En marge de l’Expo 2020 Dubaï : Le savoir-faire marocain dans l’hydrogène vert exposé par l’IRESEN

En marge de l’Expo 2020 Dubaï : Le savoir-faire marocain dans l’hydrogène vert exposé par l’IRESEN

Les atouts du Maroc dans l’hydrogène vert mis en avant à l’Expo universelle.

En effet, l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) a pris part à l’Expo 2020 de Dubaï durant la première semaine thématique dédiée au climat et à la biodiversité, en organisant jeudi un événement parallèle sur l’hydrogène vert, sous le titre «Green Hydrogen: Key to Decarbonizing the Economy?».

Dans un communiqué, l’IRESEN a indiqué que plusieurs experts ont participé à la rencontre et ont échangé sur les défis majeurs face au déploiement de la filière Power-to-X afin d’accélérer la décarbonation des économies, soulignant que l’Institut, l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE) et le Cluster GreenH2 ont mis en exergue le potentiel, les ambitions du Maroc en matière de production, d’utilisation et d’export d’hydrogène et de molécules vertes compétitives et les avancées concrètes. Ils ont notamment évoqué les actions de la Commission nationale de l’hydrogène coordonnées par le ministère en charge de l’énergie, le lancement effectif du Cluster GreenH2 mettant en avant les efforts du secteur privé et les synergies avec les différentes parties prenantes, la présentation des premiers projets pilotes lancés par l’IRESEN, l’Université Mohammed VI Polytechnique et leurs partenaires, ainsi que la plateforme de recherche GreenH2A, précise la même source. L’organisation de l’événement annuel «World Power-To-X Summit», dont la deuxième édition se tiendra début décembre 2021 à Marrakech, a également été mise en exergue à cette occasion. Plusieurs représentants d’entreprises et d’organisations nationales et internationales ont participé à cet événement, qui a connu un grand succès, grâce à la richesse des débats et des présentations des différents intervenants, relève l’Institut.

L’événement a également été une occasion pour faire le point sur l’avancement des premiers projets pilotes de R&D et à l’échelle pré-industrielle des acteurs pionniers engagés dans la filière, tout en s’attardant sur les défis, humains, technologiques, économiques, environnementaux, fiscaux et réglementaires, auxquels devra faire face le passage de cette industrie à l’échelle du giga-watt.

La rencontre a été clôturée par une recommandation envers les parties prenantes gouvernementales et privées, afin de promouvoir un partenariat international fort, engagé et équitable, entre futurs pays exportateurs et importateurs de l’hydrogène propre, ajoute l’IRESEN, soulignant que ce partenariat gagnant-gagnant devrait avoir pour maîtres mots : renforcement des capacités, transfert de technologie et co-localisation de la valeur. A cet égard, l’idée de créer un «OPEC» de l’hydrogène vert (OHyEC), où siégeront également les pays importateurs, a été évoquée. Il s’agit d’un «cartel vertueux» qui serait en mesure d’amener vers une transition énergétique mondiale réussie, et une neutralité carbone universelle d’ici 2050, conclut le communiqué.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *