EconomieUne

En vue de la valorisation de toutes ses potentialités écotouristiques : Le Parc national d’Ifrane cherche des investisseurs privés

Au Maroc, la grande qualité du massif forestier et la beauté exceptionnelle de ses paysages incitent à une mise en valeur réfléchie et optimale dans l’intérêt des communautés locales et des visiteurs.

La wilaya de la région Fès-Meknès, la province d’Ifrane, le CRI Fès-Meknès, l’Agence nationale des eaux et forêts, la Délégation provinciale du tourisme d’Ifrane et l’Agence urbaine de Meknès lancent un appel à manifestation pour l’aménagement et la valorisation écotouristique du Parc national d’Ifrane. Le projet consiste en la conception et la mise en place de l’hébergement, restauration et animation écotouristique au niveau de huit clusters. Les détails !

Le Parc national d’Ifrane deviendra une destination phare de l’écotourisme. Créé en 2004, cet espace qui s’étend sur la portion occidentale du Moyen Atlas central, sur les territoires des provinces d’Ifrane et de Boulemane avec une superficie de 125.000 ha, se distingue par ses valeurs biologiques et écologiques, sa richesse forestière et la beauté exceptionnelle de ses paysages. Son territoire constitue un véritable château d’eau qui renferme des lacs naturels permanents, des sources et des rivières, constituant des entités paysagères majeures. Il est considéré comme une zone phare forestière, marquée par la présence du cèdre de l’Atlas, espèce emblématique de cette aire protégée, qui a été reconnue en 2016 par l’Unesco comme un patrimoine mondial pour l’humanité. Ces paysages naturels sont aussi parmi les plus remarquables du Royaume qui offrent des contrastes très diversifiés à travers toutes les saisons de l’année. Ainsi, dans cette perspective de valorisation de toutes ses potentialités écotouristiques, la wilaya de la région Fès-Meknès, la province d’Ifrane, le Centre régional d’investissement Fès-Meknès (CRI), l’Agence nationale des eaux et forêts, la délégation provinciale du tourisme d’Ifrane et l’Agence urbaine de Meknès lancent un appel à manifestation afin de faire concourir les investisseurs en vue de la réalisation des hébergements en pleine nature, de l’animation et de la restauration au niveau des clusters prioritaires.

8 clusters identifiés par l’Agence nationale des eaux et forêts

Dans les détails, les trois types de produits, à savoir hébergement, animation, et restauration profiteront des investissements qui seront réalisés dans le cadre du programme d’aménagement et du développement 2023-2027 de ce Parc avec un budget de 734 MDH. Ils visent la valorisation touristique et la préservation des ressources naturelles de huit clusters identifiés par l’Agence nationale des eaux et forêts, en partenariat avec la SMIT. Il s’agit des clusters Jbel Hebri-Michlifen ; Ain Leuh-Afnourir ; Zaouiat Oued Ifrane; Ras El Ma ; la cédraie Sehb ; Kharzouza ; Timehdit-Bekrit; Dayet Aoua. Ainsi le produit d’hébergement en pleine nature sera intégré dans l’environnement, avec du confort et des services de qualité et une faible utilisation des ressources en eau et en énergie.

«Les principales composantes de ce produit à titre indicatif : des unités d’hébergement, espace accueil, commerces et services de proximité (boutique d’artisanat, boutiques de produits de terroirs…), restauration, zone bien-être, espace de jeux et activités, espace séminaires, salle d’expositions, etc. Ce produit sera réalisé au niveau des clusters de Jbel Hebri – Michlifen ; Zaouiat Oued Ifrane, et Ras El Ma. A titre indicatif, les hébergements à réaliser au niveau du cluster Jbel Hebri- Michlifen seront du type cabanes, iglous et tentes…, et au niveau du cluster de Zaouiat Oued Ifrane du type bubble dôme, et enfin au niveau de cluster Ras El Ma du type fishing camp», lit-on dans la note de présentation du projet. En ce qui concerne le produit restauration, il s’agit de la mise en place de restaurants panoramiques intégrés dans la nature offrant une gastronomie locale avec vue sur les richesses naturelles du parc. «Ce produit sera réalisé au niveau des clusters de Jbel Hebri-Michlifen, la cédraie Sehb et Kharzouza». S’agissant de l’animation écotouristique, il s’agit principalement de «trois produits: une tyrolienne au niveau du cluster Jbel Hebri-Michlifen un parc de glisse au niveau de Michlifen, et une activité de canoé-kayak au niveau de Ras El Ma».

Un fort potentiel de développement local

Le tourisme en milieu naturel connaît un essor certain depuis plusieurs années. Il se fonde notamment sur des valeurs de simplicité, de liberté, d’osmose avec la nature et de respect de l’environnement. Ce tourisme doit impérativement concilier respect de la nature et intégration paysagère tout en offrant le meilleur confort aux visiteurs. Au Maroc, la grande qualité du massif forestier et la beauté exceptionnelle de ses paysages incitent à une mise en valeur réfléchie et optimale dans l’intérêt des communautés locales et des visiteurs. En effet, la stratégie «Forêts du Maroc 2020-2030», lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI le 13 février 2020, s’intègre parfaitement dans cette optique. Elle constitue un tournant important dans la gestion forestière en général et celle des parcs nationaux en particulier. Cette stratégie trace une nouvelle gouvernance distinctive pour les parcs nationaux, permettant d’asseoir un nouveau modèle qui assure la mission de conservation et la valorisation des écosystèmes en cohérence totale avec les axes stratégiques des aires protégées du Royaume. Sachant que les dix parcs nationaux existants présentent un fort potentiel de développement local, notamment en matière d’activité d’écotourisme et de valorisation des produits de terroirs.

«La nouvelle stratégie projette de faire de ces espaces protégés une destination phare pour l’écotourisme à travers la création d’une marque «Parc national», le marketing de ses produits et services labellisés, le développement d’une infrastructure adéquate et la création de parcours naturels adaptés aux adeptes de la nature.
La démarche retenue pour la valorisation de ces parcs consiste notamment à développer leur fonction écotouristique tout en préservant leur biodiversité et environnement», explique la même source. Et de noter que la valorisation se fera selon «la vocation de chaque parc en encourageant l’investissement privé pour animer le territoire par de nouvelles activités selon un entrepreneuriat innovant alliant le tourisme, l’économie et la biodiversité. Les 10 parcs nationaux feront ainsi l’objet de déploiement adapté aux contextes environnemental et social actuels».

Articles similaires

ActualitéUne

Diplomatie: La France propose au Maroc un partenariat « d’avant-garde » pour les 30 ans

La France veut un partenariat avec le Royaume sur le long terme....

AutreEconomieUne

Loi de Finances 2024 : Les nouvelles dispositions fiscales expliquées aux opérateurs du Nord

La réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) constitue l’une...

Economie

Créativité : SoGé révèle à Casablanca les 3 lauréats de la compétition Kayn L’Flow

SoGé, une banque 100% en ligne, a dévoilé, jeudi dernier à Casablanca,...

SociétéUne

Pour une période de 20 ans : Casablanca cherche un gestionnaire pour son centre de valorisation des déchets

Caractérisés par une forte humidité (65 à 70%), les déchets ménagers sont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus