Quand le haut standing fait la loi

Quand le haut standing fait la loi

A Marrakech, nombreux sont les projets immobiliers dédiés au haut standing. Nombreux sont les quartiers, Guéliz et l’Hivernage entre autres, où l’ontrouve ces habitations dont le prix dépasse 5.000 DH le mètre carré. C’est que la demande est de plus en plus grande au point que la ville ocre s’est transformée en un aimant à investissements immobiliers et touristiques.
Ce n’est pas pour rien que de nombreuses stars du show-biz mondial ont choisi d’avoir un pied-à-terre entre les palmiers de la ville impériale. Jamal Debbouze, l’acteur français le mieux payé en 2003, a choisi par exemple le quartier de Targa, où se trouvent des villas et de luxe, souvent érigées sur deux niveaux. Dans ces volumes généreux, l’architecture marocaine est assez contemporaine et d’inspiration diverse. Le prix du mètre carré constructible oscille entre 1.200 et 2.000 dirhams le mètre carré.
L’attrait qu’exerce Marrakech sur les investisseurs étrangers ne cesse de croître à mesure que la région développe son potentiel naturel de séduction et que les infrastructures nécessaires à la mise en oeuvre de projets de développement se renforcent. « Le Parc de l’Agdal» est l’exemple de cette dynamique d’investissement. Prévu sur une superficie globale de 15 hectares, ce projet consiste en la construction de 18 villas de 400 mètres carrés habitables et entourées d’un jardin de 2.000 mètres carrés chacune. Plus spacieuses seront les 58 «dars» qui constituent une autre composante de ce grand projet. Elles seront étendues sur une superficie variant entre 180 et 350 mètres carrés et disposeront de grandes terrasses panoramiques avec jacuzzi.
A Marrakech, haut standing rime surtout avec la palmeraie, considérée comme le quartier le plus huppé de Marrakech. Située au Nord-est de Marrakech, la zone verte de la palmeraie s’étend sur près de 6.417 hectares. La palmeraie est divisée en quatre parties.
La première est spécialement consacrée à des villas de 500 mètres carrés de superficie et s’étend sur 146 hectares. La deuxième zone s’étale sur 3.300 hectares et est réservée à des villas beaucoup plus luxueuses dont la superficie se situe entre 2.000 et 10.000 mètres carrés. La troisième zone fait 17 hectares avec uniquement des lotissements collectifs alors que la quatrième, de 2.300 hectares, n’est pas constructible mais servira plutôt comme terrains de reboisement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *