Economie

Energie et mines: «e-réclamation» pour mieux écouter les citoyens

Cela  démontre l’intérêt porté par les citoyens au secteur. Déjà, la tutelle reçoit plus de 800 réclamations annuellement par voie postale. Le ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement himself reçoit plus de 400 plaintes par d’autres voies, notamment sa page facebook. En détail, ledit département a reçu, en 2013, un total de 627 réclamations dont le taux de traitement global se situe à 58%.

En 2014, il s’est vu adresser 742 plaintes qui ont été traitées à hauteur de 61%. La comparaison des taux de traitement laisse voir une évolution de 5%.    

Par activité, les doléances formulées en matière d’exploitations minières, entre autres, ont enregistré 29,50% en 2013 contre 15% en 2014, soit une évolution de -49%. Par contre, les réclamations ayant trait aux droits des salariés et des ayants droit se sont situées à 19% en 2013 et 21% en 2014 pour marquer une évolution de +11%. Quant à l’électrification rurale, elle s’est distinguée par un taux de plaintes de 11% en 2013 contre 8% en 2014, soit une évolution de -36%.    

Pa région, les réclamations proviennent essentiellement de Meknès-Tafilalet qui a adressé 22% de plaintes en 2013 contre 20% en 2014, soit une évolution de -9%. Quant aux autres régions, elles se sont  partagé le taux de 40% en 2013 et 49% en 2014, soit une évolution de +23%.       
A propos du service e-réclamation, Abdelkader Amara estime que celui-ci «constitue une base de communication et d’interactivité avec les citoyens pour rapprocher ceux-ci davantage de l’administration et y faciliter leur accès». Aussi, ce service vise, selon le ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, à ancrer le principe de transparence et de gouvernance en permettant aux citoyens de présenter, voire assurer le suivi de leurs plaintes, doléances, ainsi que propositions.   

Comme il est considéré le premier adopté par ce ministère emboîtant ainsi le pas à plusieurs autres administrations publiques dans le cadre du «e-gouvernement».
Pour rappel, la plate-forme en ligne «e-réclamation» n’est pas l’apanage du département de l’énergie et des mines. Il est également destiné aux organismes sous tutelle, à savoir SIE, ADEREE, ONEE, ONHYM, MASEN, OCP, etc.

Pour information, l’application permet la réception et l’affectation d’une réclamation, l’instruction de celle-ci et la réponse au requérant. Elle est accessible via http://reclamations.mem.gov.ma/ ou via le site du département de l’énergie et des mines au niveau de la rubrique services.
 

Articles similaires

EconomieUne

M.Akhannouch visite et lance plusieurs projets socio-économiques à Tiznit

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a lancé, vendredi, une série de...

EconomieUne

Alpha Assurances primée pour la seconde fois aux Trophées de l’Assurance pour son programme d’assurance panafricain

Le cabinet de courtage en assurances et réassurance « Alpha Assurances »...

EconomieUne

Bonnes pratiques agricoles et économie d’eau : Une rencontre de sensibilisation au profit des agriculteurs d’Alnif et d’Ammar

Une occasion unique pour acquérir de nouvelles connaissances et compétences

Economie

Le Cluster EnR veut construire un écosystème collaboratif «solide»

Le Cluster EnR compte plus de 210 membres actifs et accompagne en...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux