Humeur : Là où il faut être vu en ce moment sur Rabat ! Le Grand Comptoir

Humeur : Là où il faut être vu en ce moment sur Rabat ! Le Grand Comptoir

L’avenue Mohammed V retrouve ses ors d’antan peu à peu, et c’est désormais un plaisir en soirée de déambuler et flâner, les palmiers éclairés par le sol, le Balima repeint (enfin) et sa grande arche perçant l’ensemble hôtelier ouvrant sur une belle perspective vers le siège de la wilaya de Rabat.
Nouvellement rénové aussi, Le Grand Comptoir mérite effectivement son nom, une réussite architecturale et une performance décorative sans faute de goût, c’est à noter.
Un propriétaire épanoui souriant, pantalon velours, chemise flottante, basket… très “Baba cool dans la série Bobo” et visiblement à l’aise dans son nouveau domaine (apparenté à La Villa Mandarine – autre fleuron de la restauration r’batie – ) .
Décor grande brasserie, murs habillés de panneaux de bois de couleur sombre façon acajou, escalier à double révolution, dont un superbe grand lustre à lames de verre concentriques… C’est donc une nouvelle aventure pour cet endroit qui à son origine était déjà dévolu à la restauration, il y a quelques décennies !
Atmosphère bruyante, bouillonnante, équipe de salle pléthorique, espace continu ouvert sur la cuisine à travers de grandes baies vitrées. Voilà qui devrait motiver cette jeune équipe d’être ainsi en prise directe avec la salle.
La carte aux prix raisonnables, en comparaison des offres courantes, présente une belle déclinaison de ces plats “Canaille” comme je les aime…
Nourriture solide, pas de chichis… Huîtres et autre terrine de foie gras au vieux Porto , souris d’agneau braisée à l’ancienne, andouillette tradition, rognons de veau à la crème, crème brûlée vanille Bourbon, mousse au chocolat, tarte tatin.
Clientèle d’ affaires, hauts fonctionnaires et fonctionnaires d’ambassades, véritable tour de Babel, visiblement… L’adresse a déjà fait ses preuves. Détail amusant , les tables proches style “Bistrot” où le client accepte avec sérénité une promiscuité difficilement envisageable ailleurs . Visiblement l’es prit – brasserie – est passé par là…
Ce jour-là donc, une assiette de cochonnaille qui défendait bien les couleurs de l’endroit, une marmite du pêcheur (3 variétés de poissons) servies dans une assiette creuse à bord haut qui vous oblige à une gymnastique…
La sauce au curry trop forte étouffait les produits de la marée, dommage ! Petits légumes haricots verts, brocolis et autres courgettes croquants délicieux.
Pour clore le ban… Un Tiramisu décoiffant dont la crème au mascarpone donnait l’impression d’avoir été lié à de la gelée alimentaire …
Suite Le Grand Comptoir.
Côté cave à vin, pas d’étiquettes caracolantes, de grands noms sur béquilles, d’escaladeurs de prix, des vins servis entre autre au verre…
Plats décidés , tranquille, un rien convenu !
En prime quelques tics agaçants et très mode! Pourquoi pas…
Enfin notre capitale se réveillerait-elle ?
Comptez à la carte 250/300 DH/Menu au déjeuner 130 DH .

• Pandore

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *