Entre ciel, terre et mer : Un nouvel élan pour l’infrastructure routière

Entre ciel, terre et mer : Un nouvel élan pour l’infrastructure routière

Le grand chantier de modernisation d’infrastructure se poursuit. 2019 a été une année dense en réalisations sur ce plan.  Des projets structurants et multidimensionnels ont vu le jour durant cette année.

La mise en service du Tanger II en fait partie. L’opérationnalisation du nouveau terminal  de Tanger Med a contribué à l’élargissement des perspectives de ce complexe portuaire.Le nouveau port comporte deux nouveaux terminaux à containers d’une capacité additionnelle de 6 millions de containers équivalent vingt pieds (EVP) portant ainsi la capacité totale de Tanger Med à 9 millions de containers. Ce nouveau port, d’un coût global de 24 milliards de dirhams, dont 14 milliards de dirhams d’investissements publics, couronne la troisième phase de développement du complexe portuaire Tanger Med.

La mise en service du nouveau port est accompagnée par un programme d’investissements ambitieux. Une enveloppe de 9 milliards de dirhams destinée au renforcement de la compétitivité logistique du Maroc et du continent et par conséquent la promotion du Maroc comme acteur majeur de la logistique mondiale. Ces investissements concernent l’extension des capacités de traitements portuaires et l’aménagement de nouvelles zones de facilitation pour accompagner la croissance des exportations marocaines, industrielles et agricoles. Une dynamique qui s’opère en parfaite synergie avec le développement de la Cité Mohammed VI Tanger Tech, projet à forte valeur ajoutée économique qui verra le jour dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Sur le plan aérien, l’aéroport Mohammed V s’est pour sa part doté d’une nouvelle aérogare apportant une capacité d’accueil additionnelle  de 7 millions de passagers permettant ainsi à l’aéroport d’atteindre une capacité de 14 millions de passagers par an. Dédié à Royal Air Maroc, le terminal I est venu doter le hub de la compagnie nationale des capacités nécessaires au bon déroulement de tout le processus lié à ses vols.  Le terminal compte de nouveaux aménagements et équipements qui tendent à améliorer l’expérience voyage des passagers.

A cet effet, Royal Air Maroc a mobilisé d’importants investissements pour l’acquisition d’équipements neufs et performants facilitant ainsi la procédure d’enregistrement de bout en bout sur l’ensemble des segments des vols. Toujours à Casablanca, la métropole a connu en janvier 2019 le lancement de la mise en service de la deuxième ligne du tramway (T2).  Un projet ayant mobilisé des investissements de l’ordre de 3,77 milliards de dirhams. Dotée de trois points de correspondance avec la ligne T1, au niveau notamment des stations Abdelmoumen, Anoual, Ibn Tachfine, Mdakra, Ali Yaata, Carrières Centrales, la deuxième ligne du tramway de Casablanca dessert neuf arrondissements totalisant une population de plus d’un million de personnes.  Elle compte 33 stations d’arrêt des voyageurs, dont 20 nouvelles stations.

Seize nouvelles rames couplées, d’une longueur de 64 mètres sont à déployer dans un premier temps sur la ligne T2, pour atteindre, à terme, 25 rames. La mise en service de la ligne T2 du tramway de Casablanca a été accompagnée par la création d’un Centre de maintenance au quartier Sidi Bernoussi. Cette infrastructure est destinée à assurer les opérations d’entretien et de remisage du parc de matériel roulant et des installations fixes, ainsi que de travaux d’aménagement de façade à façade sur 40 hectares pour, à la fois, l’installation de l’infrastructure technique (rails, quais, abris, caténaires, signaux lumineux) et la requalification des voiries et des trottoirs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *