EconomieUne

Écotourisme : Trois sites bientôt aménagés à Ifrane

© D.R

Le Maroc compte plusieurs zones forestières et a conçu une stratégie (Forêts du Maroc 2020-2030) visant à protéger ces écosystèmes. 

Clusters : L’Agence nationale des eaux et forêts s’attelle à la réalisation des études techniques pour la conception des projets d’aménagements écotouristiques. Ce projet concerne trois sites répartis sur trois clusters, à savoir le site de Michlifen (Cluster Michlifen/JbelHabri), le site de Moudmame (Cluster Cédraie/Sehb) et le site de Ras El Ma (Cluster Ras El Ma), relevant du Parc national d’Ifrane et des communes territoriales de Ben Smim et Timahdite, province d’Ifrane. Les détails.

Le tourisme durable séduit actuellement une grande partie des voyageurs dans le monde. Au Maroc, cette tendance continue à se renforcer accompagnée par plusieurs projets. Les derniers en date sont ceux qui concernent trois sites répartis sur trois clusters, à savoir le site de Michlifen (Cluster Michlifen/JbelHabri), le site de Moudmame (Cluster Cédraie/Sehb) et le Site de Ras El Ma (Cluster Ras El Ma), relevant du Parc national d’Ifrane et des communes territoriales de Ben Smim et Timahdite, province d’Ifrane. Ce projet est porté par l’Agence nationale des eaux et forêts à travers sa direction régionale de Fès-Meknès. Il faut dire que le tourisme en milieu naturel se fonde notamment sur des valeurs de simplicité, de liberté, d’osmose avec la nature et de respect de l’environnement. Ce tourisme concilie respect de la nature et intégration paysagère tout en offrant le meilleur confort aux visiteurs.

Valorisation de écosystèmes

«Au Maroc, la qualité intrinsèque aux zones forestières et la beauté exceptionnelle de ses paysages nous incitent à une mise en valeur réfléchie et optimale dans l’intérêt des communautés locales et des visiteurs. Dans ce sens, la stratégie «Forêts du Maroc 2020-2030» s’intègre parfaitement dans cette optique et trace une nouvelle gouvernance distinctive pour les Parcs nationaux, permettant d’asseoir un nouveau modèle qui assure la mission de conservation et la valorisation des écosystèmes. Cette nouvelle stratégie projette de faire de ces espaces protégés une destination phare pour l’écotourisme à travers la création d’une marque «Parc national», le marketing de ses produits et services labellisés, le développement d’une infrastructure adéquate et la création de parcours naturels adaptés aux adeptes de la nature», indique l’Agence nationale des eaux et forêts. Et d’ajouter: «Le Parc national d’Ifrane a été choisi dans cette démarche comme parc pilote. Ce parc national créé en 2004 et qui s’étend sur la portion occidentale du Moyen Atlas central, avec une superficie de 125.000 ha, se distingue par ses valeurs biologiques et écologiques, sa richesse forestière et la beauté exceptionnelle de ses paysages. Son territoire constitue un véritable château d’eau qui renferme des lacs naturels permanents, des sources et des rivières, constituant des entités paysagères majeures. Le Parc national d’Ifrane est considéré comme une zone forestière par excellence, marquée par la présence du cèdre de l’Atlas, espèce emblématique de cette aire protégée, qui a été reconnue en 2016 par l’Unesco comme un patrimoine mondial pour l’humanité. Ces paysages naturels sont aussi parmi les plus remarquables du Royaume qui offrent des contrastes très diversifiés à travers toutes les saisons de l’année».

Potentiel

Trois clusters ont été identifiés dans le cadre de la valorisation des Parcs nationaux. Les sites concernés sont le site de Michlifen (Cluster Michlifen/JbelHabri), le site de Ras El Ma (Cluster Ras El Ma) et le Site de Moudmame (Cluster Cédraie/Sehb). Ainsi le Cluster Cédraie/Sehb (Site de Moudmame) est caractérisé par la présence de belles formations forestières de cèdre et de chêne vert où on peut rencontrer des populations sauvages de singe Magot et une avifaune très riche. «La présence de la maison de la Cédraie au niveau de ce cluster qui représente toute la thématique du Cèdre de l’Atlas ne peut que susciter l’intérêt des visiteurs à découvrir ces potentialités faunistiques et floristiques », indique la même source précisant que les aménagements à entreprendre au niveau de cette zone couvrent l’aménagement d’aires de repos, parkings paysagers, sanitaires, l’intégration de la maison de la Cédraie et des commerces existants dans la proposition globale d’aménagement, l’aménagement de chemins de randonnées et des sentiers de ballades équestres, avec balisage et signalétiques, l’aménagement des aires de pique-niques et des aires d’accueil du public, l’aménagement des espaces pour les chevaux et VTT et des propositions d’aménagement pour la protection des singes sur la route. Du côté du Cluster Michlifen/JbelHebri (Site de Michlifen), ce dernier est marqué par la présence d’un ensemble de massifs forestiers et paysagers remarquables, emblématique du Parc national d’Ifrane, propices au développement de l’écotourisme.

«La présence de la station de ski d’Hebri et de la cuvette de Michlifen ne peut aussi que favoriser le développement d’un tourisme de nature offrant aux visiteurs un séjour unique», explique l’Agence nationale des eaux et forêts. A ce propos, les aménagements à entreprendre au niveau de ce site concernent l’aménagement d’un parc d’aventure avec « Tyrolienne » au niveau du site de Michlifen, l’aménagement d’un parc de glisse, au niveau du site de Michlifen, l’aménagement des circuits d’accès et de randonnées pédestres et équestres, l’aménagement des espaces de détente, d’aire de repos et d’espace de pique-nique, avec une réorganisation fonctionnelle des espaces et l’aménagement des aires d’accueil et parkings. Pour ce qui est du Cluster Ras El Ma (Site Ras El Ma), il comporte des richesses floristiques et faunistiques importantes avec un gradient cèdre/chêne vert/chêne zène très représentatif, comme le relève la même source.

Et de souligner : «Perché sur une colline dominant les bassins du Centre national d’hydrobiologie et de pisciculture, le site de Ras El Ma est situé au cœur du Parc national d’Ifrane». Ainsi, les aménagements à entreprendre au niveau de ce site concernent l’école de pêche sportive, des zones de pêche éducative, un parcours de pêche et des sentiers d’accès, avec balisage et signalétique, des entrées de la station et parking paysager, des circuits de randonnées et, enfin des espaces d’accueil et d’information et d’exposition.

Articles similaires

ActualitéUne

En application des Hautes Instructions Royales, M. Akhannouch préside une réunion consacrée au recensement général de la population

Mobilisation générale pour la réussite du Recensement général. En application des Hautes...

ActualitéUne

Une réunion mercredi du Conseil de gouvernement

Un Conseil de gouvernement se tiendra mercredi sous la présidence du chef...