Financement des startups : Où en est-on ?

Financement des startups : Où en est-on ?

Crowdfunding, Innov Invest, business angels

Concevoir un modèle de financement adapté aux jeunes entreprises et aux startups nécessite la mise en place d’un dispositif d’accompagnement et un corpus législatif adéquat. On citera à cet effet le projet de loi sur le financement collaboratif ou encore le fonds Innov Invest qui s’ajoutent aux différentes mesures prises par l’Etat pour soutenir les porteurs de projets. Dans le contexte de la Covid-19, l’urgence de déployer des mécanismes de financements pour les porteurs de projets paraît donc indispensable. Cela pourrait stimuler l’économie nationale, encourager l’esprit d’initiative chez les jeunes et générer plus d’emplois pour une grande catégorie de la population. Dans ce sens, la note de présentation de la loi de Finances 2021 revient sur les chantiers relatifs au financement des startups et l’état d’avancement des projets en cours.

Mobilisation des sources de financement
En cours d’adoption par le Parlement, le projet de loi n°15-18 relatif au crowdfunding (ou ce qu’on appelle le financement collaboratif) est sur les rails. Ce texte entend permettre la collecte de fonds, généralement des petits montants, auprès du large public afin de soutenir l’entrepreneuriat et l’innovation. Ce dispositif permettra de mobiliser de nouvelles sources de financement au profit des jeunes entreprises et des porteurs de projets et libérer le potentiel créatif des jeunes.

Innov Invest : 100 millions DH de projets financés
Le fonds Innov Invest a permis de financer près de 200 projets depuis sa création en 2017. Le montant d’investissement émis à ce jour a atteint 100 millions DH. En termes d’activité d’investissement, on notera le fonds Azur Innov Invest. Au niveau du département de l’économie et des finances, ce mécanisme est décrit comme un fonds qui permettra de «dynamiser le compartiment risque au niveau du secteur du capital investissement en s’ajoutant aux autres véhicules structurés dans le cadre du fonds Innov Invest, à savoir SEAF Morocco Growth Fund doté d’une taille actuelle de 210 millions de dirhams, et Maroc Numeric Fund II avec une taille de 127,5 millions de dirhams. Ce fonds a été structuré sous forme d’organisme de placement collectif en capital (OPCC) et dispose d’une taille d’environ 362 millions de dirhams. Du côté des activités de financement, il s’avère que les 16 structures d’accompagnement labellisés avaient financé 197 projets innovants pour un montant total de plus de 42 millions de dirhams, à travers les outils «Innov Idea» (subvention pré-amorçage) et «Innov Start» ( prêt d’honneur). L’année 2019 a été marquée par l’opérationnalisation du financement Innov Dev (prêt participatif).

Business angels : Un cadre institutionnel à l’étude
Pour soutenir l’écosystème des startups, le Maroc en partenariat avec la coopération allemande GIZ a lancé un projet sur l’appui institutionnel au développement des activités des business angels au Maroc. Dans ce sillage, une étude de diagnostic de l’activité des business angels a été initiée. Celle-ci a pour perspective la proposition d’un cadre institutionnel d’organisation de cette activité. De même, un nouveau programme visant à mettre en place un accompagnement sous forme d’assistance technique au profit des réseaux de business angels a été établi. L’objectif étant de trouver des solutions innovantes pour lutter contre les répercussions économiques de la Covid-19. Par ailleurs, un appel à candidature pour la qualification de 50 opportunités d’affaires portées par les startups innovantes a été lancé sur le site www.matcandinvest.com. Il vise à sélectionner 50 opportunités d’affaires proposées par des startups innovantes. Ce programme devra combiner les idées de 40 business angels. Il s’agit d’assurer aux startups des opportunités de financement plus larges.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *