Energies renouvelables : Le Maroc dans la course à la décarbonisation

Energies renouvelables : Le Maroc  dans la course à la décarbonisation

Les énergies renouvelables sont un secteur prioritaire pour le Maroc. Le domaine bénéficie d’un suivi continu de la part du Souverain. Il faut dire que le développement des énergies renouvelables occupe, dans le contexte actuel, un rôle central dans l’évolution de l’économie mondiale et de la transition énergétique, ce qui conforte la justesse des choix stratégiques opérés par le Royaume, sous la Haute impulsion royale, visant à donner à ces énergies une place majeure dans le mix énergétique national et à consacrer le rôle pionnier et reconnu qu’occupe aujourd’hui le Maroc dans ce domaine d’avenir.

Le pays a donc adopté depuis 2009, sur Hautes orientations royales, une stratégie énergétique qui a pour objectif la montée en puissance des énergies renouvelables, le renforcement de l’efficacité énergétique et l’intégration régionale. Concrètement, cette stratégie a été déclinée en plusieurs feuilles de route avec des objectifs à court, moyen et long termes, accompagnée d’une vision claire de réformes législatives, réglementaires et institutionnelles. Dans ce sens, un Plan national d’actions prioritaires (PNAP) a vu le jour dès le lancement de ladite stratégie, en vue de rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande électriques en agissant, d’une part, sur le renforcement des capacités de production avec la réalisation d’une puissance additionnelle de 1.400 MW et, d’autre part, sur la rationalisation de l’utilisation de l’énergie. Sur le plan institutionnel, les projets en énergies renouvelables ont été rendus possibles grâce à la mise en œuvre d’une batterie de dispositions législatives, réglementaires et institutionnelles. Il s’agit notamment de la loi n°13-09 relative aux énergies renouvelables qui a permis l’ouverture au secteur privé du marché de la production et de la commercialisation d’électricité produite à partir de sources renouvelables. Tous ses acquis permettent au Maroc de se positionner dans le monde post-Covid où la décarbonisation est le maître mot. Pour ce faire, le Royaume mise sur la recherche et développement (R&D).

Dans ce sens, l’École nationale supérieure des mines de Rabat (ENSMR) et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) avaient signé à Rabat une convention de partenariat visant à promouvoir les projets conjoints de recherche et développement dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Cette convention intègre plusieurs volets de collaboration, notamment le développement de feuilles de route technologiques conjointes, la réalisation de projets conjoints de R&D et le développement de programmes de formation académique et de formation continue conjoints. Elle porte également sur la participation du personnel des deux parties dans l’animation des cours de formation et l’accueil des étudiants dans le cadre de stages et de projets professionnels dans les locaux des deux parties. Par ailleurs, la nouvelle stratégie industrielle locale a pour objectif de décarboniser la production industrielle en vue d’améliorer la compétitivité du secteur industriel marocain et renforcer son attractivité. Ce nouveau dispositif, qui cible un taux d’intégration de 80%, ambitionne d’inscrire le secteur industriel marocain dans une démarche d’innovation.

Concrètement, les responsables ont déjà identifié trois chantiers stratégiques à mener d’ici 2023. Parmi ces chantiers, il y a notamment celui consistant à positionner le Royaume comme base industrielle décarbonisée et circulaire à travers la mobilisation d’une partie des énergies renouvelables du Royaume au service d’un ancrage industriel. Les deux autres chantiers sont d’une manière ou d’une autre liés à ce premier puisque lesdits chantiers concernent la confirmation de la place industrielle du Royaume et la conquête de nouveaux marchés ainsi que l’amélioration de la compétitivité du Royaume. Il s’agit de dérouler la phase II de la stratégie industrielle pour faire du Maroc la base mondiale la plus compétitive à destination de l’Europe notamment.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *