Gestion de la rareté de l’eau / Tanger : 40 bénéficiaires d’une formation au traitement des eaux usées

Gestion de la rareté de l’eau / Tanger : 40 bénéficiaires d’une formation  au traitement des eaux usées

 Informer et sensibiliser sur l’importance et les méthodes de traitement des eaux usées et leur réutilisation dans l’arrosage des espaces verts et dans un certain nombre d’activités industrielles et économiques.

Tel est l’un des principaux objectifs d’un atelier dont les travaux se sont déroulés du 18 au 20 septembre à Tanger sous le thème «Les mécanismes et les stratégies de plaidoyer et de défense des droits environnementaux».
Initiée par l’Observatoire pour la protection de l’environnement et des monuments historiques (OPEMH) de Tanger, «cette session de formation a bénéficié à une quarantaine de cadres et représentants des ONG, des associations locales et des institutions concernées, qui se sont constitués en deux groupes de vingt personnes chacun et en strict respect des mesures sanitaires en vigueur face à la Covid-19. Elle s’inscrit dans le cadre du projet «Les Eaux Vertes» visant à réduire les effets négatifs des eaux usées à Tanger», réalisé par l’Observatoire et financé par l’Union européenne», a fait savoir Abdelaziz Janati, président de l’OPEMH de Tanger.

Cette session de formation intervenait également dans le cadre d’une approche participative et de la citoyenneté adoptée par l’Observatoire dans le domaine de la gestion de la rareté de l’eau. «Cet atelier permet aux bénéficiaires de s’initier aux techniques de la préparation et de la présentation des propositions en matière de protection de l’environnement aux institutions, notamment auprès du chef de gouvernement et des deux Chambres du Parlement ainsi qu’aux niveaux régional, provincial et local», a indiqué Samir Chahouati, professeur universitaire et l’un des encadrants et animateurs de cette session de formation, faisant remarquer que les bénéficiaires de cet atelier ont également été formés aux principes du plaidoyer pour le droit à la protection de l’environnement.
Cette session de formation sera suivie d’une réunion de communication et de concertation, mercredi 30 septembre, avec les initiateurs du projet «Les Eaux Vertes» et tous les intervenants dans la gestion de l’eau, notamment Amendis, la commune de Tanger, la wilaya, la Direction provinciale de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, la direction régionale de l’environnement, l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos et la Direction régionale des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification.

Cette réunion multi-acteurs sera marquée par la création d’un comité permettant d’assurer l’évaluation et le suivi de la pollution de l’eau et le développement et du cadre juridique de pérennité de cette ressource vitale.
Soulignons que lancé il y a plus de quatre mois, le projet «Les Eaux Vertes» est financé par l’Union européenne à travers le programme Moucharaka Mouwatina et ciblant les institutions publiques et privées œuvrant dans le domaine de l’eau ainsi que les représentants de la société civile et les médias.
Il est réalisé sur plusieurs étapes, dont la mise en place et la présentation d’une étude d’analyse sur l’état des lieux sur la situation réelle en termes de traitement au niveau de Tanger. Il est destiné à la réalisation et la diffusion d’une vidéo visant à informer et sensibiliser sur les effets négatifs des eaux usées mais tout en mettant en avant l’importance de la rationalisation de l’utilisation de cette ressource vitale. Il s’agit de l’organisation, dans ce même contexte, des ateliers et des rencontres de communication et de concertation pour le plaidoyer sur l’importance de mieux utiliser les eaux potables et le traitement des eaux usées et leur réutilisation dans l’arrosage des parcs et les jardins…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *