970x250

Crédits immobiliers : 241,45 milliards de dirhams de prêts alloués aux ménages à fin avril

Crédits immobiliers : 241,45 milliards de dirhams de prêts alloués aux ménages à fin avril

Les crédits immobiliers décélèrent au quatrième mois de l’année. Un constat établi par Bank Al-Maghrib dans sa dernière publication relative aux statistiques monétaires.

La banque centrale affiche dans ce sens une progression de 2,3 % à fin avril contre 2,6 % auparavant. Pour ce qui est de l’encours distribué, il s’élève à 293,07 milliards DH, en consolidation de 6,62 milliards DH comparé à la même période de l’année passée. Ceci représente une hausse de 2,3 % en glissement annuel. Les ménages restent les principaux bénéficiaires de ce segment. Ils captent à eux seuls un encours de l’ordre de 241,45 milliards DH, en amélioration de 3,2%, soit des crédits additionnels de l’ordre de 7,58 milliards DH.

Dans ce sens, les crédits à l’habitat s’établissent à 234,92 milliards DH, en amélioration de 7,3 milliards DH par rapport à la même période de l’année (+3,2%). Parmi les tendances relevées également on cite la nette progression des crédits alloués à la promotion immobilière. Leur encours s’est affermi de 7,1% pour atteindre les 5,88 milliards DH à fin avril. Toutefois, les crédits immobiliers alloués aux sociétés non financières privées se sont inscrits en repli comparé au quatrième mois de l’année précédente perdant ainsi 1,38 milliard DH de sa valeur.

Il ressort à 50,26 milliards DH, en baisse de 2,7%. Dans l’ensemble, l’encours global des crédits immobiliers à fin avril s’est apprécié de 3,2% atteignant ainsi les 980,65 milliards DH. En valeur cette hausse se traduit par un encours additionnel de 30,66 milliards DH. «Le crédit bancaire au secteur non financier a vu sa progression s’accélérer à 3,2% après 2,8%, avec une hausse de 5,6% contre 4,6% des prêts aux sociétés privées, une accentuation de la baisse des crédits aux sociétés non financières publiques de 15,9% à 16,6% et une quasi-stagnation des crédits aux ménages à 3,4%», commente dans ce sens Bank Al-Maghrib. Par objet économique, les crédits à la consommation affichent une hausse de 2,3 %. On note un encours de 56,36 milliards DH, en redressement de l’ordre de 1,27 milliard DH comparé à une année plus tôt.

Les crédits conso en hausse et l’équipement en baisse

Pour ce qui est des crédits à l’équipement, leur encours s’est rétracté de 2,9 % à fin avril revenant ainsi à 175,53 milliards DH, soit 5,17 milliards DH en moins. Les administrations locales détiennent dans ce sens un encours de 25,07 milliards DH, en hausse de 615 millions DH par rapport à la même période de l’année passée. L’encours accordé aux sociétés non financières privées s’est également redressé de 2,2% pour atteindre les 106,01 milliards DH au quatrième mois de l’année marquant ainsi un additionnel de 2,32 milliards DH par rapport à la même période de l’année précédente. En revanche, les crédits à l’équipement alloués aux sociétés non financières publiques se sont dépréciés de 19,7% perdant ainsi 7,69 milliards DH de leur encours pour revenir à 31,42 milliards DH. Bank Al-Maghrib observe également dans sa veille mensuelle un taux de progression annuelle de 5,3 % des créances en souffrance, soit un total de 86,01 milliards DH dont 36,65 milliards DH pour les ménages. Ainsi, le ratio des créances au crédit s’élève pour sa part à 8,8%.

Plus de 20 milliards DH de financement participatif accordés

Quant au financement participatif, il a atteint à fin avril les 20,7 milliards DH, en hausse de 34 % comparé à une année plus tôt. Le financement à l’immobilier s’est ainsi élevé à 17,3 milliards DH, en hausse de 30,3 %. En valeur cette progression ressort à 5,26 milliards DH. Pour ce qui est des financements participatifs, ils ont atteint à fin avril les 1,18 milliards DH marquant une hausse de 4,02 milliards DH, en glissement annuel. Le financement participatif à l’équipement ressort pour sa part à près de 2 milliards DH en hausse de 93,7%.
A fin avril, les engagements des banques participatives auprès des banques se sont appréciés de 35% pour atteindre les 7,18 milliards DH. Ils se présentent sous forme de refinancement à travers le produit «Wakala bil Istitmar» et dépôts à vue reçus des banques mères. Les comptes chèques et comptes courants marquent une hausse de 32,4 % pour se situer à fin avril à environ 6 milliards DH.
Les dépôts d’investissement se sont situés pour leur part autour de 1,73 milliard DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.