Garantir un accès durable aux microcrédits

A la veille du lancement mardi au Maroc de l’Année internationale du microcrédit, les observateurs comme les professionnels sont unanimes à considérer que ce secteur est appelé aujourd’hui à innover pour répondre aux besoins d’une population dispersée aux exigences différenciées, et à investir de nouveaux créneaux comme la microassurance, les microcrédits à l’habitat et l’épargne etc . Souvent présentée comme un succès au regard de ses acquis notables au fil des dernières années, la profession de la microfinance se heurte toutefois, selon les opérateurs, à plusieurs écueils. D’une part, les organismes de microcrédit, surtout les petits d’entre eux, sont en manque de sources de refinancement, leur accès au marché financier étant très limité. D’autre part, l’offre en général reste loin de satisfaire une demande de plus en plus croissante, mais aussi exigeante en termes de souplesse, de coût et de diversification.
L’éradication de la pauvreté  »requiert de notre part un travail considérable en matière de diversification et de proximité pour rendre notre produit à la portée de larges catégories sociales tant en milieu rural qu’urbain », souligne M. Rida Lamrini, président de la Fédération nationale de microcrédit (FNAM).
Pour lui, il est urgent d’oeuvrer pour  »ancrer le microcrédit en tant que pratique courante en milieu rural, plus touché par le phénomène de la pauvreté ». Pour y parvenir, il juge impératif à l’heure actuelle de s’atteler à la mise en place de mécanismes efficaces de refinancement des opérateurs et d’exiger une capitalisation minimale pour rendre attractives les petites associations de microcrédit.
Les associations fédérées au sein de la FNAM ont certes accordé, à fin septembre 2004, plus de 5 milliards de dirhams de prêts profitant à quelque 400.000 Marocains. Mais, force est de constater qu’en milieu rural,  »les organismes de la filière demeurent peu développées voire parfois absentes », regrettent les membres de la FNAM.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *