Évolution du marché de la volaille à fin avril: Les prix du poulet restent raisonnables

Évolution du marché de la volaille à fin avril: Les prix du poulet restent raisonnables

Décidément, les prix du poulet poursuivent leur yoyo. Toujours en baisse par rapport à l’année dernière et un peu plus élevés qu’en mars, les prix du poulet en avril dernier témoignent de l’instabilité du marché.

C’est ce qui se dégage de la publication mensuelle de la fédération interprofessionnelle du secteur avicole «Dawajine conjoncture» au titre du mois d’avril 2014.

En effet, les pics d’évolution des prix du poulet de chair sur le marché national ont été atteints pendant les mois de novembre 2013 et janvier 2014. Mais, depuis la deuxième quinzaine du mois de janvier, les prix départ ferme ont connu une baisse spectaculaire passant de 15,50 dh/kg vif le 19 janvier à 11,50 dh/kg vif le 4 février. Cette tendance baissière a persisté jusqu’à fin avril avec des prix de l’ordre de 12 dh/kg vif. Ce qui reste en dessous des coûts de revient et pénalise les éleveurs.

Ainsi, le cours moyen du poulet chair à Casablanca a atteint les 12,70 dh/kg vif à la ferme, soit une hausse de 6% par rapport à mars 2014. En glissement annuel, ce cours s’est rétracté de 7%, puisque le prix du poulet se chiffrait à 13,62 dh/kg vif à fin avril 2013.  

Pour sa part, le cours moyen pondéré de la dinde a clairement grimpé. Aussi, selon la FISA, il est passé de 16 dh/kg vif à fin mars 2014 à 18,13 dh/kg vif en avril 2014.

En comparaison avec le même mois de l’année précédente, le cours a connu une très timide baisse de 1%. Autre son de cloche pour le cours moyen des œufs gros calibre. Le prix de l’unité s’est fixé à 0,60 dirhams au cours du mois d’avril, soit un recul de 8% pareillement par rapport à la même période de 2013 et au mois de mars 2014.

Par ailleurs, la production de poussins d’un jour a connu une nette hausse de 6% d’une année à l’autre. Cette dernière est passée de 6.800.000 poussins par semaine en avril 2013 à 7.200.000 poussins au titre d’avril 2014. Dans le même sillage, l’importation des poussins reproducteurs a connu une hausse remarquable, marquant un bond de 103% en glissement annuel.

Ce sont donc 480.000 poussins qui ont été importés en avril 2014 contre seulement 236.000 une année auparavant. En contrepartie, l’importation des dindonneaux a prospéré avec 281.000 unités importées en avril 2014 marquant une hausse de 52%. Dans la même optique, la production nationale des dindonneaux s’est améliorée de 43% passant ainsi de 653.000 dindonneaux en avril 2013 à 933.000 unités au cours du mois d’avril 2014.

Ainsi, le cumul de l’importation et de la production des dindonneaux s’est amélioré de 45%, soit un total de 1.214.000 unités en janvier 2013 contre 838.000 une année auparavant.
Sur un autre front, l’importation de «reproductrices type ponte» a bondi de 25% avec un volume de 45.000 unités en avril 2014. La publication de la FISA démontre également une hausse de 12% de la production des «viandes de poulet de chair».

Aussi, le volume à fin avril 2013 a atteint les 37.600 tonnes contre 32.800 une année auparavant. Au niveau des abattoirs, 3.365 tonnes de viandes poulet de chair ont été traitées durant le mois d’avril dernier. Ce volume a marqué une hausse de 20% en glissement annuel. Même constat pour l’abattage de la dinde. Ce segment enregistre une hausse de 7%, soit 6.299 tonnes de viandes de dindes traitées au niveau des abattoirs contre 5.913 tonnes au titre de la même période de l’année précédente.

Les cours du maïs et du soja donnent le ton

La filière avicole marocaine s’est développée de manière significative et ce grâce à la volonté et aux efforts consentis de tous les opérateurs du secteur. Cependant, l’évolution des prix et de la production du secteur reste très dépendant des aléas du marché. L’on entend par cela l’évolution des cours de prix du maïs et du soja qui constituent la principale nourriture de la volaille.

On notera donc que les cours de prix du maïs sur le marché mondial ont connu une tendance baissière depuis le mois de juillet 2013, enregistrant le taux le plus faible en janvier 2014. Depuis, les prix ont repris leur augmentation. Le premier trimestre de cette année a enregistré, en effet, une baisse notable par rapport à la même période de l’année dernière. Inversement, les prix du soja n’ont pas cessé d’augmenter depuis le mois de juillet 2013, avec une légère baisse pendant le mois de novembre.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *