970x250

Fonds monétaire arabe : Une croissance de 1% pour le Maroc en 2022 et de 4% en 2023

Fonds monétaire arabe : Une croissance de 1% pour le Maroc en 2022 et de 4% en 2023

Selon le récent rapport de l’institution sur les perspectives économiques arabes

Le taux de croissance économique prévu pour les pays arabes passera à 5,4% en 2022 en raison de la hausse des prix du pétrole, de l’augmentation de la production dans les pays arabes exportateurs de pétrole et de la poursuite des réformes qui favorisent la croissance.

Le Fonds monétaire arabe publie la dix-septième édition du rapport sur les perspectives économiques arabes, y compris les prévisions macroéconomiques pour 2022 et 2023. L’institution financière table dans ce sens sur une croissance de 1% pour le Maroc en 2022 et de 4% en 2023. Une anticipation qui s’appuie sur les prévisions émises par les institutions locales du Royaume, notamment Bank Al-Maghrib.
«Au Maroc, la production des céréales principales selon le ministère de l’agriculture a atteint environ 32 millions de quintaux au titre de la campagne agricole 2021-2022. Il est prévu que la valeur ajoutée agricole se contracte faisant revenir la croissance économique à 1% en 2022 après un redressement de 7,9% en 2021», rappelle le Fonds dans sa publication. Et d’ajouter que «pour 2023 et avec une prévision de production céréalière d’une moyenne de 75 millions de quintaux, la valeur ajoutée agricole se redressera faisant atteindre la croissance économique 4%».

Le Fonds monétaire arabe passe en revue dans ce sens les différents efforts engagés par le Royaume pour une relance économique effective.
Citons dans ce sens la poursuite du financement des projets d’investissement à travers des mécanismes innovants à l’instar du Fonds Mohammed VI pour l’investissement ainsi que le large chantier social ouvert au niveau national dont l’élargissement de la protection sociale et la mise en place du programme Awrach qui vise l’insertion de 250.000 personnes au marché du travail et le programme Forsa qui tend à financer les projets économiques, sociaux, environnementaux, culturels et sportifs à travers des crédits qui peuvent atteindre les 100.000 dirhams à rembourser sur une durée de dix ans. A ces actions s’ajoute le plan de relance industriel ayant pour enjeu stratégique la consolidation de la souveraineté industrielle.

S’agissant de l’inflation, le Fonds monétaire arabe rappelle les prévisions de Bank Al-Maghrib tablant sur un taux de 5,3% en 2022 avec une prévision de 2% en 2023.
Dans l’ensemble, le Fonds monétaire arabe souligne que les trajectoires de croissance au niveau des pays arabes seront affectées en 2022 et 2023. Parmi les facteurs relevés on cite à la fois l’impact de la situation mondiale sur les économies arabes ainsi que celui de la poursuite des montages financiers sur la maîtrise des répercussions de la Covid-19.
Selon le Fonds monétaire arabe, le taux de croissance économique prévu pour les pays arabes passera à 5,4% en 2022 en raison de la hausse des prix du pétrole, de l’augmentation de la production dans les pays arabes exportateurs de pétrole et de la poursuite des réformes qui favorisent la croissance.

La croissance économique des pays arabes devrait par ailleurs ralentir à environ 4% en 2023 en raison de la baisse de la croissance économique mondiale, des prix des matières premières et de la sortie progressive des politiques budgétaires et monétaires expansionnistes.
De même, les pays arabes devraient faire face à des taux d’inflation relativement élevés en 2022 en raison des pressions inflationnistes locales et mondiales.

Les prévisions des pays exportateurs et importateurs du pétrole du MENA

Se référant aux prévision du Fonds monétaire arabe, les pays exportateurs de pétrole de la région du MENA devraient bénéficier en 2022 de l’augmentation des quantités de production de pétrole dans le cadre de l’accord «OPEP+» et des prix relativement plus élevés du pétrole et du gaz sur les marchés internationaux. Chose qui, selon le Fonds, soutiendra les dépenses publiques pour stimuler la croissance. Dans l’ensemble, la croissance des pays arabes producteurs de pétrole devrait évoluer de 6% en 2022, contre 3,2% en 2021. Les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devraient enregistrer un taux de croissance relativement élevé. Il se situerait autour de 6,3% en 2022 contre 3,1% en 2021.

Une évolution portée par un ensemble de facteurs, notamment la reprise après la pandémie de Covid-19, les réformes économiques et l’adoption continue de mesures de relance. Quant aux pays arabes importateurs de pétrole, ils devraient atteindre un taux de croissance modéré de 4,1% en 2022, contre un taux de croissance de 2,7% en 2021, en raison de leurs problèmes d’équilibre interne et externe.

Cependant, une amélioration relative du taux de croissance économique des pays du groupe devrait atteindre 4,6% en 2023 en raison de l’amélioration des niveaux de la demande globale et d’un relâchement progressif des pressions sur les budgets publics et les balances des paiements en raison de la baisse attendue des prix des matières premières.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.