Entre 5,5 et 5,8% de croissance en 2021

Entre 5,5 et 5,8% de croissance en 2021

Malgré l’incertitude qui plane sur le plan sanitaire, l’activité économique manifeste des signes de ralentissement. Au Maroc comme ailleurs, l’activité se montre de plus en plus solide comparé à l’année précédente. Un constat confirmé par la Direction des prévisions économiques et financières (DEPF) dans sa dernière note de conjoncture.

«Globalement, après une année 2020 difficile, marquée par une forte récession, la croissance de l’économie nationale devrait retrouver sa vigueur en 2021 pour se situer dans une fourchette comprise entre 5,5% et 5,8%», relève-t-on de la DEPF. Et de poursuivre que «cette performance, outre la bonne campagne agricole, est surtout liée aux efforts consentis par l’Etat en matière de vaccination et aux mesures de relance et d’assouplissement initiées par les pouvoirs publics, ainsi qu’aux effets du redressement prévu de l’activité chez nos principaux partenaires commerciaux». Au niveau national, la reprise de l’activité économique se poursuit. Une dynamique portée par le redressement de la valeur ajoutée agricole.

Après une année de sécheresse, les agrégats agricoles culminent. Ceci s’illustre par la performance de la filière céréalière qui marque au titre de l’actuelle campagne la deuxième meilleure production après celle de 2014-2015. On note à cet effet une production de l’ordre de 103,2 millions de quintaux en progression de 221% sans oublier la bonne performance du secteur à l’export. Par ailleurs, l’activité non agricole a maintenu sa cadence regagnant ainsi le niveau d’avant crise. Un constat valable aussi bien pour les industries manufacturières que pour le BTP, l’énergie électrique et les télécoms.

Se référant à la publication de la DEPF, les ventes de ciment ont marqué une progression de 17,7% à fin juillet.
La production d’énergie électrique a pour sa part grimpé de 7,9% à fin juin. Les données disponibles font également état de l’amélioration du taux d’utilisation des capacités TUC dans les industries manufacturières de 11,5 points atteignant ainsi une marge de 72,5% à fin juin. En revanche, le secteur tertiaire reste impacté par le ralentissement de l’activité touristique et celle du transport. Toutefois, une amélioration relative est observée dans le secteur notamment après la réouverture graduelle des frontières aériennes nationales depuis la mi-juin. Pour ce qui est des échanges extérieurs, l’activité s’inscrit en consolidation. La DEPF illustre dans ce sens par un raffermissement des exportations (+24%) ainsi que des importations (+19,5%). Une dynamique qui se traduit par une amélioration du taux de couverture de 2,2 points.

En ce qui concerne la demande la DEPF estime que «la consommation des ménages aurait regagné sa vigueur, dans un contexte de maîtrise de l’inflation». Et de préciser que «cette évolution tire profit de l’orientation favorable des revenus, en ligne avec la réalisation d’une très bonne campagne agricole, la reprise des créations d’emplois au T2-2021, le redressement des crédits à la consommation et la bonne tenue des transferts des MRE». L’investissement se redresse également, et ce en phase avec la poursuite du redressement des importations des biens d’équipement, la hausse des recettes des IDE (+13,7%) et la reprise de l’investissement budgétaire (8,5%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *