Les ventes immobilières culminent à fin mars

Les ventes immobilières culminent à fin mars

Elles se sont redressées de 52% comparé à la même période de l’année 2020

Le marché immobilier se réanime. Les premiers indicateurs de l’année font ressortir une hausse fulgurante des transactions immobilières comparé à la même période de l’année précédente. On note ainsi une progression de 52% par rapport au premier trimestre de l’année. Cette tendance reflète la hausse des ventes de l’ensemble des actifs, notamment le foncier et l’immobilier professionnel. C’est ce que l’on peut déduire de la récente publication de Bank Al Maghrib relative à l’indice des prix des actifs immobiliers. Les transactions du résidentiel se sont redressées de 42,4% en glissement annuel. Celle des terrains ont culminé de 76,1% et des biens à usage professionnel de 73,5%. Cette reprise a été accompagnée par une hausse, moins significative, des prix des actifs immobiliers. L’indice y afférent affiche une appréciation de 1,8% reflétant ainsi une hausse de 1,2% des actifs résidentiels et de 2,9% pour les terrains et les biens à usage professionnel. Toutefois, la ventilation trimestrielle ressort contrastée. La banque centrale indique dans sa veille une stagnation de son indice des prix des actifs immobiliers par rapport au dernier trimestre de l’année 2020.
Les prix du résidentiel marquent à cet effet une légère baisse estimée à 0,9% au moment où le prix des terrains et des biens à usage professionnel marque des hausses respectives de l’ordre de 1,4 et de 0,3%. Pour ce qui est des ventes, elles se seraient inscrites en repli par rapport à la hausse exceptionnelle observée au quatrième trimestre 2020. En effet, elles se sont nettement contractées passant ainsi d’une hausse de 43,1% observée au dernier quart de l’année 2020 à une baisse de 17,4% au titre des trois premiers mois de l’année 2021.
Décryptage des principales tendances immobilières du premier trimestre 2021.

Les villas davantage prisées

La hausse des ventes résidentielles observées en glissement annuel (+42,3) est liée à celles de l’ensemble des sous-actifs. Se référant à la banque centrale, la vente des appartements s’est consolidée de 42,3% comparé au même trimestre de l’année passée. Celle des maisons a culminé de 38,3% par rapport à la même période de l’année passée. Les ventes des villas ont également emprunté le même trend affichant ainsi une progression de 59,9% en glissement annuel. Cette reprise a été accompagnée par une hausse des prix. On relève dans ce sens une hausse de 4,6% des prix des villas contre 1,8% pour les maisons et 0,9% pour les appartements. En glissement trimestriel, la tendance s’inverse. Les ventes résidentielles se rétractent dans ce sens de 21,1% par rapport au volume écoulé à fin 2020 suite au repli de 22% des ventes des appartements, de 15,1% des villas et de 5,5% des maisons. Le prix du résidentiel recule dans ce sens de 0,9% reflétant une baisse de 1,1% pour les appartements et de 0,6% pour les maisons. Le prix des villas s’est en revanche amélioré de 0,8% par rapport au quatrième trimestre de l’année 2020.

Hausse fulgurante des ventes de terrain

S’agissant du foncier, les transactions effectuées dans ce sens se sont appréciées de 76,1% par rapport à mars 2020. Les prix se sont pour leur part affermis de 2,9% sur ladite période. Une tendance différenciée a été relevée d’un trimestre à l’autre. A l’heure où les prix des terrains ont augmenté de 1,4% comparé aux trois derniers mois de l’année 2020, les ventes de terrains affichent pour leur part une régression par rapport à un trimestre auparavant.

Boom des transactions des bureaux

L’immobilier à usage professionnel reprend également de plus belle. En glissement annuel, les ventes réalisées sur ce segment s’inscrivent en hausse de 73,5%. A cet effet, les ventes des locaux commerciaux se sont améliorées de 72,2%. Les transactions des bureaux ont connu un saut de 81,3%. Pour ce qui est des prix des actifs professionnels, ils se sont appréciés de 2,9% compte tenu de la progression de 3% des prix des locaux commerciaux et de 1,9% des prix des bureaux. Cette tendance a été maintenue même en glissement trimestriel. Les prix des biens à usage professionnel se sont légèrement accrus d’un trimestre à l’autre s’améliorant ainsi de 0,3%. Cette progression recouvre une hausse de 7,5% des prix des bureaux au moment où ceux des locaux commerciaux sont légèrement revenus à 0,9%. Le volume des transactions a augmenté de 2,3% par rapport au trimestre précédent reflétant ainsi la progression de 1,2% des ventes des locaux commerciaux et de 8,6% de celles des bureaux.

Les prix stagnent à Rabat et Casablanca

A l’exception de Marrakech où les prix ont enregistré une hausse de 3,5% au premier trimestre, les grandes villes du Royaume ont observé une stagnation des prix des actifs en glissement annuel. A Rabat, cette évolution recouvre des baisses de 0,4% pour le résidentiel et de 20,6% pour les biens à usage professionnel tandis que le prix des terrains a reculé de 6,2%. Les ventes au niveau de la capitale ont fléchi de 17% suite au repli de 19,1% des ventes du résidentiel et de 6,5% des biens à usage professionnel. En contrepartie, les ventes des terrains ont progressé de 7,5%. Au niveau de Casablanca, la stagnation des prix s’explique par la baisse de 0,8% des biens résidentiels et de 2% de ceux des terrains à l’heure où les prix des biens à usage professionnel ont flambé de 9%. Les transactions au niveau de la métropole marquent pour leur part une baisse de 28,8% et ce après une hausse de 32,1% enregistrée au dernier quart de l’année 2020. S’agissant de Tanger, le prix des actifs immobiliers s’est replié de 1,2%. Cette baisse est portée par le repli de 2,4% des prix des biens résidentiels et de 9,2% de ceux des biens à usage professionnel. Le prix des terrains a connu, en revanche, une hausse de 1,7% dans la ville du détroit. Tanger ne sort pas du lot dans la mesure où les transactions immobilières en son sein ont chuté de 3,9%. Un repli dû essentiellement à la baisse de 9% des biens résidentiels au moment où les ventes des terrains et de l’immobilier professionnel ont progressé respectivement de 9,8% et 21,6%. Rappelons que la hausse des prix des biens immobiliers observée à Marrakech au titre des trois premiers mois de l’année est attribuable à la hausse de 5,6% des prix des terrains. Le résidentiel et les biens professionnels ont vu leurs prix diminuer respectivement de 0,3 et 5,9%. Les transactions au niveau de la ville ocre s’inscrivent pour leur part sur un trend baissier. Elles se sont contractées de 10,3% reflétant une baisse de 6,8% des ventes résidentielle et de 21% pour celle des terrains. L’immobilier professionnels au niveau de Marrakech a connu une bonne dynamique de vente au premier trimestre grimpant de 5% d’un trimestre à l’autre.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *