Mubawab décrypte les principales tendances du secteur : Le Covid-19 ralentit l’élan immobilier au premier trimestre

Mubawab décrypte les principales tendances du secteur : Le Covid-19 ralentit l’élan immobilier  au premier trimestre

Le marché immobilier marocain tourne au ralenti. La dynamique aux trois premiers mois de l’année en cours affiche un essoufflement.

Une perte de vitesse accentuée par la crise sanitaire qui a commencé à sévir au pays vers le dernier mois du trimestre. Cette conjoncture particulière a été au cœur du baromètre trimestriel de Mubawab. L’analyse tend à apporter des réponses concrètes aux professionnels pour évaluer l’impact que pourrait avoir le Covid-19 sur l’activité du marché. Le diagnostic établi s’articule autour de trois interrogations : La crise du Covid-19 a-t-elle un impact sur le secteur de l’immobilier ? Si oui, dans quelle mesure ? Quels indicateurs ont été les plus marqués ? «Dans une économie post-Covid-19 qui s’annonce incertaine, particulièrement pour le secteur de l’immobilier et celui de la construction, la question est de savoir comment orienter ses plans stratégiques pour amorcer le processus de reprise économique”, indique Kevin Gormand, cofondateur et directeur général de Mubawab.

Et d’ajouter :”Avec le Guide Mubawab de l’Immobilier, et cette édition spéciale en particulier, nous ambitionnons de répondre à cette question en mettant à la disposition des professionnels de l’immobilier toute l’information pertinente dont nous disposons afin de les aider à appréhender au mieux les enjeux du secteur dans le contexte actuel». En décryptant la situation du marché, Mubawab constate une baisse nette des valeurs absolues dès la fin du mois de février. Une tendance qui se confirme aussi bien pour l’offre que pour la demande et concerne deux catégories d’actifs, à savoir les appartements et villas anciens soient-ils ou neufs. «La cassure de la courbe traduit l’impact de la conjoncture sur le secteur.

«Tel un micro-marché, le comportement de l’offre et de la demande sur Mubawab.ma est étroitement lié à la conjoncture. Nous constatons donc une baisse substantielle, que ce soit pour l’offre ou pour la demande, démontrant le net ralentissement du marché immobilier marocain dû à la crise sanitaire», explique Kevin Gormand. Se référant à Mubawab, la baisse de l’offre des appartements oscille entre -23% et -28%, respectivement pour le neuf et l’ancien. L’offre de villas fléchit quant à elle entre -52% pour le neuf et -29% pour l’ancien. En dépit des fluctuations du marché, certaines villes affichent une stabilité des prix des actifs immobiliers. Il s’agit de Casablanca, Kenitra, Salé et de Témara. Par ailleurs, les prix ont baissé à Tétouan, à Rabat et Marrakech. En parallèle, les prix au mètres carré ont connu une hausses allant de 1% à 11% à Agadir, à El Jadida, à Fès, à Meknès, à Mohammedia et à Tanger. Sous un angle plus global, Mubawab observe une baisse des prix des appartements neufs et anciens.
Ainsi, les prix des appartements neufs enregistrent une baisse de 7% au titre des trois premiers mois de l’année au moment où ceux des anciens ont reculé sur la même période de 4%. Toutefois, les prix des villas neuves comme anciennes sont à la hausse grimpant respectivement de 5% et 1% au premier trimestre 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *