Exportations : Plus de 293 milliards de dirhams de ventes à fin novembre 2021

Exportations : Plus de 293 milliards de dirhams  de ventes à fin novembre 2021

Portées par la bonne dynamique des phosphates, de l’automobile et de l’agriculture

Les importations continuent d’évoluer à un rythme beaucoup plus prononcé que les exportations. Les achats du Maroc sur ladite période se sont affermis de 24% marquant un accroissement de 91,62 milliards de dirhams en glissement annuel.

Le déficit de la balance commerciale s’accentue. Il s’est en effet inscrit en hausse de 26,4%, s’établissant à 181,01 milliards de dirhams. C’est ce que l’on peut relever des derniers indicateurs de l’Office des changes arrêtés à fin novembre 2021. Le creusement du déficit commercial résulte en effet de l’évolution différenciée des achats et des ventes du Maroc. Les importations continuent d’évoluer à un rythme beaucoup plus prononcé que les exportations. Les achats du Maroc sur ladite période se sont affermis de 24% marquant un accroissement de 91,62 milliards de dirhams en glissement annuel. Pour ce qui est des exportations, elles ont marqué un accroissement de 22,5% pour se situer autour de 293,15 milliards de dirhams. En valeur, cette progression se traduit par un additionnel de 53,77 milliards de dirhams. A cet effet, le taux de couverture a atteint aux onze premiers mois de l’année 2021 les 61,8%.

Pour ce qui est de l’évolution des exportations, cette dynamique est portée essentiellement par les phosphates et dérivés, l’automobile et l’agriculture et agroalimentaire. Se référant à l’Office des changes, les ventes des phosphates et dérivés se sont établies à fin novembre à 69,19 milliards de dirhams, en accroissement de 51,9% marquant un additionnel de 23,64 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année précédente. Une évolution qui fait suite à l’augmentation de 14,73 milliards de dirhams des ventes des engrais naturels et chimiques suite à l’effet des prix, en hausse de 65,4%. De même, les quantités exportées de ces produits se sont contractées de 8,6%. Le secteur automobile a vu ses ventes à l’export atteindre les 75,08 milliards de dirhams, en hausse de 12,8%. Une évolution qui s’explique par la progression de 26,2% des ventes du segment de la construction au moment où celles du segment du câblage se sont repliées de 1,1% perdant 253 millions de dirhams de leur valeur. Par ailleurs, les exportations du secteur agricole et agroalimentaire ont grimpé de 10,2% gagnant ainsi sur l’année un additionnel de 5,83 milliards de dirhams. Une évolution qui, selon l’Office des changes, est due à une hausse simultanée des ventes de l’industrie alimentaire (+3,36 milliards DH) et celles de l’agriculture, sylviculture, chasse (+2,27 milliards DH).

Toutefois, l’agriculture et l’agroalimentaire perd 2,3 points dans le total des exportations revenant ainsi à 21,5% à fin novembre 2021 contre 23,8% à la même période de l’année précédente. En ce qui concerne le textile et cuir, il se positionne en tant que 4ème secteur exportateur à fin novembre. Le secteur a réalisé à fin novembre des exportations de l’ordre de 33,43 milliards de dirhams, en progression de 20,7%, soit un additionnel de 5,74 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année précédente. Notons que cette performance est liée à la hausse de 4,08 milliards de dirhams des exportations des vêtements confectionnés et de 1,56 milliard de dirhams des ventes des articles de bonneterie au moment où les exportations de la chaussures se sont améliorées de 181 millions de dirhams.

Il est également à souligner que la balance des voyages a affiché, à fin novembre 2021, un solde excédentaire stable comparé au niveau atteint une année plus tôt gagnant seulement 17 millions de dirhams en glissement annuel. Si l’on compare cet excédent à la période d’avant-crise Covid-19 (novembre 2019), il ressort en baisse de 58,7%. Les recettes voyages se sont ainsi établies à 31,96 milliards de dirhams contre 31,72 milliards de dirhams à la même période de l’année 2020. Les dépenses se sont pour leur part situées autour de 9,8 milliards de dirhams contre 9,58 milliards de dirhams à la même période de l’année passée. Pour ce qui est des recettes MRE, les envois de fonds réalisés au titre des onze premiers mois de l’année ont affiché une hausse de 41,1%. Ils se sont ainsi chiffrés à 86,48 milliards de dirhams, en consolidation de 25,18 milliards de dirhams.

Les IDE redécollent

Après de longs mois d’atonie, les investissements directs étrangers au Maroc poursuivent leur redressement. Les indicateurs relevés par l’Office des changes font ressortir une hausse de 13,9% comparé à la même période de l’année précédente. Le flux net de ces investissements s’est ainsi consolidé de 2,07 milliard de dirhams en glissement annuel passant de 14,89 milliards de dirhams à 16,97 milliards de dirhams à fin novembre 2020. Commentant cette évolution, l’Office des changes indique que cette progression est tirée par le bon comportement des recettes dont la progression reste plus importante que celles des dépenses.

Ces dernières se sont améliorées de 10,2% pour atteindre les 27,26 milliards de dirhams contre 24,74 milliards de dirhams. Les dépenses des IDE se sont affermies pour leur part de 4,6% passant de 9,84 milliards de dirhams à 10,29 milliards de dirhams. Pour ce qui est des investissements directs marocains à l’étranger, ils ont atteint à fin novembre 2021 les 16,11 milliards de dirhams se situant à leur plus haut niveau au titre des cinq dernières années. Les cessions portent quant à elles sur un montant de 11,64 milliards de dirhams, en hausse de 8,76 milliards de dirhams. A cet effet, le flux net des investissements directs marocains à l’étranger a augmenté au titre des onze premiers mois de l’année 2021 de 14,1%, soit un additionnel de 551 millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *