Impact de la crise sanitaire : Les chiffres chocs du HCP !

Impact de la crise sanitaire : Les chiffres  chocs du HCP !

Plus de 81% des entreprises ne prévoient aucun investissement en 2021

Après ses deux études réalisées aux mois d’avril et juillet 2020, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) vient de dévoiler les résultats de sa troisième enquête consacrée cette fois-ci à l’impact de la crise sanitaire sur les entreprises. Cette enquête, menée via la collecte assistée par tablette et téléphone du 22 au 30 décembre 2020, a été réalisée auprès d’un échantillon de 3.600 entreprises organisées représentant l’ensemble des unités opérant dans les secteurs de l’industrie manufacturière, de la construction, de l’énergie, des mines, de la pêche, du commerce et des services marchands non financiers. Il en ressort des données intéressantes sur cette conjoncture inédite. La crise de Covid-19 a eu aussi des effets sur l’emploi, le moral des chefs d’entreprise et sur leur vision en matière d’investissement. Les détails.

Trois secteurs épargnés

Près 81,1% des entreprises ne prévoient aucun projet d’investissement en 2021, 3,9% anticipent un recul du niveau d’investissement alors que 6,4% s’attendent à une hausse en 2021. On compte à 10,9% les Grandes Entreprises (GE) qui se déclarent optimistes et croient à une progression du niveau d’investissement en 2021. Cette part atteint 8,3% chez les PME et 5,4% pour les TPE. Par secteur d’activité, environ 19% des entreprises du secteur de l’énergie prévoient une croissance de leurs investissements durant l’année en cours. Ce niveau est de 12% pour les entreprises du secteur des industries agroalimentaires et 11% pour celles qui opèrent dans les industries chimiques et parachimiques. Par ailleurs, le taux des entreprises, qui ne programment aucun projet d’investissement, dépasse 80% dans les industries du textile, les industries électriques et électroniques, l’hébergement et restauration et les activités immobilières.

La trésorerie a pris un sérieux coup

Les difficultés de trésorerie touchent 50% des entreprises. 40% des entreprises qui ont déclaré ne disposent pas de réserve de trésorerie, 8% ont une réserve permettant de tenir moins d’un mois. «Par catégorie, 25% des GE disposent de réserves qui peuvent tenir plus de 6 mois, cette proportion est de 14% chez les PME et 11% pour les TPE», précise l’enquête. Par ancienneté, les résultats de cette analyse dévoilent que 44% des entreprises âgées de moins de 10 ans n’ont aucune réserve de trésorerie. Ce taux est de 38% chez les PME et de 36% pour les GE de la même tranche d’âge. «Les effets de la crise sur la trésorerie des entreprises restent hétérogènes par secteur d’activité. Au deuxième semestre 2020, 54% des chefs d’entreprises de l’hébergement-restauration déclarent ne pas avoir de réserve de trésorerie et 9% ont une réserve de moins d’un mois. L’impact est également important dans le secteur de la construction où 46% des entreprises n’ont aucune réserve de trésorerie et 12% disposant d’une réserve de moins d’un mois», précise la même source ajoutant que les secteurs qui montrent un peu plus de résilience face à cette crise sont ceux de l’énergie, de l’enseignement et santé humaine, avec respectivement 24% et 27% des entreprises disposant d’une réserve de plus de 6 mois. Au titre du deuxième semestre 2020, environ un quart des chefs d’entreprises prévoient «un risque sévère d’’insolvabilité» contre 32% qui n’anticipent aucun risque.

Baisse des emplois : Hébergement et restauration, les plus affectés

37,5% des entreprises ont révélé que leurs effectifs employés auraient connu une diminution au deuxième semestre 2020 par rapport à la même période 2019, alors que 2% des entreprises auraient connu une hausse de leurs effectifs durant cette période. Par catégorie, la proportion des grandes entreprises qui auraient réduit leurs effectifs est de 41,9%, 33,4% pour les PME et 39,3% chez les TPE. La baisse des effectifs employés atteint 50% et plus pour 43% des entreprises ayant déclaré une diminution de leur emploi (37,5%) au deuxième semestre 2020, en comparaison avec la même période de 2019. Cette proportion s’élève à plus de la moitié des TPE, 27% pour les PME et 11% chez les GE. Par secteur d’activité, les entreprises de la construction (56%) et celles opérant dans l’hébergement et de la restauration (64%) ont réduit de plus de la moitié leurs effectifs durant le deuxième semestre 2020 par rapport à la même période 2019.

Arrêt d’activité définitive ou temporaire

83,7% des entreprises ont déclaré avoir maintenu leurs activités à la fin du 2ème semestre 2020. En revanche, 8,1% des entreprises sont toujours en arrêt temporaire et 6,0% ont dû arrêter temporairement leur activité après une reprise. On notera que 2,2% ont déclaré avoir cessé leurs activités de manière définitive. Toutefois, un certain redressement de l’activité globale a été observé. «En effet, le taux d’arrêt temporaire des entreprises a enregistré une baisse 9 mois après le début de la crise sanitaire : il était de 54,3% en avril et de 52,0% en juillet pour atteindre 14,1% en décembre 2020.

Le taux d’activité a enregistré une évolution positive passant de 43,1% en avril à près de 83,7% en décembre», indique le HCP ajoutant que par catégorie, la proportion d’entreprises en activité à fin 2020 s’élève à 87,5% pour les grandes entreprises (GE), 89,6% pour les petites et moyennes entreprises (PME) et 81% pour les très petites entreprises (TPE). Par ailleurs, la part des entreprises en cessation définitive de leurs activités s’élève à 2,6% chez les TPE, 1,3% pour les PME et 0,8% parmi les GE (le taux des GE en arrêt temporaire pendant cette période atteint 11,7%). Par branche d’activité, le transport et l’entreposage, l’hébergement et restauration et les activités immobilières trouvent des difficultés à reprendre leur activité. Le taux des entreprises qui sont en arrêt temporaire atteint respectivement 31%, 27% et 25% alors que la part des entreprises ayant déclaré un arrêt définitif atteint 10% dans le secteur des industries du textile et du cuir et 7% dans les activités immobilières.

Export : Baisse des ventes de 80% des entreprises

81,3% des entreprises exportatrices se disent avoir subi un recul du volume de leurs ventes à l’extérieur pendant le deuxième semestre 2020 comparativement à la même période de l’année 2019. «Par catégorie, ce repli a été observé avec des proportions différentes selon les catégories d’entreprises, 93,5% chez les TPE, 78,5% chez les PME et 69,5% pour les GE», relève la même source ajoutant que dans ce contexte marqué par une incertitude, et sur l’horizon des douze prochains mois, la vision des chefs des entreprises exportatrices semble «un peu pessimiste quant à l’évolution de leurs ventes à l’extérieur». Selon cette enquête, près de 40% des patrons d’entreprise s’attendent à un fléchissement de leurs exportations et 22% en prévoient une légère augmentation sur la même période.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *