Quand le foncier fausse la donne

Quand le foncier fausse la donne

Pourquoi le haut standing est-il aussi cher ? Une question qui pourrait surprendre plus d’un, puisque d’office, parler de haut de gamme, que ce soit en immobilier, en voiture ou en vêtement signifie automatiquement de grosses sommes d’argent. Mais à Casablanca, cette règle s’applique doublement.
Les prix des logements et habitations haut standing ont flambé ces dernières années, alors que ceux du moyen standing n’ont pas beaucoup changé et que ceux de l’habitat social sont en nette baisse. Et pour cause, l’offre foncière disponible sur le marché national et qui répond parfaitement aux exigences de ce genre de logement demeure très restreinte. Si pour encourager le logement social, destiné essentiellement à répondre aux besoins de plus en plus croissant en logements et à résorber les bidonvilles et l’habitat clandestin, l’Etat affiche une grande générosité foncière; il n’est pas de même pour le haut standing où opère des promoteurs privés. En effet, tous les intervenants s’accordent à dire que le coût élevé des logements haut standing, que ce soit à Casablanca ou ailleurs, est dû à la rareté du terrain.
L’assiette foncière dont ils déposent pour des logements haut de gamme dans les grandes villes du Royaume, notamment, est en effet de plus en plus rare dans les quartiers concernés.
Pour prendre l’exemple de Casablanca, les quartiers Gauthier, Racine, ou encore aux environs des boulevards El Massira, Anfa, ou encore Ziraoui sont pratiquement saturés. Seule solution, se rabattre sur les terrains d’anciennes villas démolies et exploitées pour bâtir ce type de logements. Mais là encore, le coût revient terriblement cher. Entre 5.000 et 12.000 dirhams le mètre carré, c’est le prix qu’il faudrait payer pour une parcelle de terrain dans ces quartiers huppés de la métropole. La même chose est vérifiable dans les autres cités marocaines, Tanger, Rabat, Marrakech ou Agadir entre autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *