Hébergement hôtelier : Les professionnels tirent la sonnette d’alarme

Hébergement hôtelier : Les professionnels tirent la sonnette d’alarme

Ils déplorent le mutisme du gouvernement face à leurs doléances

La Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) lance un «S.O.S de survie» de toutes ses associations régionales face à ce contexte de crise. La finalité étant de «sensibiliser le gouvernement aux conséquences économiques, sociales et financières inéluctables si ce long silence incompris perdure, et bien sûr trouver des solutions urgentes dans le contexte actuel». C’est ce que l’on peut retenir d’une récente communication de la Fédération signée par son président Lahcen Zelmate. Les hôteliers déplorent dans ce sens le mutisme du gouvernement face à leurs doléances.

«A l’instar des autres activités touristiques, le secteur de l’hébergement, à bout de souffle, est sur le point de succomber une fois pour toutes à cette crise devenue fatale. La FNIH conçoit que l’urgence sanitaire soit une préoccupation nationale qui passe avant tout, mais malgré toute cette bonne volonté et les sacrifices cumulés, les structures d’hébergement touristique regrettent que le gouvernement ne se soit pas mobilisé à leurs côtés pour les accompagner dans leur survie», peut-on lire à cet effet. Et de poursuivre que «même l’indemnité Covid dédiée aux employés n’est toujours pas confirmée. Quid pour les mois prochains ?». Le président de la FNIH fait savoir que les promesses de reprise pour l’été 2020 comme 2021, tant attendues, n’ont pas été au rendez-vous, compte tenu des mesures restrictives en vigueur. «Le peu d’espoir nourri autour la saison estivale 2021 est tombé à l’eau avec les dernières restrictions sanitaires et de déplacements, alors que les hôtels avaient mobilisé tout leur personnel et recruté même des intérimaires», explique-t-il. L’incertitude continue de planer sur le secteur. Les professionnels de l’hébergement sont loin d’être optimistes. Selon la FNIH, aucune perspective positive n’est visible avant le mois d’avril 2022.

«Toutes les doléances exprimées et les alertes lancées pour sauver ce secteur sont restées lettre morte. Or, ce qui est désormais en jeu, c’est la viabilité des établissements d’hébergement touristique, leur capacité à maintenir l’emploi, honorer leurs engagements fiscaux, sociaux et financiers, entretenir leurs actifs et préserver les ressources humaines talentueuses formées depuis plus de deux décennies», relève-t-on de Lahcen Zelmat.
Il est à noter que l’activité touristique peine à reprendre son élan à cause de la situation sanitaire. Malgré les difficultés rencontrées, l’ensemble des structures de cet écosystème a fait preuve de solidarité et de résilience. «Durant toute cette crise, les responsables des unités d’hébergement touristiques, qu’elles soient opérationnelles ou non, et malgré l’absence de ressources, ont mis la sauvegarde de l’emploi et la maintenance de leurs unités comme les investissements pour être aux meilleurs standards de certifications sanitaires et la préservation de la santé des clients, au centre de leurs préoccupations pour permettre à la destination Maroc d’être parmi les pays prêts à la reprise et assurer ainsi une relance du secteur», explique le président de la FNIH.

Il est à rappeler qu’au tout début du déclenchement de la pandémie au niveau national, les unités d’hébergement ont été mises gracieusement à la disposition des autorités pour accueillir le personnel médical et les patients Covid-19. Cet élan de solidarité a été réitéré durant la période post-Ramadan 2021. Les structures d’hébergement hôtelier ont accueilli à des conditions exceptionnelles les voyageurs en quarantaine. Comme il a été procédé à l’application de tarifs promotionnels en faveur des familles marocaines et des MRE pour redynamiser l’activité touristique en ce temps de reprise.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *