970x250

Gazoduc Maroc-Nigeria : Les études avancent à grands pas

Gazoduc Maroc-Nigeria : Les études avancent à grands pas

Amina Benkhadra le confirme en marge de la 33ème session extraordinaire du Crans Montana Forum Africa

Pour Mme Benkhadra, ce projet est d’autant plus stratégique dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine, qui a amplifié le besoin de l’Europe à diversifier ses approvisionnements en gaz. «Le Gazoduc Maroc-Nigeria constitue à cet égard une opportunité pour l’Europe».

Les études du Gazoduc Maroc-Nigeria avancent dans de très bonnes conditions. La confirmation a été faite, vendredi, par Amina Benkhadra, directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines, lors d’une table ronde sur ce projet organisée dans le cadre de la 33ème session extraordinaire du Crans Montana Forum Africa. «L’ONYHM et la NNPC travaillent en synergie totale», indique Mme Benkhadra mettant l’accent sur les étapes franchies par le projet, depuis son lancement au cours de la visite officielle de SM le Roi Mohammed VI, en décembre 2016 à Abuja, et la signature de l’accord y afférent, le 10 juin 2018, lors d’un déplacement à Rabat du président nigérian, Muhammadu Buhari.

On note dans ce sens la finalisation en 2018 de l’étude de faisabilité de ce projet. Une étape qui a été suivie par celle de l’étude de la conception d’ingénierie frontale (FEED). Selon Amina Benkhadra, «la Pré-FEED a été achevée en 2019 et elle a permis d’assurer les grands éléments de la rentabilité du projet. «Nous sommes depuis le mois de mai 2021 sur l’étude d’ingénierie détaillée, qui permet de préparer tous les dossiers et tous les aspects techniques, mais aussi managériaux, financiers, légaux et commerciaux pour aller à la décision finale d’investissement», indique-t-elle.
Et de préciser que «l’étude actuelle se passe de manière très positive». Mme Benkhadra a précisé lors de son intervention l’importance de l’adhésion de la CEDEAO au projet, laquelle a donné son accord en 2020 pour qu’il y ait un seul projet de gazoduc sur la côte ouest africaine. «L’étude suit son cours dans de très bonnes conditions et nous espérons être au rendez-vous de ce projet hautement stratégique et très important pour l’intégration économique et sociale de notre continent», a souligné la directrice générale de l’ONHYM.

Pour Mme Benkhadra, ce projet est d’autant plus stratégique dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine, qui a amplifié le besoin de l’Europe à diversifier ses approvisionnements en gaz. «Le Gazoduc Maroc-Nigeria constitue à cet égard une opportunité pour l’Europe», affirme-t-elle. Il est à rappeler que le Gazoduc Maroc-Nigeria est né de la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Ce projet d’envergure continental va permettre d’accélérer l’électrification d’un certain nombre de pays de la côte ouest africaine. Il favorisera, par ailleurs, le développement industriel et agricole de la région, qui a de grandes richesses naturelles et qui pourrait être développée de manière plus rapide grâce à l’accès à une énergie à bas coût.
Le Gazoduc permettra également d’assurer une intégration régionale considérable du continent, d’améliorer la vie de la population, de réduire le torchage de gaz et de développer l’exportation du gaz vers l’Europe».
En chiffres, ce projet va impacter 340 millions de personnes dans la région. Il permettra, en outre, de connecter 5.400 milliards de mètres cubes de gaz et intégrer les économies de pays avec un PIB cumulé de 670 billions de dollars.

De hauts responsables marocains y ont pris part

Participation distinguée du Maroc à la 33ème session extraordinaire du Crans Montana Forum Africa

Placée autour de la thématique «Le monde à l’heure de la souveraineté économique de l’Afrique», la 33ème session extraordinaire du Crans Montana Forum Africa a connu une forte adhésion des acteurs marocains. La séance inaugurale du Forum a été marquée par la participation de Ryad Mezzour, ministre de l’industrie et du commerce. Intervenant dans ce sens le ministre a indiqué que «pour son développement le Maroc a fait le choix résolu de l’action, de l’ouverture et de l’ambition». Il a à cet égard précisé qu’«au Maroc, qui n’a pas de grosses réserves naturelles, la décision a été prise au plus haut sommet de l’Etat de favoriser l’action, de construire les infrastructures, de travailler sur le long terme et dans le cadre de plans, et de faire en sorte que chaque génération construise pour la prochaine, avec à chaque fois des visions sur trente ans».

Et de poursuivre qu’«au lieu de nous focaliser sur les réserves naturelles, nous avons décidé de créer et de valoriser le travail». M. Mezzour a dans ce sens mis en avant les différentes actions engagées par le Royaume, en l’occurrence les politiques des barrages, énergétique et d’infrastructures, avec notamment la construction de 1800 km d’autoroutes et du premier port de la Méditerranée et de l’Afrique. L’engagement du Maroc a par ailleurs été salué par Jean-Paul Carteron, président-fondateur du Forum de Crans Montana. Le responsable a souligné que « grâce à sa vision politique, son action gouvernementale et ses investissements considérables, le Maroc a réussi à se hisser en puissance de progrès, tout en maintenant ses traditions fondamentales ».

Pour sa part Nourredine Bensouda, trésorier général du Royaume, a participé activement à une table ronde sur l’Afrique et le financement de l’investissement public», organisé en marge de cette 33ème session extraordinaire. M. Bensouda a dans ce sens plaidé pour une jonction entre les financements publics et privés pour garantir le développement du continent. Il a par ailleurs mis l’accent sur l’importance de «la gestion efficace des deniers publics, de l’adoption d’une vision de résultats, de la bonne utilisation des ressources naturelles en Afrique, pour en faire des leviers de développement». M. Bensouda a également appelé les pays africains à «participer et être actifs dans les organisations internationales qui produisent la réglementation internationale pour faire entendre leurs voix».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.