Gestion déléguée: Le conseil de la ville de Tanger vote contre le transfert d’Amendis à Actis

Gestion déléguée: Le conseil de la ville de Tanger vote contre le transfert d’Amendis à Actis

L’autorité délégante à Tanger vient d’officialiser son opposition à la cession d’Amendis au Fonds d’investissement britannique Actis.

Comme il l’avait déjà annoncé, le maire Fouad El Omari a réussi à passer ce point, mais non sans peine. Et ce, lors de la troisième séance de la session ordinaire d’avril tenue, lundi 26 mai, par le conseil communal de Tanger. Ce point a été adopté par 32 voix contre 17 de l’opposition (représentée par les élus du PJD).

Selon M. El Omari, le conseil veut ainsi faire prévaloir ses droits de la reprise de la gestion de distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement liquide, et ce, conformément à l’article 72 du contrat liant Amendis à la commune urbaine de Tanger. Considéré d’une grande importance pour les élus tangérois, ce point relatif à l’opposition à la cession d’Amendis à Actis a fait l’objet de plus de six heures de discussions et une présentation très détaillée par le comité de suivi au sein de la filiale de Veolia de la gestion déléguée de distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement liquide (2002-2012).

Et à l’instar de ses collègues du Parti de la justice et du développement (PJD), présents à cette assemblée, Mohamed Khiyi, secrétaire provincial du PJD, a reproché que l’on n’ait au préalable pas fourni à l’assistance des données relatives au contrat liant le gestionnaire délégataire à la commune urbaine de Tanger. Il a tenu à préciser que cette initiative aurait dû aider l’assistance, dont la plupart ne bénéficient pas du double aspect d’élu et technicien, pour mieux comprendre ce dossier.

Rappelons que les élus du PJD, parti de l’opposition au sein du conseil communal de Tanger, et à leur tête M. Khiyi, avaient déjà exprimé leur opposition à ce point, suite à l’annonce de M. El Omari de son rejet du transfert d’Amendis à Actis. Ils ont qualifié la décision du maire aussi bien d’unilatérale et hâtive que comme précampagne électorale.Entrée en service en 2002, Amendis Tanger avait annoncé, il y a plus d’un an, et à travers la société mère Veolia Environnement, la cession de ses activités à Actis.

La filiale de Veolia avait fait part que ce choix s’inscrivait dans une logique à forte valeur ajoutée pour le Maroc, du fait de l’expérience de plus de 60 ans du Fonds dans les services d’utilité publique, et exclusivement dans les pays émergents, notamment au Maghreb et en Afrique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *