En partenariat avec l’Asmex / [email protected] : L’ADII présente sa solution digitale aux opérateurs économiques

En partenariat avec l’Asmex / Diw@nati : L’ADII présente sa solution digitale aux opérateurs économiques

Arriver à mener une transaction d’exportation à partir de son bureau avec pour seul déplacement le dépôt de marchandises permettrait de franchir un nouveau cap dans le processus de dématérialisation.

Au niveau de la l’Administration des douanes et des impôts indirects (ADII), plusieurs solutions ont été développées afin de simplifier les procédures administratives dont la plateforme [email protected] «Un des éléments clés pour que le Maroc puisse devenir un pays fortement exportateur, c’est de fluidifier l’échange de produits et marchandises avec l’extérieur et surtout de faire en sorte que l’interaction se fasse d’une manière dématérialisée et digitalisée», souligne Hicham Amadi, vice-président de l’Asmex en charge des questions technologiques et IT, lors d’un webinaire qui s’est déroulé en fin de semaine dernière sur la présentation de [email protected], organisé par l’Asmex en partenariat avec l’ADII. L’occasion était de répondre aux questions des différents opérateurs sur ce dispositif numérique douanier et d’accompagner le processus de dédouanement. A l’écoute des opérateurs, la douane serait prête à étudier la faisabilité de toute proposition qui permettrait de faire évoluer ses solutions numériques.

Un espace virtuel douanier dématérialisé

[email protected] met à la disposition des chefs d’entreprise des informations décisionnelles se rapportant à leurs opérations de douane. Elle vise à lever toute incompréhension ou litiges «évitables» pouvant créer un climat de suspicion et à conforter la volonté de la douane d’inaugurer une nouvelle relation de confiance avec l’entreprise. Il s’agit d’ailleurs d’un des grands projets inscrits dans la stratégie de la douane 2023. Ce site est accessible sur le Web avec un affichage adapté à tous les supports digitaux (smartphone, tablette et ordinateur). Au niveau de ses fonctionnalités, la douane a mis en place des solutions opérationnelles et en prévoit d’autres dans l’avenir proche. Celles-ci regrouperaient le renforcement du traitement des e-documents (permettant à l’entreprise d’éditer des documents administratifs), l’accompagnement des conseillers douaniers (afin de recevoir et traiter les doléances des usagers) ainsi que d’autres services en ligne. Pour l’heure, cet espace douanier virtuel reste intuitif. Il comprend entre autres un tableau de bord qui regroupe un ensemble de données sur l’entreprise, les historiques des opérations, les services en ligne et un service de notification. [email protected] est aujourd’hui disponible en version mobile téléchargeable gratuitement sur App Store et Google Play.

Comment utiliser la plateforme ?

L’accès à cette plateforme multilingue est libre ou sur authentification. Pour ce qui est des services libres, il suffit par exemple pour les particuliers de saisir leur numéro de carte nationale ou le numéro de passeport. Concernant l’accès authentifié, l’utilisateur devra créer un compte personnel en introduisant un ensemble d’informations. Tous les champs sont obligatoires. A ce stade, trois documents d’identification sont demandés (en format PDF), à savoir la CIN, le modèle J de l’entreprise et la procuration. Pour cette dernière aucun modèle n’est défini. Sans être légalisée, elle peut être manuscrite ou saisie avec le nom de la personne mandatée ou le nom du chef de l’entreprise lui-même. Suite à la création du compte, l’utilisateur recevra un email de confirmation provenant du support technique de la douane l’invitant à activer son compte en cliquant sur un lien spécifié. Après confirmation de l’inscription, le nouveau compte fera l’objet d’une validation auprès du service gestion relation client relevant des directions régionales de domiciliation. Une fois l’étape de validation passée, le tableau de bord de l’opérateur peut être consulté contenant son activité douanière. On y trouve une fiche qui comprend plusieurs éléments dont le nombre de déclarations effectuées, le crédit d’enlèvement, les créances, les opérations en instance, les litiges en cours ou encore les délais.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *