Où vont les déchets du BTP ?

Où vont les déchets du BTP ?

Le chiffre est au niveau mondial. Les entreprises du bâtiment et des travaux publics produisent cinq fois plus de déchets que les ménages. Un chiffre énorme vu jusqu’à présent, aucune action n’a été prise pour la régulation de ce secteur qui se développe en parallèle avec la croissance du secteur de la construction. Mais quelles sont les spécificités des déchets du secteur du BTP ? Ces derniers se caractérisent par leur très grande diversité dans la taille, dans la concentration et dans la fréquence des chantiers et donc dans la production des déchets dans le temps et dans l’espace. Ils sont dans leur majorité des déchets inertes, c’est-à-dire qu’ils sont étroitement associés à la source avec des déchets du second oeuvre dans le cas des chantiers de démolition et de réhabilitation de bâtiments.
Sont-ils dangereux ? En principe non, puisque les déchets du BTP sont composés au fond de déchets inertes, donc non dangereux. Mais du fait du manque de place sur les chantiers, d’un défaut d’information ou tout simplement du je-m’en-foutisme de la part des maçons et autres travailleurs sur le site, il arrive fréquemment que des déchets spéciaux (type peinture, solvant) soient déposés avec les déchets non dangereux et les polluent. Sur le plan international, plusieurs systèmes de collecte adapté à la spécificité de ces déchets ont été mis en place. Mais c’est loin d’être le cas au Maroc. Ces déchets suivent chez nous le circuit normal de collecte des déchets et atterrissent le plus souvent dans les décharges publiques. Ce qui pose énormément de problèmes dus essentiellement à leur fonction initiale. La majorité de ces déchets ne peuvent pas suivre les filières traditionnelles de valorisation des déchets ménagers et des déchets des autres entreprises, de par leur nature, leur taille et leur caractère non incinérable. En plus de ce manque d’installations de collecte et de recyclage, les coûts élevés du transport de ces déchets du site du chantier à la décharge aggravent le problème.
La multiplicité des intervenants sur un même chantier, maître d’ouvrage, maître d’oeuvre, bureau de contrôle, entreprises générales et sous traitantes, tous directement ou indirectement multiplie les difficultés de la gestion des déchets, chaque partenaire ayant une part de responsabilité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *