Accueil Actualité Energie renouvelable : Un projet de production de biogaz domestique en milieu rural dans le pipe
ActualitéEconomie

Energie renouvelable : Un projet de production de biogaz domestique en milieu rural dans le pipe

Il vise à améliorer l’indépendance énergétique des ménages

Le biogaz domestique est un gaz renouvelable issu de technologies de traitement de déchets et de production d’énergie écologique. Ce processus est expérimenté dans quelques pays africains et plusieurs pays européens, notamment en Allemagne et en Danemark. Dans ce contexte, une étude d’opportunité sera lancée bientôt pour sa mise en place en milieu rural au Maroc. Elle sera déployée dans le cadre d’un partenariat entre Geres (Groupe français énergies renouvelables, environnement et solidarité) et la Fondation African Grwof. L’objectif est de produire une énergie 100% renouvelable, locale et non délocalisable, réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et améliorer l’indépendance énergétique des ménages et leur résilience face à l’inflation des coûts de l’énergie. «Le projet vise à avoir un impact positif sur les conditions de vie de la femme rurale au Maroc, de réduire la pression sur le budget de l’Etat, de produire du digestat, fertilisant organique naturel qui va nourrir les cultures en remplacement des engrais minéraux chimiques», indiquent les initiateurs de ce projet.

Basé sur les résidus organiques des ménages en zone rurale
Le projet s’appuie sur la production de biogaz à partir des résidus organiques des ménages en zone rurale via la méthanisation. Celle-ci est un processus de fermentation de matières organiques animales ou végétales produisant du biogaz. «Les principaux intrants utilisés aujourd’hui sont les résidus et déchets du monde agricole (fumier, lisier, cultures intermédiaires) et les biodéchets organiques de la restauration, des commerces, des ménages et des industries agroalimentaires. Ils sont incorporés dans des cuves appelées «digesteurs», dans lesquelles la matière organique est dégradée en biogaz par une activité bactériologique», explique-t-on.
La matière organique résiduelle en sortie de digesteur est appelée «digestat». La technologie qui sera utilisée est pré-identifiée par les partenaires du projet.
C’est un dispositif de micro-méthanisation portatif, qui ne nécessite pas la construction d’infrastructure, mais requiert toutefois d’avoir un petit espace disponible sur un lopin de terre ou jardin bien exposé au soleil. En tout cas, l’étude permettra de déterminer l’opportunité du projet envisagé concernant les pratiques des acteurs locaux (en particulier les ménages) en termes de gestion de leurs déchets organiques, leurs besoins en biogaz pour la cuisson et autres usages et l’utilisation potentielle locale du digestat issu des méthaniseurs.

2 millions de tonnes de gaz butane consommées chaque année
Chaque année, le Maroc consomme environ 2 millions de tonnes de gaz butane, ce qui le place au niveau d’un des plus grands consommateurs au niveau individuel dans le monde. La consommation est portée par une subvention importante de l’Etat en faveur des ménages, qui impacte fortement le budget national. En milieu rural, la consommation de gaz, en particulier pour la cuisson, se développe dans les foyers du fait de la disponibilité d’approvisionnement. Le gaz est également très utilisé dans le milieu agricole pour le pompage de l’eau. 85% des bouteilles utilisées sont conditionnées sous la forme de bouteilles de 12 kg.

Articles similaires

Tout savoir sur la 14ème édition du Prix Hassan II pour l’environnement

Les candidatures ouvertes jusqu’au 31 mars Durabilité » Le ministère de la transition...

Opération structurelle d’achat de bons du Trésor : Une demande globale de 228 MDH totalement satisfaite

L’opération structurelle d’achat de bons du Trésor (BdT) sur le marché secondaire,...

Une nouvelle nomination à la Lydec

Salma El Majaty a été nommée directrice du développement de la performance,...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

La Team