970x250

Huile d’argan : La valeur des exportations en hausse en 2021

Huile d’argan : La valeur des exportations en hausse en 2021

Les exportations de l’argan ont réalisé une importante hausse en valeur en 2021 pour atteindre 31 millions de dollars.

Le chiffre a été avancé par Mohammed Sadiki, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, en marge de la célébration de la Journée internationale de l’arganier.

La filière arganier revêt un rôle socio-économique important (emploi, productions, exportations…). Outre les propriétés environnementales confirmées pour le maintien de l’équilibre écologique, l’arganier se caractérise par des vertus sanitaires, alimentaires et cosmétiques reconnues.
Ainsi, et malgré un contexte sanitaire difficile, les exportations de l’huile d’argan ont enregistré une importante augmentation l’année dernière.
En effet, pendant des millénaires, la forêt d’argan a fourni une source 100% renouvelable à la population locale, il permet de cerner autour de lui plusieurs coutumes rituelles étant donné sa forte liaison avec le mode de vie de la population locale.

Dans ce sens, la Réserve de biosphère de l’arganeraie (RBA) est la première à être reconnue en 1998 au Maroc. La reconnaissance de l’arganeraie par l’Unesco comme patrimoine international est en grande partie en relation avec les multiples usages et intérêts de l’arbre et à son importance dans l’économie rurale.
Cette réserve se caractérise par sa multifonctionnalité socio-économique et son aspect écologique unique et son potentiel de biodiversité important.
S’étalant sur une superficie de 2,5 millions d’hectares environ, la RBA concerne les provinces et préfectures d’Agadir Ida Ou Tanane, Inezgane Ait Melloul, Chtouka Ait Baha, Tiznit, Taroudant, Sidi Ifni, Essaouira et Guelmim.

De par son étendue et la diversification des reliefs et habitats, le territoire de la RBA comprend une grande richesse et diversité écosystémique et floristique représentant près du tiers de la flore totale du pays avec un niveau d’endémisme bien marqué.
La Réserve de la biosphère de l’arganeraie englobe un territoire vaste et varié. Le paysage est ainsi très diversifié, du fait des configurations des différentes unités naturelles au niveau du Haut-Atlas, de l’Anti-Atlas, des plaines et le long du littoral qui s’étend sur plus de 350 km. Ces paysages contrastés constituent un véritable attrait pour la RBA.

L’arganeraie offre également un paysage typique traduisant fidèlement une relation très forte entre l’Homme et la Nature. Une forêt multi-usage, dans le temps et dans l’espace, façonnée par ce système d’utilisation tout au long des temps. Les labours secs, le pâturage et la collecte de fruits offrent un paysage caractérisant de l’arganeraie. La géologie offre elle aussi plusieurs paysages très marquants au niveau de l’Anti-Atlas plus particulièrement.
L’arganier a conditionné la culture et les coutumes de la population autochtone de la RBA. Des rites et célébrations sont organisés autour de cet arbre sacré et légendaire : un médiateur lors des festivités de mariage, un arbre de recueillement pour les femmes, l’huile d’argan était toujours une pièce obligatoire de goût et qualité dans la cuisine locale. Elle présente plusieurs savoirs relatifs à la pharmacopée et à la cosmétique traditionnelle, un arbre guérisseur, il est parmi les rites thérapeutiques locaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.