Visite guidée à Tamesna : Une nouvelle ville accomplie au vrai sens du terme

Visite guidée à Tamesna : Une nouvelle ville accomplie au vrai sens du terme

Tamesna est désormais une nouvelle ville en bonne et due forme. Une visite de terrain laisse y témoigner, mardi, des changements opérés sur cette cité par rapport à ses débuts en mars 2007.

Ainsi, la ville, gérée par le Groupe Al Omrane, est dotée de services publics qui en font réellement une localité urbaine assez accessible. Avant de s’y rendre, un développement urbanistique est déjà perceptible sur le trajet facilité par des chaussées confortables.

Des routes sur 3 axes

«Les travaux de la route entre Tamesna et Temara sont réalisés à hauteur de 70%. Ils sont prévus d’être livrés en juin prochain», précise, sur place, Abdelhakim Zidouh, directeur général adjoint de la société Al Omrane Tamesna. Outre l’axe liant Ain Atiq à l’autoroute de Casablanca, Tamesna est reliée à Rabat par une route «en finalisation pour être livrée en avril». La société contribue à ces routes à hauteur de 50% du coût global. L’autre moitié étant financée par le ministère de tutelle, soit celui de l’habitat. L’orateur, qui rappelle que la ville abrite 50.000 habitants, s’exprime également sur la mise à niveau du centre de Sidi Yahia Zaer de l’ordre de «38 millions DH». «Tous les douars de ce centre sont relogés. Certaines familles sont en cours de relogement avec une offre d’animation», enchaîne-t-il sans manquer de louer les efforts de différents partenaires. Et ce n’est pas tout. Tamesna a, comme l’indique le responsable, tendance à «attirer, depuis trois ans, des couches moyennes qui s’y installent». Il illustre ses propos par le choix de familles, provenant du quartier huppé de Hay Riad à Rabat, qui se rendent à Tamesna pour une conception individuelle de leur maison afin de s’offrir un changement de vie. En plus de ces réalisations, Tamesna reliée par des moyens de transport perçus sur le trajet, est, comme il le précise, dotée d’une cinquantaine de services publics.

Une zone industrielle, une forêt, des centres… tout y est

Tout comme le laisse voir la visite, la ville, qui a également une valeur ajoutée pour celle de Skhirate, dispose d’une zone industrielle qui, selon l’intervenant, «a connu un succès dans le cadre d’une démarche participative». Pour permettre aux employés de cette zone de se restaurer, un restaurant est construit à proximité. Selon des explications fournies lors de la visite, un supermarché est également prévu à côté. Cela étant, le tour de la ville laisse voir une belle kasbah. De quoi donner un aspect médina à une partie de Tamesna dotée également de deux parcs dont un grand d’environ 13 hectares avec lac.

De plus, la ville dispose d’une maison de jeunes qui vient d’être achevée dans le cadre du plan de relance qui lui est dédié. Pour l’heure, cet espace, réalisé par Al Omrane, est prêt à accueillir les jeunes. Il suffit que le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports le valorise dans cette ville qui abrite également un espace offrant des services de garderie et des formations en cuisine et couture. En outre, la ville est entourée de mosquées dont la grande Mohammed VI. Mieux encore, la cité où un pôle universitaire de l’ordre de 150 millions DH est en construction pour être opérationnel en juin 2021 et un hôpital de 45 lits dont les travaux sont à hauteur de 60%, dispose d’un beau centre culturel. Aussi, la ville qui dispose d’un foyer féminin, également construit par Al Omrane, est dotée d’une autre maison de jeunes déjà exploitée ainsi que d’un centre socio-sportif avec piscine et terrains. Quant à la forêt, qui s’étale sur 80 hectares, elle a des parcours de 20 km. C’est donc une ville où il fait bon vivre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *