ont su s’adapter rapidement avec le nouveau contexte, notamment en déployant des solutions numériques à la pointe de la technologie pour fluidifier le commerce transfrontalier.

D’autres ont tiré des enseignements de cette conjoncture qui a révélé l’importance du digital dans le maintien et la continuité des services en temps de crise. D’ailleurs, les participants à la rencontre sur les systèmes de gestion des flux du commerce extérieur en Afrique sous le thème «Partage d’expériences sur les guichets uniques : changements majeurs après une pandémie», organisé à Marrakech le 27 septembre 2022 lors de la 8ème Conférence internationale des guichets uniques, sont tous unanimes pour dire que la crise sanitaire mondiale a eu des effets négatifs réels sur l’économie mais elle a donné l’opportunité à certains pays, notamment les pays africains, pour innover et accélérer leurs plans de transformation numérique dans tous les secteurs dont celui de la gestion du trafic commercial transfrontalier. «L’Afrique est sortie plus forte et plus résiliente de cette crise sanitaire mondiale, dont la gestion des répercussions négatives a représenté un véritable défi», affirme Warsama Guirreh, directeur général de la Djibouti Port Community Systems (DPCS), lors de cet évènement organisé par PortNet SA, en partenariat avec l’Agence nationale des ports (ANP) et l’Alliance africaine du commerce électronique (AACE). La rencontre connaît la participation de plusieurs experts internationaux de divers horizons, de décideurs, de chefs d’entreprises et d’acteurs de l’écosystème du commerce international. Warsama Guirreh indique que la pandémie de Covid-19 a eu pour effet d’inciter son pays à créer un ministère dédié à l’économie numérique et l’innovation, et à mettre en place un cadre juridique de nature à faciliter la transformation numérique dans ce pays de la Corne de l’Afrique. Dans ce sens, il a mis en exergue les efforts consentis par le Djibouti pour améliorer les services portuaires et renforcer les flux du trafic dans ses ports, avant de présenter un aperçu sur les divers services que propose la DPCS à ses clients, pour la majorité des pays enclavés, notamment l’Éthiopie. Pour sa part, le responsable de l’analyse des données chez «PortNet SA», Tarik Naciri, a rappelé les dates clés de l’évolution « PortNet », qui est un guichet unique ayant réussi à dématérialiser la totalité des démarches du commerce international. Il a également relevé que cette société délivre, à travers plus de 120 services communautaires innovants, un réel avantage compétitif à son écosystème composé de plus de 66.000 usagers (entreprises, administrations et institutionnels entre autres). Il explique que la conception, la mise en place et la généralisation des services de « PortNet » se sont faites d’une façon fédérée, participative et inclusive malgré la diversité des acteurs soulignant que le Maroc a misé sur la transformation numérique comme levier du développement. Pour Abdoullahi Faouzi, directeur technique au sein de GUCE-GIE (Guichet unique des opérations du commerce extérieur) au Cameroun, les plans d’accélération de la transformation digitale pendant la pandémie ont été confrontés aux problèmes d’adoption des outils et d’adhésion des opérateurs, d’où la nécessité de la mise en place de mesures incitatives et de l’accompagnement de toutes les parties. En marge de ce panel, un hommage a été rendu à Hassan Sentissi El Idrissi, président de l’Association marocaine des exportateurs (Asmex) en reconnaissance de son engagement en faveur du développement du tissu économique marocain.

État des lieux…

Selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced), le commerce mondial des marchandises avait enregistré une baisse de 7,4% en 2020 pendant la pandémie de Covid-19. Les exportations mondiales se sont élevées à 17,6 milliards de dollars, soit une baisse de 1,4 billion de dollars par rapport à l’année précédente. Ce qui correspond à la plus forte baisse annuelle enregistrée depuis 2009, année durant laquelle les échanges avaient chuté de 22%. En revanche, la reprise du commerce mondial après l’émergence de la crise sanitaire a atteint un niveau record au premier trimestre 2021, avec une augmentation de 10% en glissement annuel et de 4 % en glissement trimestriel, avait souligné le Global Trade Update de la Cnuced publié le 19 mai 2021. Selon le même rapport, le rebond impressionnant du premier trimestre 2021 reste adossé aux solides performances à l’exportation des économies d’Asie de l’Est, dont les succès précoces dans la lutte contre la pandémie leur ont permis de rebondir plus rapidement et de bénéficier de l’essor de la demande mondiale de produits liés à la Covid-19.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *