Errachidia: l’agriculture prend une dimension «green»

Errachidia: l’agriculture prend  une dimension «green»

Lancement de plusieurs projets dans le cadre de la stratégie Al Jayl Al Akhdar

Le montant global des investissements agricoles depuis le lancement du Plan Maroc Vert dans la région de Meski-Boudnib dépasse 1,1 milliard de dirhams, dont 628 millions de dirhams sont subventionnés par l’Etat.

Al Jayl Al Akhdar éclore de la province d’Errachidia. En effet, Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et Forêts, vient d’effectuer une visite de terrain au niveau de la province d’Errachidia dans la région Drâa-Tafilalet. Dans le détail, la visite a porté sur l’état d’avancement des travaux du projet de développement de l’irrigation et d’adaptation de l’agriculture irriguée aux changements climatiques à l’aval du barrage Kaddoussa sur une superficie de 5.000 ha ainsi que le programme d’aménagement hydro-agricole de développement de la filière des dattes sur une superficie de 10.000 ha sur l’axe Meski Boudnib.


Au niveau de la commune Oued Naam-Boudnib, le ministre a pris connaissance de l’état d’avancement du projet de développement de l’irrigation et d’adaptation de l’agriculture irriguée aux changements climatiques à l’aval du barrage Kaddoussa. Cet important projet a pour objectif de sécuriser l’agriculture irriguée dans la zone à partir des eaux de surface du barrage de Kaddoussa sur une superficie de 5.000 ha, dont 825 ha d’oasis traditionnelles et 4.175 ha en extension. Il permettra la création de 1 million de journées de travail et profitera à 16.600 habitants des oasis traditionnelles. D’un montant d’investissement d’environ de plus de 1,03 milliards de dirhams, avec un appui financier de l’AFD et le Fonds vert pour le climat, ce projet vise à développer la filière du palmier dattier en valorisant les terres collectives de la région, en améliorant la résilience de l’agriculture oasienne aux changements climatiques, en contribuant à la préservation de la ressource en eau souterraine, en plus de la lutte contre la désertification et l’érosion hydrique.

Palmier dattier

Les superficies concernées par le programme d’aménagement hydro-agricole de développement de la filière palmier dattier sont réparties en superficies irriguées par le barrage de Kaddoussa à partir des eaux de surface sur 5.000 hectares, et les superficies irriguées à partir des eaux souterraines sur 5.000 hectares. Le programme vise à réduire la pression sur les ressources en eaux souterraines d’environ 20 millions de mètres cubes par an à partir du barrage de Kaddoussa, la mise en application du contrat de nappe souterraine dans la région de Meski-Boudnib, la valorisation des terres collectives à travers la plantation de palmiers dattiers à haute valeur ajoutée, le développement de la valorisation des dattes et dérivés, en plus de réduire le coût des importations de dattes, d’améliorer la balance commerciale des exportations. Il permettra de créer environ 4 millions de journées de travail et ainsi qu’une nouvelle génération de la classe moyenne de jeunes entrepreneurs et d’organisations agricoles.

Le montant global des investissements agricoles depuis le lancement du Plan Maroc Vert dans la région de Meski-Boudnib dépasse 1,1 milliard de dirhams, dont 628 millions de dirhams sont subventionnés par l’Etat. Il est à noter que la filière palmier dattier est le principal pilier de l’agriculture dans la région de Draa-Tafilalet, où le nombre de palmiers est estimé à 5 millions. 2,7 millions ont été plantés dans le cadre du Plan Maroc Vert (118% des objectifs fixés), dont 1,5 million pour la densification des oasis traditionnelles et 1,1 millions en extensions, ayant connu une croissance significative, surtout sur l’axe Meski Boudnib. Le programme national de plantation des palmiers dattiers prévoit la plantation de 5 millions de palmiers dans le cadre de la stratégie Génération Green, dont 4 millions au niveau de la région Draa-Tafilalet, avec 2,4 millions d’arbres pour la densification des oasis traditionnelles et 1,6 million d’arbres pour les extensions.

Variétés de dattes

La délégation a visité une exploitation de palmier dattier située au niveau de la commune Oued Naam à 70 km d’Errachidia. Sur une superficie de 150 ha, le projet porte sur l’extension de palmeraies sur des terrains collectifs. Le projet consiste à équiper une superficie de 150 hectares en 23.400 plants pour la production de différentes variétés de dattes de haute qualité, telles que Mejhoul, Boufegqouss, Najda, Bouzkeri. D’un investissement global de 24 millions de dirhams, le projet a pour objectifs de contribuer à la production nationale en dattes de bonne qualité et à mieux valoriser les dattes à travers l’installation d’unités de conditionnement et de stockage frigorifique. Il permettra de contribuer à résorber le chômage des jeunes ruraux et à réduire l’exode rural dans la région.

La filière palmier dattier a connu une dynamique importante de modernisation dans le cadre du programme lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2010, qui a été entièrement réalisé par la plantation de 3,06 millions de plants à fin 2019, en dépassement de l’objectif fixé de plantation de 3 millions de plants. La filière palmier dattier a en effet connu des réalisations importantes, en termes notamment d’amélioration des techniques de production dans les palmeraies traditionnelles et l’entrée en production des plantations privées dans les zones d’extension et de développement des conditions cadres de la filière et la professionnalisation de la filière. La production des dattes a été multipliée par 2,3 avec une campagne record de 149.000 tonnes en 2020. Cette dynamique a engendré la création de 4,45 millions de journées de travail. Les plantations réalisées dans la région Draa-Tafilalet ont totalisé 2,7 millions de palmiers dattiers, en dépassement de l’objectif, avec un taux de réalisation de 118%. Ces plantations ont été réalisées à hauteur de 1,5 million pour la densification des oasis traditionnelles et 1,1 million au niveau des zones d’extension qui ont connu une croissance importante sur l’axe Meski-Boudnib.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *