970x250

Ventes immobilières : La machine en panne

Ventes immobilières : La machine en panne

Une baisse de 9,3% a été observée au premier trimestre

Le marché de l’immobilier replonge dans l’atonie. Les transactions se sont fortement rétractées début 2022 reflétant ainsi la dynamique d’un secteur affaibli par une conjoncture économique floue. La tendance relevée par Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) témoigne du malaise de l’activité immobilière. Ceci se traduit par une contraction de 9,3% des ventes immobilières. Un repli qui s’observe sur l’ensemble des segments. En effet, les ventes des biens résidentiels ont reculé de 15,7% au premier trimestre de l’année au moment où celles des terrains se sont dépréciées de 15,7%. Les transactions de l’immobilier professionnel ont suivi la même tendance. On note une baisse de 11,9% au titre des trois premiers mois de l’année.

Les ventes n’ont ainsi pas profité de la baisse des prix observée sur ladite période. En effet, l’indice des prix des actifs immobiliers a fléchi à fin mars de 4,9%. Une baisse qui résulte de la diminution de 5,8% de l’indice des prix du résidentiel, de 2,9% de celui des terrains et de 8,6% des prix des biens à usage professionnel.
En décortiquant cette tendance immobilière par villes, on constate une légère baisse des prix immobiliers au niveau de Casablanca. Ce repli est estimé à 1% d’un trimestre à l’autre. Une contreperformance qui résulte des baisses de 0,1% pour le résidentiel, de 1,6% pour les terrains et de 6,3% pour les actifs à usage professionnel. Par ailleurs, les transactions immobilières au niveau de la métropole ont affiché un recul de 16,2%. Cette contraction reflète des baisses des transactions des principaux actifs. On note ainsi une baisse de 19,1% au niveau des biens résidentiels contre 15,7% au niveau des terrains au moment où les ventes des actifs à usage professionnel se sont redressées de 2,3% au niveau de la capitale économique.

Du côté de Rabat, la banque centrale et l’ANCFCC observent une baisse des prix des actifs immobiliers.
La baisse est ainsi estimée à 1,8% recouvrant des baisses au niveau des biens résidentiels et des terrains. Les prix de ces actifs ont ainsi diminué respectivement de 1,6% et de 10,8%. En revanche, les prix des actifs à usage professionnel se sont appréciés de 14,9% au premier trimestre de l’année. Pour ce qui est des transactions au niveau de la même ville, on note un repli de 22,6%. Cette baisse traduit en effet la baisse de 21,9% des ventes des biens résidentiels. Cette baisse est beaucoup plus prononcée pour les terrains. Les ventes y afférentes se sont repliées de 35,3% au moment où celles des biens à usage professionnel ont reculé de 18,2%. Pour ce qui est de la ville ocre, les actifs immobiliers se sont améliorés au premier trimestre. Ils ont ainsi marqué une augmentation de 2% d’un trimestre à l’autre.

Une évolution qui intervient en lien avec la hausse de 0,3% des prix des biens résidentiels et de 3,6% de ceux des terrains. «Les prix des actifs à usage professionnel ayant, en revanche, baissé de 2,1%», relève-t-on de la banque centrale qui relève dans son analyse une baisse de 16,1% des transactions immobilières au niveau de la ville ocre. L’ensemble des catégories d’actifs a été impacté. On note ainsi une baisse de 16,6% des ventes des biens résidentiels à Marrakech contre 15,5% pour les terrains et 12,9% pour les biens à usage professionnel.

A Tanger, l’indice des prix a légèrement reculé d’un trimestre à l’autre. On note une baisse de 0,7%, en lien avec le repli de 1,1% pour le résidentiel et de 5,7% pour les actifs à usage professionnel. Le prix des terrains a par ailleurs marqué une amélioration de 0,3% au niveau de la ville du détroit. Pour leur part, les ventes ont baissé de 5,3%, recouvrant un repli de 5,5% des biens résidentiels et de 28,7% des biens à usage professionnel et une hausse de 11,7% des terrains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.